Archives pour l'étiquette robin verner

Germanophobie ou capitalophobie ? Il faut choisir…

germanproblem

«(…)  On est en train sans doute d’assister à la troisième autodestruction de l’Europe, et de nouveau sous la direction allemande.» Qu’un éminent intellectuel comme Emmanuel Todd conclut ainsi son article sur les négociations entre l’Eurogroupe et la Grèce montre combien la « germanophobie » est encore vivace et reste une explication aisée et récurrente à des problèmes dont on veut esquiver les responsabilités.

Robin Verner, journaliste au journal en ligne Slate, rappelle que la germanophobie fête, si on peut dire, ses 900 ans d’existence en France puisque les premières manifestations de cette hostilité envers les Germains datent de la 2e croisade !

Récemment également, Jean-Luc Mélenchon sort un pamphlet dans lequel il flingue à tout va l’Allemagne, visant même les retraités allemands qui auraient «  une retraite par capitalisation, ça exige une monnaie forte et des dividendes élevés ». Ce qui est faux puisque c’est toujours le régime de la retraite par répartition qui est appliqué. S’il y a effectivement une petite part de capitalisation, elle est exactement de même niveau qu’en France, par ex. avec Préfonds.

UNE ARGUMENTATION BIEN COMMODE EN CAS DE PROBLEME

Il serait pourtant injuste de considérer que les Français mangeraient un Allemand chaque matin qu’il se lève. Non, une crise aiguë de germanophobie éclate quand il y a de (gros) problèmes et quand il faut désigner à la population des responsables bien commodes. Mme de Sévigné avait, avec Bossuet, désigné l’Angleterre comme la « perfide Albion », quand celle-ci battait la flotte française à plate couture sur tous les océans. On ne pouvait décemment incriminer ses propres faiblesses dans la perte des batailles !

Mais c’est quand même l’Allemagne qui reste l’adversaire le plus apprécié. Citons par exemple le philosophe Henri Bergson, esprit pourtant pondéré et pacifiste, s’écrie le 8 août 1914 devant l’Académie des sciences: « La lutte engagée contre l’Allemagne est la lutte même de la civilisation contre la barbarie ».

L’allergie est aussi liée aux humiliations militaires. Entre la défaite totale de 1870-1871 qui amène la France à perdre l’Alsace et la Moselle, le «frisé», le «Boche», le «Fritz», le «Schleuh», le «Fridolin»  est le repoussoir d’une bonne partie de l’opinion publique. Cette hostilité connaît d’autres épisodes, notamment au début du XXe siècle avec la situation au Maroc, convoité conjointement par les colonialistes français et allemands.

LE « PATRIOTISME » BIEN UTILE POUR LES «CONQUERANTS »

Mais cela ne fonctionne pas que dans un sens, la gallophobie a aussi été utilisée en Allemagne pour justifier les conflits et les guerres. Ainsi, les exactions de Turenne en 1674 qui visent à affamer les troupes impériales des Habsbourg sont du pain béni pour les nationalistes allemands. Constatant leurs problèmes d’intendance, Turenne décide de ravager le Palatinat. Le commandement français ordonne de piller ou détruire les récoltes et les subsistances de la région, de brûler les cultures et, au besoin, de détruire les villes et les villages. En 1689, les Français réitéreront l’opération et au même endroit par-dessus le marché.

En 1914, Thomas Mann n’est pas en reste : « Comment l’artiste, comment le soldat qui est dans l’artiste, n’aurait-il pas rendu grâce à Dieu d’avoir fait s’écrouler ce monde de la paix dont il avait assez, plus qu’assez ! La Guerre ! Ce fut un sentiment de purification, de libération que nous éprouvâmes, et une immense espérance » Thomas Mann Pensées de guerre. (à lire dans un excellent article du Saute-Rhin http://www.lesauterhin.eu/il-y-a-cent-ans1913-une-annee-en-couleur/ )

Mais revenons à la germanophobie si active actuellement puisque même les agriculteurs de la FNSEA n’hésitent pas à accuser l’Allemagne d’être un des principaux responsables de la distorsion des prix des produits agricoles.

