Archives par mot-clé : grèce

VALLS FÉLICITÉ PAR TSIPRAS PENDANT QUE SAPIN COORDONNE LE PILLAGE !

Nous vous proposons ici un article de Yannis Youlountas.
Né en 1970 en France; philosophe, poète, écrivain franco-grec contemporain; chroniqueur à Siné Mensuel, au Monde libertaire et les Zindigné(e)s.
Yannis était venu nous rendre visite à Mulhouse et nous avait livré sa vision de la société grecque dans un contexte qui était déjà celui que nous voyons se développer depuis quelques années.
Qui mieux que lui même pourrait résumer ses commentaires, que nous reprenons, sur la visite toute récente de Manuel Valls et Michel Sapin à Athènes pour y rencontrer Alexis Tsipras et le ministre des finances grec?
Tirés de son petit recueil "Derrière les Mots" publié en 2011 qui donnait à lire un abécédaire de son cru , il nous permettra certainement de citer quatre mots, par lui redéfinis donc.
Ils paraissent parfaitement adaptés aux constats qu'il livre dans son article.
ÉTRANGERS:
A dater de ce jour, et si ce mot désignait tous ceux qui le prononcent, et non ceux qu'il désignait jusque-là?
VALEUR:
L'argent résume toutes les autres.
SOUMISSION (Logique DE):
Tant que les salariés baisseront leur pantalon et se serreront la ceinture, ils continueront fort logiquement à tomber à genoux.
TARTOBOLE:
Athlète antique dont la discipline était d'entarter les Platon et autres tartuffes de son temps.
Nous ne doutions pas de la qualité de l'engagement de Yannis. Nous ne doutons pas de l'importance de ses analyse. 
Encore deux des mots de son abécédaire de 2011...
REFORMES:
A force d'accélérer le rythme des réformes, c'est par cargos entiers que le gouvernement va devoir approvisionner le pays en vaseline.
RÉVOLTE:
Ni police ni armée ne sauraient résister à un peuple vraiment déterminé et conscient de ses moyens et de sa légitimité.Révolte sans conscience n'est que chair à gendarmes.
Lors de cette réunion publique à Mulhouse il avait gentiment dédicacé un petit recueil de ses poèmes paru en 2006 ("Poèmes ignobles ").
Sur l' exemplaire que je lui avais tendu il avait écrit "Pour Noelle et Christian, ces Poèmes ignobles qui sondent la réalité de nos liberté. Bien Amicalement " - avec le A cerclé des mouvements anarchistes dont il se réclame.
Yannis, nous aurons certainement à sonder la réalité de nos libertés.
C.R
Depuis hier soir, Athènes est sous très haute surveillance. Une tentative d’enyaourtage(1) du premier ministre français a malheureusement échoué près du parlement, suite à la fermeture du centre-ville, notamment de la station de métro de la place Syntagma à partir de 18h. Les déploiements policiers sont immenses et les gardes du corps sur les dents.
 https://www.youtube.com/watch?v=O8-Ssyy1p60
C’est avec un statut similaire à un chef d’Etat que Valls, visage fier et allure de colon, a passé en revue la garde nationale grecque devant le monument du soldat inconnu, avant de finir la soirée dans l’opulence, sur la terrasse du musée de l’Acropole, à quelques centaines de mètres seulement d’un campement de sans-abris (dont plusieurs enfants) expulsés de leur domicile suite à la réforme du code civil. Le repas gastronomique a été servi en compagnie du ministre de l’économie français Michel Sapin, coordinateur du pillage du bien commun en Grèce au bénéfice de grandes firmes françaises : EDF, Vinci(2), Thalès, Veolia, Suez ou encore la SNCF qui s’apprête à racheter pour une bouchée de pain la société grecque de chemin de fer, TRAINOSE, ce qui aura pour effet de doubler des prix qui étaient jusqu’ici parmi les plus bas en Europe, et qui convoite également des infrastructures ferroviaires. Harlem Désir, secrétaire d’État aux affaires européennes figurait également parmi les convives, ainsi que Giorgos Stathakis, le très controversé ministre grec de l’économie, héritier d’une grande famille d’armateurs, connu pour avoir oublié de déclarer au fisc 38 biens immobiliers (oui, vous avez bien lu : 38 !) et plus de 1,8 millions d’euros égarés sur un compte discret. Ce scandale dure depuis le mois de décembre en Grèce et les manifestants y font souvent allusion, parmi d’autres cas de corruption et de népotisme qui s’ajoutent au bilan désastreux de la capitulation du 13 juillet 2015.

Hier soir également, sous les applaudissements nourris d’une assistance triée sur le volet, Tsipras n’a pas manqué de féliciter Valls et de témoigner son « estime » à l’un des hommes politiques pourtant les plus détestés de l’hexagone, qu’il a même qualifié d’ « ami ».

