Archives par mot-clé : Homé

Multiplexe à Wittenheim : un mauvais thriller !

Revoilà le saugrenu projet de multiplexe cinématographique de Wittenheim sur la table, à défaut d’être sous le tapis. La frénésie pour les surfaces commerciales et de loisir en périphérie des villes et des villages ne semble pas faiblir. A contrario, l’action de M2A en faveur d’une véritable politique durable et d’équilibre des territoires peine, pour le moins, à se dessiner.

Reprenons les faits. Dans « l’Alsace » du 8 janvier 2016, Antoine Homé, maire de Wittenheim, appuie un projet de multiplexe cinématographique de 10 salles porté par le groupe Cinéville. Avançant une batterie d’arguments favorables à cette réalisation et au choix du site, le maire se doute déjà qu’une opposition farouche marquera sa désapprobation, principalement chez les exploitants actuels de cinémas et parmi les élus mulhousiens. La commission départementale d’aménagement commercial/cinématographique (CNAC) rejette le projet le 2 février obligeant les acteurs favorables au dossier à revoir leur copie.

Passion commune pour le 7e art chez les édiles de Cernay et de Wittenheim

Il faut dire que Wittenheim n’est alors pas la seule commune en lice pour accueillir un cinéma : à Cernay aussi on veut du grand écran… en tout cas à la mairie. Pas loin de 1800 sièges contre pratiquement 2000 dans le Bassin potassique. La folie des grandeurs alors qu’au même moment le cinéma Le Florival à Guebwiller souhaite modestement s’agrandir.

La salle apprend qu’un nouveau projet de multiplexe voit le jour

Mécontent d’être retoqués, Messieurs Homé et Sordi préparent la riposte, comprenez le recalibrage des projets. Pour Cernay, la nouvelle mouture (7 salles pour près de 1000 sièges) est validée de justesse en CDAC du 25 avril 2017 par six voix contre quatre mais validée quand même. Comme on pouvait s’y attendre, un recours est déposé auprès de la CNAC (Commission Nationale d’Aménagement Commercial/Cinématographique) qui, de façon hallucinante, suit l’avis favorable émis précédemment. Enfin on hallucine surtout quand on regarde la composition de cette instance : un entre soi d’élus et de hauts-fonctionnaires[1]. Exit les associations environnementales et les collectifs citoyens. A Wittenheim la nouvelle est tombée le 20 novembre 2017 : la proposition retravaillée de 6 salles et 1253 sièges obtient une majorité de cinq voix contre trois oppositions. Le maire dit se réjouir (l’Alsace du 21/11/2017) d’un tel vote oubliant au passage l’opposition exprimée. Passer en force, continuer la fuite en avant et raisonner comme un élu du siècle passé, voilà qui résume la manière dont le premier magistrat de Wittenheim gère ce dossier.

Troublantes et condamnables complicités

Plus étonnant, le soutien de M2A revendiqué par l’édile. Il faut dire que le jeu politique communautaire nous a habitués à un niveau digne d’une cour de récréation. Sans doute est-ce dans la continuité de la rivalité Rottner-Jordan qu’il faut chercher le soutien à ce projet néfaste. L’ancien maire de Mulhouse n’ayant pas réussi à devenir calife à la place du calife s’est mis à dos bon nombre d’élus de l’agglomération ; ces derniers ayant apporté leur soutien à Fabien Jordan attendent peut-être en retour d’être confortés dans leur image de maires bâtisseurs. Antoine Homé a t’il obtenu le feu vert du nouveau Président de l’agglomération ? Si tel est le cas, M2A va devoir s’expliquer sur ses véritables priorités.

La fiction d’un projet aux atouts multiples

Car cette implantation d’un méga cinéma sur le carreau Anna cumule les non-sens. Monsieur Homé parle d’une « desserte idéale » et fait par là-même un aveu terrible : pour lui seule compte l’accessibilité automobile. Pas la peine de chercher, les mobilités douces sont inexistantes : pas de trottoir digne de ce nom (mais qui a envie de marcher entre des parkings bondés et une 2X2 voies ?), pas de bandes cyclables, un bus de journée avec un arrêt situé à près d’un kilomètre (pas très pratique pour aller voir des films en soirée…).

[1]https://www.entreprises.gouv.fr/cnac/composition-la-commission

La transition énergétique version M2A dans le domaine des transports, déjà bien utopique, risque d’être sérieusement décrédibilisée. Le cocktail voitures thermiques, parkings XXL et étalement urbain est particulièrement néfaste. Certains élus ont visiblement loupé un épisode, celui de la COP 21. Et s’ils sont climato-sceptiques qu’ils le disent (certains ont visiblement des doutes à partager[1]), au moins on y verra plus clair ! On aimerait d’ailleurs que Monsieur Spiegel, commissaire à la Transition énergétique se fasse davantage entendre sur ces dossiers chauds et pas seulement sur la (nécessaire) réinvention de notre modèle démocratique.