Même si le nazisme ne couvre que douze ans d’histoire (1933-1945), l’évocation de cette époque permet de justifier le passé et le présent. Oubliant que  le pétainisme était bien du national-socialisme et que le credo de la bourgeoisie française était bien « plutôt Hitler que le Front populaire », cette période serait bien la preuve que le barbarisme teuton est génétique… N’est-il pas symptomatique que dans un article d’une revue de la qualité des « Saisons d’Alsace » (novembre 2014), un rédacteur a parlé « d’espions nazis… en 1915 » !

QUE CACHE LA GERMANOPHOBIE ?

Pour en revenir à la Grèce, il ne viendrait à l’esprit de personne de dédouaner le gouvernement allemand qui essuie des critiques de toute part, y compris dans son propre pays. Les députés de l’opposition au Bundestag n’ont pas hésité à critiquer leurs dirigeants (et non pas leur « pays » comme cela a été abusivement affirmé dans certains milieux) et l’opinion publique allemande, chauffée à blanc par des médias comme Bild contre les Grecs, commence à émettre des doutes.

Il est tout à fait surprenant de faire porter à tout un pays, et à un seul pays, abusivement confondu avec son gouvernement, le poids de tous les malheurs de la Grèce et même du continent européen. Autant qu’on sache, les 28 Etats membres de l’Union européenne partagent une même position sur le fond. Mais ce serait les seuls « technocrates » bruxellois qui imposeraient leurs lois brutales à 28 peuples par essence bons et vertueux ! Ce ne sont pourtant ni Bruxelles ni Berlin qui ont imposé à la France, à partir des années 70, le démantèlement d’une bonne partie de son tissu industriel, à l’origine de la crise profonde que connait notre pays aujourd’hui.

Consciemment ou inconsciemment, la politique du « bouc émissaire » fait écran à une analyse critique qui met en cause tout un système. Quand Jaurès affirme que « le capitalisme porte la guerre comme la nuée porte l’orage », c’est pour expliquer à la classe ouvrière que son intérêt n’est pas d’entrer en guerre contre son homologue allemand. En utilisant les « phobies », les classes dirigeantes ont réussi à imposer « l’union sacrée » entre la bourgeoisie et la classe ouvrière trahie par des leaders syndicaux et politiques, pour déclarer la guerre la plus meurtrière que le monde ait connue.

Pourquoi Emmanuel Todd fait-il porter à l’Allemagne les autodestructions européennes alors que tout historien sait bien que ces guerres avaient comme but de développer des capitalismes nationaux avides d’espace à conquérir.

Pourquoi se trouve-t-il aujourd’hui des gens de gauche qui considèrent que la crise grecque relève avant tout de la responsabilité allemande, alors qu’il s’agit d’une crise systémique profonde du capitalisme qui veut la faire supporter aux peuples en leur imposant l’austérité ?

Pourquoi ne préconisent-ils pas plutôt le rassemblement des peuples pour bâtir une Europe qui serait une référence dans la prise en compte des besoins sociaux avant les intérêts de la finance ? Chose que, manifestement, nous n’arrivons pas à faire pays par pays, car une fois de plus, la mise en concurrence des peuples permet au capitalisme de  renforcer ses intérêts supranationaux et son pouvoir sur le monde.

En guise de conclusion, peut-on faire appel à Victor Hugo : « Ne soyons plus Anglais ni Français ni Allemands, soyons européens. Ne soyons plus Européens, soyons hommes. Soyons l’humanité. Il nous reste à abdiquer un dernier égoïsme : la patrie. » (Choses vues, 1846)

Peut-être en 2046 ? Victor aura eu raison deux siècles trop tôt… et quelques millions de morts les jalonnent…

Michel Muller