Ce vendredi matin, il a été également impossible de gêner la visite de Manuel Valls à l’Institut français d’Athènes, complètement encerclé de barrages filtrants. Depuis 10h30, Michel Sapin est en rendez-vous avec son homologue grec et quelques amis costumés pour la séquence « bonnes affaires », alors que depuis 11h, Manuel Valls est reçu au Palais Maximou, résidence du premier ministre, pour finaliser une feuille de route basée sur un « partenariat stratégique ».

Quel sera le contenu réel de cet accord ?

Valls et Tsipras vont évoquer un partenariat économique pour « sortir le pays de la crise » et rappeler le « soutien indéfectible de la France depuis l’entrée de la Grèce dans l’union européenne », en 1981. Mais en réalité, cet accord concerne les conséquences de la « seconde capitulation » du 24 mai 2016 (3), c’est-à-dire l’extension de la grande braderie qui prévoit désormais jusqu’à 597 îles mises en vente et 538 sites archéologiques. Le gouvernement français veut faire profiter ses amis grands patrons de cette juteuse affaire. C’est l’heure des soldes et tout le monde accourt en Grèce, à commencer par les responsables politiques russes et chinois, en début de semaine(4), accompagnés par des dizaines d’hommes d’affaires. Les domaines clés de la coopération gréco-française seront « le développement rural, la réforme de l’administration publique, l’innovation, le tourisme et, bien sûr, l’investissement », motif principal du séjour.

L’autre annonce qui va tenter de masquer la réalité mortifère, c’est la promesse du gouvernement français d’accueillir 400 ou 500 réfugiés par mois, en provenance de Grèce. Mais la face sombre de ce sujet, c’est que plus de 200 policiers et gendarmes français participent actuellement à la gestion calamiteuse de la question des réfugiés et migrants dans les îles grecques. Ces jours-ci, les mutineries se multiplient dans les camps inhumains de Lesbos et de Samos. Mercredi soir, le camp de réfugiés de Moria à Lesbos s’est encore rebellé, puis, hier soir, celui de Samos, entre 20h et minuit, suivi d’une répression terrible des gardiens et de la quasi-totalité des forces de police de l’île qui ont aussitôt convergé sur les lieux. Il y a au moins 30 blessés donc plusieurs adolescents. Certains sont dans un état grave et ont du être transportés vers un hôpital mieux équipé, celui de Samos étant complètement dégradé par les politiques d’austérité depuis quelques années.

Les mass-médias grecs, relayés par les agences de presse internationales, osent noyer le poisson en évoquant une obscure rixe entre des migrants, ce qui est totalement faux selon les témoignages directs recueillis depuis. C’est encore une mutinerie pure et simple contre des conditions de détentions violentes, arbitraires et inhumaines. Rien d’autre. D’ailleurs, au moins deux bungalows ont été incendiés et plusieurs prisonniers ont réussi à s’échapper.

Pour seule réponse, Tsipras et Valls annoncent la prochaine conversion de l’agence de surveillance Frontex en « armada de garde-côtes européens », directement coordonnée depuis Bruxelles. Valls a également évoqué le renforcement imminent de la présence policière française dans les îles grecques, avec 300 CRS et gendarmes supplémentaires d’ici peu.

« Tout va bien, Madame la marquise », semblent-ils entonner en trinquant : l’Euro de foot va commencer, ainsi que la saison touristique estivale ! Mais ils oublient d’évoquer les millions d’insoumis qui bloquent de plus en plus la Grèce(5), la France, l’Espagne, le Portugal et la Belgique, en attendant plus. Jusqu’à quand feindront-ils d’être sourds ? Et jusqu’où faudra-t-il aller dans nos luttes ?

Yannis Youlountas

1) équivalent en Grèce des « entartages » en France ou en Belgique (souvent préparés par Noël Godin et ses compagnons pâtissiers).
2) Xavier Huillard, le PDG de Vinci, avait même accompagné François Hollande en Grèce lors de son voyage des 22 et 23 octobre 2015.
3) durant l’Eurogroupe du 24 mai 2016.
http://www.economie.gouv.fr/accord-dette-grece-eurogroupe-des-24-mai-2016
4) Tsipras a reçu Poutine à Athènes, puis s’est rendu à Pékin.
5) Par exemple, il y a un mois :
http://blogyy.net/2016/05/08/le-blocage-de-la-grece-vu-de-linterieur/

L’Alterpresse au Parlement européen, où l’on reparle de la Grèce

A nouveau prise à la gorge par les créanciers, FMI en tête, la population grecque va-t-elle devoir se serrer la ceinture encore plus ? Le Parlement européen, dans sa session de mai à Strasbourg, en a fait un débat avec la présence de Pierre Moscovici, le commissaire chargé du dossier à la Commission. Débat animé avec des positions tranchées pour certains parlementaires et un optimisme béat de la part de l’ancien ministre de l’Économie et des Finances français… Pour lui, tout va bien dans le meilleur du monde ! Continuer la lecture de L’Alterpresse au Parlement européen, où l’on reparle de la Grèce

GRECE: SOIREE DEBAT LE 7 AOUT AVEC PAUL KLEISER

L’accord du 13 juillet entre les pays de la zone Euro et la Grèce ne règle en rien la situation. Bien au contraire, de nouvelles épreuves attendent le peuple grec sans une solution durable basée sur la croissance de l’économie hellène.

