Archives pour l'étiquette syriza

Un collectif de soutien au peuple grec

L’Alterpresse68 a pris l’initiative de proposer à diverses organisations et personnes de créer un collectif de soutien au peuple grec. Vous lirez le communiqué constitutif sur notre site.
Pourquoi un (petit) média comme nous a voulu cela ?

Parce qu’il y en a assez d’une désinformation générale sur ce qui se passe en Grèce, des calomnies à l’égard du peuple, des sarcasmes délivrés à un gouvernement qui met en cause le dogme de la Troïka, assez des mensonges et tripatouillages des chiffres, assez des fables autour de la dette…

Parce que le respect de l’expression d’un vote est la base de la démocratie, même dans une démocratie « bourgeoise » !

Parce que nous ne voulons pas que nos gouvernements réussissent à rééditer la pantalonnade de 2005 quand le peuple français a rejeté le Traité constitutionnel européen et qu’ensuite l’écrasante majorité de la représentation parlementaire s’est sentie obligée d’adopter le contenu de ce traité.

Parce que la politique imposée par l’Union européenne, la BCE et le FMI ne fonctionne pas et on jeté la Grèce dans une récession entraînant une crise humanitaire

Certes, l’austérité en France n’a pas atteint la même ampleur qu’en Grèce. Mais si nous ne résistons pas, les dégâts causés ici ressembleront de plus en plus à ceux observés là-bas

Parce que nous ne voulons pas que la détresse sociale permette aux partis d’extrême-droite d’arriver au pouvoir de nombreux pays européens.

Parce que nous ne voulons pas laisser un peuple seul face au mur de l’argent et qu’il a besoin de ressentir concrètement la solidarité venant des autres peuples et particulièrement de France

Parce que nous ne voudrions pas que Syriza – sous l’effet d’un rapport de force de plus en plus défavorable – se sente obligée de refermer la porte de l’espoir qu’elle a entrouverte pour tous ceux qui subissent les diktats et les dégâts de la finance mondialisée.

L’Alterpresse68

Grèce : quelques vérités bonnes à dire…

Ah ces fainéants, ces tricheurs, ces corrompus, ces cigales, révoltées contre la juste punition pour leurs fautes ! Les réseaux sociaux, les blogs, certains éditoriaux (celui de Raymond Courraud pour « L’ALSACE »), débordent ce matin de ce type de considérations après la victoire de SYRIZA en Grèce. Il y en a qui « suintent » littéralement de dépit, traitant d’idéologues « rouges » leurs contradicteurs, tout en clamant leur attachement à la démocratie.

Il me semble que certaines mises au point doivent être faites, tant l’usage de l’expression « dette abyssale » a brouillé la réalité, et perturbé l’esprit des commentateurs.

La Grèce, c’est 11 millions d’habitants, et 2,3% du PIB de la zone euro. C’est aussi un budget inférieur à celui du département des Hauts-de-Seine. C’est enfin Continuer la lecture de Grèce : quelques vérités bonnes à dire…

25 janvier 2015 : Carte postale d’Athènes

Dimanche 25 janvier: aéroport d’Athènes, 17 h.

Titres de la presse internationale:  « Syriza favorite », « Draghi et Tsipras: les nouveaux visages de l’Europe » « La Grèce vote contre l’austérité », « Le temps de Syriza », « Le diable est à la porte », mais de nombreux journaux – surtout anglais – n’évoquent pas les élections en première page et l’Equipe en reste à « L’O.M ne répond plus ». Continuer la lecture de 25 janvier 2015 : Carte postale d’Athènes

On « cause » à Davos, On vote Syriza en Grèce ?

Parfois, des événements dans l’actualité s’emboîtent comme des matriochka. Alors que le gratin politique et économique du monde de la finance se retrouve à Davos, Oxfam sort opportunément son étude sur les inégalités. Qui fait grand bruit. Evidemment, cela déchaîne une contre-offensive pour contester les chiffres. Pourtant les tendances relevées par Oxfam sont identiques à celles du FMI ou de la Banque Mondiale. Et puis, dimanche 25 janvier, la Grèce va voter. Syriza, le parti de gauche, est en tête des sondages. Et si les Grecs veulent que la politique reprenne le dessus sur le libéralisme à tout crin ? La panique commence à s’installer chez les dogmatiques de la rigueur…

Continuer la lecture de On « cause » à Davos, On vote Syriza en Grèce ?