Archives par mot-clé : GAEC

Roderen: Le ranz des vaches

Toute la presse en parle- FR3 Alsace, Radio Bleu Alsace, 20minutes.fr, portail.free.fr, et j’en passe, en débutant
par Reporterre- qui a lancé l’affaire, après deux ans d’études, mesures et autres enquêtes,
Ou, mais de quoi parlent ces sources diverses et variées, chambre d’écho de cet article foncier? D’une épidémie
de décès (techniquement, on dit épizootie quand on parle d’animaux, mais tout le monde ne connaît pasami.
e lecteur.trice, tu es gâté.e sur le site de l’Alterpresse, tu enrichis même ton lexique!)

PRÉCISION.

Une lecture cursive de l’article «Le ranz des vaches» pourrait laisser l’impression que le journal en ligne Reporterre
aurait découvert l’affaire de cet empoisonnement sur des vaches- qui n’avaient rien demandé, elles- et aurait dévoilé à
l’attention de son lectorat ébaubi, et passablement choqué, cette atteinte à l’environnement, de même que la sourde
menace qui pèse sur notre alimentation ,voire même sur notre flux vital.
Rien ne serait plus erroné, et ce pour deux raisons:

1°) c’est grâce aux connaissances scientifiques et à l’engagement
de Michael Loeckx que cette affaire a pu être initiée et mise en route (je n’omets pas le fait qu’il ait été mené à se pencher
sur cette pollution par sa connaissance, Franz Baumann, de la Confédération paysanne, mais cet intéressement
s’est fait grâce à sa seule compétence, et non par un pacte de copains)- on pourra juger de cet engagement en répétant
les dires même de M. Loeckx, interrogé au téléphone, qui me précisa: «J’ai réalisé cette enquête à mes frais»- entretien du 28
novembre, 11h 38).

2°) j’ai un peu honte à le révéler, je ne tire pas sur un confrère, mais le journaliste en question avait passé un pacte
avec M. Loeckx, aux termes duquel il devait attendre la fin de la conférence de presse du collectif au Cercle St-Thiébaut
de Thann, le 9 novembre dernier en matinée, ce qu’iln’a pas fait. Dont acte.
Il faut rendre à chacun son dû, et le souligner ne fait que rendre justice à chacun.
Attention à la suite, c’est pour bientôt!

L’origine

Mais de quoi donc parle-t-on en abondance? Du décès, pour l’instant inexpliqué, d’un cheptel de vaches, d’un agriculteur de Roderen (Haut-Rhin), à quelques kilomètres au-dessus de la vallée de Thann- ville du siège de la sous-préfecture et de deux sites chimiques.

Or donc, en 2004, Pascal Wolferperger, éleveur, fonde le Gaec des Collines avec un associé, Pascal Bianchi. À partir de 2014, les symptômes apparaissent: les vaches sont atteintes d’une sorte de grippe ou d’allergie se traduisant par un écoulement de nez très fort, un (ou des) abcès près de la tête et/ou du cou, puis par des défaillances neurologiques.

Des 140 vaches de départ, il n’en restait plus qu’une trentaine fin 2016. Dans ce cas-là, l’éleveur se pose des questions, demande autour de lui, fait venir le vétérinaire, le paie (ce qui n’est pas donné- pour une consultation d’un animal de compagnie, le vétérinaire demande 39 €; pour une vaccination de chien ou de chat, cela fera 45 de plus; pour une vache, la moindre consultation avec déplacement {sans analyse] est facturée 60 €…).

L’éleveur, lui, ne ressent aucun malaise corporel. L’enquête se met alors en marche: Mr Wolfensperger veut savoir ce qui se passe avec ses vaches, son gagne-pain, on parle là d’une production annuelle de 500 000 litres de lait, ce n’est pas rien!

En 2014, il déplore une vingtaine de décès, «sans explication plausible, causant des pertes de revenus et d’importants frais vétérinaires». Un collègue agriculteur du même village, Franz Baumann, membre de la Confédération paysanne, est alerté par un
habitant. Mr Baumann fait le relais auprès d’associations de protection de l’environnement (Alsace Nature, Acces [Actes Citoyens pour une Consommation Ecologique et Solidaire], successeur de NIHA, et alias).