Même si la situation en Grèce ne fait plus la « Une » des journaux, le Collectif68 continue son travail d’information auprès de la population de notre région sur les causes de la crise et sur les perspectives d’une issue autre que l’austérité (voir  http://lalterpresse.info/?p=920)

Deux initiatives sont programmées sur le thème :

« DESSERRER L’ETAU DU CAPITAL »

Le vendredi  7 août, à 19 h 30, Auberge de la Jeunesse à Mulhouse,

SOIREE DEBAT

AVEC PAUL KLEISER, professeur à l’Université de Munich

L’analyse et les perspectives d’un chercheur allemand grand spécialiste de la Grèce et des rapports entre l’Allemagne et la Grèce

paul kleiser

Le samedi 8 août, à 11 h, à Strasbourg (lieu à déterminer)

CONFERENCE DE PRESSE AVEC PAUL KLEISER ET LE COLLECTIF EN SOUTIEN AU PEUPLE GREC

L’Europe, la solution ou le problème ?

D’autres initiatives sont prévues en septembre avec, entre autres, un rassemblement devant le Parlement européen à Strasbourg. Il s’agit de rencontrer pour des députés européens et de les interroger sur les pouvoirs de cette assemblée dans les prises de décisions de la Commission.

Un collectif de soutien au peuple grec

L’Alterpresse68 a pris l’initiative de proposer à diverses organisations et personnes de créer un collectif de soutien au peuple grec. Vous lirez le communiqué constitutif sur notre site.
Pourquoi un (petit) média comme nous a voulu cela ?

Parce qu’il y en a assez d’une désinformation générale sur ce qui se passe en Grèce, des calomnies à l’égard du peuple, des sarcasmes délivrés à un gouvernement qui met en cause le dogme de la Troïka, assez des mensonges et tripatouillages des chiffres, assez des fables autour de la dette…

Parce que le respect de l’expression d’un vote est la base de la démocratie, même dans une démocratie « bourgeoise » !

Parce que nous ne voulons pas que nos gouvernements réussissent à rééditer la pantalonnade de 2005 quand le peuple français a rejeté le Traité constitutionnel européen et qu’ensuite l’écrasante majorité de la représentation parlementaire s’est sentie obligée d’adopter le contenu de ce traité.

Parce que la politique imposée par l’Union européenne, la BCE et le FMI ne fonctionne pas et on jeté la Grèce dans une récession entraînant une crise humanitaire

Certes, l’austérité en France n’a pas atteint la même ampleur qu’en Grèce. Mais si nous ne résistons pas, les dégâts causés ici ressembleront de plus en plus à ceux observés là-bas

Parce que nous ne voulons pas que la détresse sociale permette aux partis d’extrême-droite d’arriver au pouvoir de nombreux pays européens.

Parce que nous ne voulons pas laisser un peuple seul face au mur de l’argent et qu’il a besoin de ressentir concrètement la solidarité venant des autres peuples et particulièrement de France

Parce que nous ne voudrions pas que Syriza – sous l’effet d’un rapport de force de plus en plus défavorable – se sente obligée de refermer la porte de l’espoir qu’elle a entrouverte pour tous ceux qui subissent les diktats et les dégâts de la finance mondialisée.

L’Alterpresse68

GRECE : LA DEMOCRATIE S’INVITE AU BAL DES HYPOCRITES

Alexis Tsipras,  nouveau Premier Ministre, vient de faire sa déclaration de politique générale à la « VOULI », le parlement grec, dimanche 8 février. Il y affirme clairement sa position : le suffrage et  la volonté du peuple dont lui et son gouvernement procèdent ne sont en aucun cas discutables, et ne peuvent être remis en cause. Il en va de même des engagements pris, lesquels ont justement été validés par la volonté populaire.

Il insiste par ailleurs sur sa volonté de procéder aux réformes structurelles indispensables dans Continuer la lecture de GRECE : LA DEMOCRATIE S’INVITE AU BAL DES HYPOCRITES

Grèce : quelques vérités bonnes à dire…

Ah ces fainéants, ces tricheurs, ces corrompus, ces cigales, révoltées contre la juste punition pour leurs fautes ! Les réseaux sociaux, les blogs, certains éditoriaux (celui de Raymond Courraud pour « L’ALSACE »), débordent ce matin de ce type de considérations après la victoire de SYRIZA en Grèce. Il y en a qui « suintent » littéralement de dépit, traitant d’idéologues « rouges » leurs contradicteurs, tout en clamant leur attachement à la démocratie.

Il me semble que certaines mises au point doivent être faites, tant l’usage de l’expression « dette abyssale » a brouillé la réalité, et perturbé l’esprit des commentateurs.

La Grèce, c’est 11 millions d’habitants, et 2,3% du PIB de la zone euro. C’est aussi un budget inférieur à celui du département des Hauts-de-Seine. C’est enfin Continuer la lecture de Grèce : quelques vérités bonnes à dire…