Il est également question d’associer « sport et culture ». S’il s’agit en partie d’une affaire de goût, on peut tout de même relever qu’une séance de C.A.F.(cuisses abdos fessiers pour les initiés) chez Décathlon pour perdre du poids et sculpter son corps revient à vouloir corriger les effets d’une trop grande dépendance à la voiture individuelle alors qu’un peu de vélo ou de marche suffisent à se sentir mieux : CQFD.

Pour la culture on repassera également : n’ayons pas d’illusions, les grands exploitants servent des blockbusters testostéronés qui participent à la diffusion d’un modèle de consommation qui justement fait des ravages. Ce désir de multiplexe en est le syndrome. Des élus qui se réclament de gauche profitent à fond de ce monopoly néolibéral ; créer des emplois (précaires) ici revient à en détruire ailleurs. En clair : si un multiplexe voit le jour à Wittenheim, c’est la mort du Kinépolis à Mulhouse (desservi lui par le tramway !) et peut être même d’autres cinémas !

Au final, alors que les villes se meurent de la fermeture en pagaille des commerces de proximité avec le développement à outrance des enseignes de périphérie, on poursuit dans ce délire auquel même les libéraux britanniques ont fini par renoncer[2]. En cela ce combat est symbolique : quels paysages voulons-nous laisser à nos enfants ? Des superficies entièrement artificialisées, bétonnées et livrées aux spéculateurs ? La France et à fortiori la région mulhousienne ressemblent de plus en plus aux Etats-Unis et ça n’est pas prêt de s’arrêter.

[1]A écouter à partir de 9mn40s :

https://www.mixcloud.com/radio-mne/f%C3%AAte-de-l%C3%A9nergie-05102017/

 

[2]http://www.club-ville-amenagement.org/_upload/ressources/actualites/2017/cva_avril_2017.pdf

©Patrick Messina

En 2010, Télérama, précurseur et un brin donneur de leçon, titrait « Comment la France est devenue moche »[1]. Le premier cliché de cet article, qui est reproduit ici, a été pris au Kaligone, à deux pas du carreau Anna où on voudrait faire trôner un nouveau temple des superproductions hollywoodiennes. A-t-on seulement tiré les leçons des échecs du passé et de la désagrégation du modèle sociétal nord-américain ? A lire ce qui précède on peut légitimement en douter… .

Loïc MINERY

[1]http://www.telerama.fr/monde/comment-la-france-est-devenue-moche,52457.php

M2A : transparence voilée et choix austéritaires perdurent

F. Jordan, président de M2A et son vice-président chargé des finances, A Homé, ont répondu fin juin au collectif haut-rhinois CP68 qui les avait interpellés deux mois plus tôt (voir l’article : Budget M2A sinistré : des aveux et un désaveu). En rédigeant fin juillet une nouvelle lettre ouverte adressée aux deux édiles pour leur (re)demander une gestion transparente, le CP68 a évoqué un problème qui a fait la une de l’actualité en ce début août : celui de la dotation étatique accordée aux collectivités qui va encore baisser de 300 millions d’euros d’ici la fin 2017, suite à une décision brutale du gouvernement qui donne priorité à la finance. Continuer la lecture de M2A : transparence voilée et choix austéritaires perdurent

Budget M2A sinistré : des aveux et un désaveu

Le président Bockel vient d’abandonner son poste pour rester sénateur. C’est donc à ses successeurs à la tête de M2A qu’il incombe de gérer aujourd’hui les conséquences budgétaires des choix désastreux effectués ces dix ou quinze dernières années. L’ancienne « gouvernance » de l’agglomération mulhousienne n’avait jamais laissé paraître la gravité de la situation. Elle usait d’un vocabulaire anesthésiant et refusait la transparence. Continuer la lecture de Budget M2A sinistré : des aveux et un désaveu

Transport scolaire : des dingues au volant écrabouillent la gratuité

Les « élites » élues ne savent plus où elles vont, même en matière de transport. Comme à chaque rentrée, la question du financement des transports scolaires ressurgit. Cette année plus encore que les précédentes, ça part dans tous les sens. Mais il n’y a pas grand monde, hélas, pour emprunter la voie du bon sens élémentaire qui consisterait à instaurer la gratuité. Continuer la lecture de Transport scolaire : des dingues au volant écrabouillent la gratuité