Etape suivante: contacter les services de l’Etat, par le biais de la sous-préfecture; celle de Thann n’étant pas disponible (le poste est alors vacant), c’est celle d’Altkirch qui prend le relais. Est alors mandatée la Dreal (Direction Régionale de l’Environnement, del’Aménagement et du Logement- http://www.bas-rhin.gouv.fr/Servicesde-l-Etat/Presentation-des-services/Unites-Territoriales-UT/DREAL-Alsace#), qui mandate l’Aspa, une association oeuvrant sur les mesures de la qualité de l’air.

Pour cette premère campagne, aucun résultat probant n’est détecté. Il va falloir persévérer. Entretemps, un nouveau sous-préfet est nommé à Thann, et ses services reprennent le suivi de l’affaire.

Les mesures bis

Au niveau des organisations étatiques, c’est l’Ineris (https://www.ineris.fr/fr) qui prend le relais, sans plus de résultats; elle s’est attachée à mesurer (on dit ‘investiguer’, anglicisme maladroit…) l’air, l’eau, les sols, la circulation  des vents, l’alimentation des bêtes, bref, la totale- et, dans ces domaines, la présence de titane, de cadmium et de tungstène. Malgré ces multiples analyses, dont celles del’Inéris (cf.supra) et des services vétérinaires du département, rien n’a permis d’identifier les causes possibles de cette mortalité.

La dernière en date, en juin 2017 et opérée par la sous-préfecture de Thann, n’a rien révélé de déterminant non plus. Une question est soulevée: serait-ce l’emplacement? Une partie du Gaec est situé sur le site d’une ancienne décharge, comblée depuis, bien sûr, et il pourrait y avoir comme des remontées de gaz, après toutes ces années, ce qui arrangerait bien les choses. Pas besoin de chercher autre part…

L’aide extérieure

Franz Baumann décide alors de faire appel à Michael Loeckx, scientifique formé au journalisme, consultant en environnement (http://milou.org/news/), qu’il connaît depuis longtemps. «On a mis en place un programme d’analyse de recherches, de l’air, de fourrage…».

Pendant ce temps, les vaches continuent de périr. «Elles avaient toujours les mêmes symptômes- un écoulement de nez très fort, puis un abcès près de la tête et du cou, des défaillances neurologiques, avant de dépérir et de mourir».

Avec l’aide de l’université de Berne, il abat deux bêtes, dont il emmène les carcasses en laboratoire pour en prélever les organes, et ne constate aucun problème d’ordre biologique (virus, bactérie ou autre parasite). «En revanche, on a pu démontrer que les problèmes rencontrés par les animaux provenaient de l’inhalation d’un produit toxique présent dans l’atmosphère de manière chronique», révèle le scientifique.

M. Loeckx veut s’assurer que les pratiques de l’agriculteur ne sont pas en cause dans cette contamination. Ils trouvent du titane en grande quantité. Serait-ce un résidu de l’usine Cristal, voisine de quelque 4 kilomètres?

Des nanoparticules en grande quantité

Ce n’est pas une véritable explication, mais c’est une piste. «L’étape d’après, c’était donc d’analyser l’atmosphère beaucoup plus finement. On a fait des analyses d’air avec des filtres spécialisés pour le captage des nanoparticules. C’est là que l’on s’est rendu compte que les nanoparticules de dioxyde de titane étaient présentes en grande quantité», conclut M. Loeckx. Impossible de détecter ces nanoparticules de titane dans les organes des vaches- question de moyens techniques, pas encore au point, selon le journaliste scientifique.

L’intervention – mesurée – de l’Etat

Pendant ce temps- étalée sur dix-huit mois, est demandée par les services de l’Etat une campagne de mesure des rejets gazeux de l’usine. La demande, formulée en 2015, devait être complétée pour février 2017; elle a été communiquée par le site chimique en juillet de la même année, et n’ a été relayée auprès du collectif de défense
qu’en novembre, tout récemment donc…

Le site et sa production

Qu’est-ce que Cristal? Sur son site d’entreprise (en techspeak, corporate), Cristal se présente comme le second plus gros producteur ‘global’ de dioxyde de titane, le premier producteur mondial de dioxyde de titane ultrafin et de produits chimiques à base de titane, un des fers de lance des produits spécialisés à base de titane et –  enfin – un des producteurs en plein essor de sables minéraux et de poudre métallique de titane.

