Archives pour l'étiquette toxiques

M2A : transparence voilée et choix austéritaires perdurent

F. Jordan, président de M2A et son vice-président chargé des finances, A Homé, ont répondu fin juin au collectif haut-rhinois CP68 qui les avait interpellés deux mois plus tôt (voir l’article : Budget M2A sinistré : des aveux et un désaveu). En rédigeant fin juillet une nouvelle lettre ouverte adressée aux deux édiles pour leur (re)demander une gestion transparente, le CP68 a évoqué un problème qui a fait la une de l’actualité en ce début août : celui de la dotation étatique accordée aux collectivités qui va encore baisser de 300 millions d’euros d’ici la fin 2017, suite à une décision brutale du gouvernement qui donne priorité à la finance. Continuer la lecture de M2A : transparence voilée et choix austéritaires perdurent

Dettes et toxiques bockéliens polluent jusqu’au Rhin

Cet article est téléchargeable ici en version PDF (4 pages) pour diffusion ou impression.

La loi NOTRe de réforme territoriale impose des fusions de communauté de communes pour celles dont le nombre d’habitants est jugé insuffisant. La Com’Com’ « Porte de France Rhin Sud » (PFRS), coincée entre le mastodonte agglo mulhousienne et le Rhin, et qui compte moins de 15 000 habitants, est concernée. La formule concoctée par le Préfet, à savoir une fusion forcée avec « M2A » (l’agglo mulhousienne), suscite de vives protestations dans la plupart des 6 communes (Bantzenheim, Chalampé, Hombourg, Niffer, Ottmarsheim, Petit-Landau) de cette Com’Com’ de la bande rhénane condamnée à disparaître. Au point qu’un collectif s’est constitué autour de citoyens et de quelques élus pour demander du « respect pour le peuple » et pour proposer des solutions alternatives, comme une fusion avec la Com’Com’ « Essor du Rhin » (Fessenheim), située juste au nord. Les membres de ce collectif s’expriment sur facebook (www.facebook.com/fusion68490) où plusieurs « lettres d’info » ont déjà été mises en ligne.

Emouvant Bockel

Les auteurs de la « lettre d’info n°3 » ont qualifié le projet préfectoral d’« aubaine pour Mulhouse » en rappelant que la ville est une des plus endettées de France avec plus de 171 millions d’euros d’encours au 31 décembre 2014, soit 1 531 € par habitant.

L’argument est mal ciblé : les habitants de la Com’Com « PFRS » ne seront pas directement concernés par la dette de la ville de Mulhouse. Par contre, ils hériteront d’une partie de la dette de « M2A » si les deux collectivités Continuer la lecture de Dettes et toxiques bockéliens polluent jusqu’au Rhin