C’est un pigment blanc, produit depuis 1922 dans l’usine, substance chimique inerte sous sa forme normale. Il est utilisé pour ses propriétés d’opacité, de blancheur et de brillance, dans la nourriture, la peinture, les revêtements ou les plastiques: on en trouve dans une foule de produits, de l’électronique aux médicaments, en passant par la confiserie: c’est le « colorant E 171 ».

Seulement voilà, depuis une dizaine d’années, l’industrie du dioxyde de titane s’est mise à la production de titane sous forme de nanoparticules, on parle là de l’échelle d’une cellule.

Les nanoparticules

Pour être plus précis, 1 millimètre- mm, c’est un millième de mètre (1/1000° m), 1 micron- μm, est 1 millionième de mètre (1/1 000 000° m), et 1 nanomètre- nm, est 1 milliardième de mètre (1/1 000 000 000 °m). Selon la norme ISO TS/27687, une nanoparticule est un nano-objet dont les trois dimensions sont à l’échelle nanométrique,

Cette échelle est celle de l’atome, la brique élémentaire de toute matière. Ainsi Il existe la même différence proportionnelle de taille entre un atome et une balle de tennis qu’entre une balle de tennis et la planète Terre.

Mais revenons à nos vaches: Chose à remarquer: les vaches, une fois malades, ont été déplacées sur un autre site d’élevage de l’associé dudit Gaec, à Flaxlanden, et se sont remises. Il y a donc un lien avec le lieu, ce n’est pas une épizootie!

La démarche rigoureuse, à la suisse

Michael Loeckx veut s’assurer que les pratiques de l’agriculteur ne sont pas en cause dans cette contamination.

Grâce à l’examen des deux vaches abattus volontairement, « on a pu démontrer que les difficultés rencontrées par les animaux provenaient de l’inhalation d’un produit toxique présent dans l’atmosphère de manière chronique», dévoile le scientifique. « Dans toutes les analyses, du baryum et du titane ont été retrouvés, ce qui a entraîné chez les bovins des blessures dans les poumons et dans le système respiratoire. On pense que les nanoparticules ont un effet délétère pour les vaches », explique-t-il.

«L’étape d’après, c’était donc d’analyser l’atmosphère beaucoup plus finement. On a fait des analyses d’air avec des filtres spécialisés pour le captage des nanoparticules. C’est là que l’on s’est rendu compte que les nanoparticules de dioxyde de titane étaient présentes en grande quantité», conclut M. Loeckx.

Impossible de détecter ces nanoparticules de titane dans les organes des vaches… question de moyens techniques, pas encore au point, selon le journaliste scientifique.

«En revanche, on a trouvé du tungstène, et ce produit ne peut provenir que des nanoparticules incriminées». Conclusion: «La probabilité la plus grande est que cela vienne de l’usine».

L’usine Cristal

L’usine de Thann, située à quelques kilomètres de la ferme, emploie 244 salariés et est un des sept sites de production de dioxyde de titane de l’entreprise Cristal, second plus gros producteur mondial de cette substance, après avoir acquis Millenium Inorganic Chemicals en 2004 pour 1,3 milliards de dollars. Cristal est ainsi devenu un acteur de poids (on parle d’une production de plus de 4 millions de tonnes pour le monde entier, et cela ne fait que se développer).

Tasnee, sa structure mère, est une société par actions cotée détenue à 79% par le fonds national d’investissement industriel saoudien, à 20% par la Corporation d’Investissement du Golfe persique (détenue à fonds égaux par les six pays composant le Conseil de Coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahrein, Emirats Arabes Unis, Koweit, sultanat d’Oman et Qatar) et le 1% restant est un investisseur privé.

Depuis une dizaine d’années, l’industrie du dioxyde de titane s’est mise à produire le produit sous forme de nanoparticules- on parle de l’échelle d’une cellule.

Et – coïncidence, fortuite ou pas, que relève Michael Loeckx – les vaches ont commencé à tomber malades au moment où l’usine a intensifié sa production de nanoparticules.

Un drame social

Après avoir vendu ses dernières vaches début 2017, Pascal Wolfensperger, confronté à de graves difficultés financières, s’est reconverti dans la culture des céréales. Son associé, Pascal Bianchi, lui, s’est retiré de l’affaire.

Désabusé, l’agriculteur veut bien croire à un dénouement prochain de ce mauvais feuilleton: il n’a pour l’instant perçu aucun dédommagement en raison des pertes qu’il a subies. Si ce dernier n’a pas tenu à se prononcer sur la responsabilité de l’usine, les résultats de l’enquête ne semblent laisser aucune place au doute.

Le problème est que l’on commence seulement à appréhender les effets de ces nanoparticules, omniprésentes et totipotentes: dans l’alimentation, les peintures, les textiles, les cosmétiques…une brassée d’usages «inquiétante», selon les déclarations d’André Cicolella, toxicologue et président de l’association Réseau environnement santé, au journal l’Usine nouvelle: «Sous forme nanométrique, le dioxyde de titane passe à travers la peau et la molécule peut ainsi aller se loger un peu partout, y compris dans le cerveau».

En janvier 2017, une étude de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) parvenait à démontrer la nocivité de ces nanoparticules sur le rat- sans toutefois que ces résultats puissent être extrapolés à l’homme.

Les chercheurs montraient que des nanoparticules de l’E171 pénètrent la paroi de l’intestin et se retrouvent dans l’organisme des rats, provoquant des troubles du système immunitaire et générant des effets cancérogènes.

Les responsabilités diluées, forcément diluées

Les responsables de l’usine contactés par France Bleu Alsace ont affirmé être très surpris par cette enquête.

Selon eux, leur entreprise n’a jamais été mise en cause, ni par les études officielles réalisées par les services de l’État (Ineris et services vétérinaires locaux), ni par celles de la Chambre d’Agriculture (pour celle-ci, les études portaient sur le lait)*. Le mystère resterait entier.

L’industrie du dioxyde de titane entretient d’ailleurs savamment la confusion entre usage «classique» du dioxyde de titane et utilisation sous forme nanométrique. Sur le site de la Titanium Dioxide Manufacturers Association (Association professionnelle [équivalant à un syndicat, mais avec d’énormes moyens, financiers entre autres, très commodes pour le lobbying] des fabricants de dioxyde de titane), la question des nanoparticules est rarement abordée, à part dans la section «nourriture», pour une brève mention de leur «grande rareté».

Une plus grande part, même discrète, est utilisée pour – je cite – «s’étonner et se désoler de l’inscription du dioxyde de titane comme agent carcinogène par la directive Reach».

Une évaluation objective a enfin été réalisée par l’Anses (Agence nationale de sécurité environnementale et sanitaire); les industriels concernés ayant longtemps refusé d’apporter les données demandées (sous diverses raisons, la plus usuelle étant… le risque d’espionnage industriel, si, si!), avaient partiellement obtenu gain de
cause auprès de la Commission Européenne (tant décriée, et à juste titre), ce qui n’a fait que retarder cette évaluation de l’industrie du dioxyde de titane: elle a partiellement eu lieu en 2014.

Les nanoparticules de ce produit étaient donc utilisées largement avant même leur évaluation par les États.

Soutien…ou pas

Un soutien des services de l’État, c’est justement ce qu’aimeraient les associations et les agriculteurs qui se sont saisi de la situation du Gaec des Collines. «Des réunions se font avec la sous-préfecture depuis longtemps. Les services de l’État sont au courant», expliquent Franz Baumann et Régis Absolu.

L’Ineris, alerté du problème, a d’ailleurs mené des enquêtes fin 2016 sur le site du Gaec des Collines. Sa conclusion est qu’«à ce jour, aucune source n’a été identifiée et aucune matrice environnementale investiguée ne présente des concentrations anormales susceptibles de
dégrader la santé du cheptel». L’Ineris renvoie à la possibilité d’une pollution du fait de l’existence antérieure d’une décharge sur le site de la ferme… et propose comme futures pistes de se pencher sur les activités industrielles de la vallée de Thann.

Un impact sur les humains?

C’est justement autour de l’usine Cristal que devraient se porter les interrogations. «Les responsables ne se sont pas manifestés malgré deux ans qu’on tourne autour», regrette Franz Baumann. «On nous a raconté des salades», ajoute- t-il, tout en refusant d’aller plus loin dans ses explications. «On ne peut pas établir de manière exacte une relation de cause à effet, mais on joue notre rôle de lanceur d’alertes. Cela doit amener l’État à prendre le sujet au sérieux et à faire un véritable travail d’enquête complémentaire à celui que nous avons fait. Si ces nanoparticules se sont baladées dans la nature, quel est l’impact sur la population civile? Si elles sont capables de mettre une vache au tapis, que pourraient-elles faire sur les humains?» s’interroge l’agriculteur. «Tout ce que l’on sait, c’est ce que ces particules n’ont rien à faire là».

Le collectif, très actif, a communiqué les résultats de son enquête le lundi 6 novembre dernier au Cercle St-Thiébaut à Thann. Ce que souligne ce collectif, ce sont les lenteurs accumulées, les réticences mesurées à communiquer, la mauvaise volonté évidente des différentes parties engagées face à la situation malencontreusement
dramatique d’un agriculteur, privé de son outil de travail, et d’une certaine mauvaise foi, disons-le tout net: le principe de précaution s’applique dans un seul sens.

A la question légitime de l’exploitant agricole sur les dangers encourus pour lui-même, ou toute autre personne travaillant dans l’étable concernée, il lui est répondu par les services vétérinaires de «veiller à ne pas rester trop longtemps en effet dans l’espace clos; par contre, le lait récolté est commercialisable, car il se fondra dans le volume et sera ainsi neutralisé»- ce qui devrait éviter toute prise en charge par l’Etat? Gageons que la dernière page n’est pas encore tournée, et attendons la suite. Que nous ne manquerons pas de vous relater…

Georges Schaffner

[On appelle nanoparticules des particules de matière de quelques millionièmes de millimètre. Ce sont des particules ultra-fines (PUF*), dont au moins une dimension est comprise entre 1 et 100 nanomètres, nm (ou milliardième de mètre). Leurs propriétés physiques, chimiques et biologiques découlent spécifiquement de
cette taille nanométrique. Les NPs sont très présentes dans notre environnement, notamment le noir de carbone,

* Les particules ultra-fines (ou PUFs) sont des particules de taille nanométrique (moins de 0,1 μm ou 100 nanomètres de diamètre), si ténues qu’elles se comportent comme des gaz. Elles ont des origines soit naturelles (incendies de forêt, volcanisme, érosion éolienne) soit anthropiques, dérivant des activités humaines (échappement des moteurs et chaudières, raffineries, usure de pneus, peintures, freins et autres sources mécaniques, soudure et autres systèmes fonctionnant à haute température, lavages, etc.).

Les PUFs contribuent très peu à la masse globale des polluants de l’air de par leur ténuité/petitesse, mais elles sont dominantes en nombre de particules; leur rôle est majeur dans les effets des pics de pollution et de la pollution chronique, en raison de leur quantité, de leur surface spécifique et de leur capacité à pénétrer profondément
dans le poumon, entre autres organes, puuis à traverser la barrière pulmonaire. Dans le domaine de la santé environnementale, c’est une catégorie majeure de polluant dans l’exposition respiratoire à la pollution et en ce qui concerne les effets sur la santé.
Bien plus petites que les classes de particules réglementées (PM10 et PM2.5), et bien qu’elles soient suspectées d’avoir des effets graves sur la santé (car bien plus agressives à masse égale que les classes de particules plus importantes), elles ne sont pas encore réglementées.

Selon le Pr Gherardi, neuropathologiste, chef de service du Centre expert en pathologie neuromusculaire à l’hôpital Henri-Mondor (Créteil), plus la nanoparticule est petite, plus elle est toxique; elle pourra aisément franchir toute barrière- pulmonaire, entre les poumons et le sang; encéphalique, entre le cerveau et le corps…

L’empoussiérage métallique mène à la même pathologie – or, que transforme Cristal, sinon du métal sous forme de nanos?]