Archives par mot-clé : féodaux

CONSIDERATIONS DIVERSES SUR LA NOTION DE PATRIMOINE

Dimanche 17 septembre dernier a été une nouvelle « Journée du Patrimoine », manifestation créée en 1984 et promue européenne depuis 1991.Consacrée d’abord aux monuments historiques, selon l’appellation initiale de son instigateur Jack Lang (« Journée portes ouvertes dans les monuments historiques »), elle en reste marquée par une forte propension à mettre en valeur avant tout les témoignages architecturaux construits par l’aristocratie et l’Eglise catholique, auxquels s’ajoutent les ouvrages militaires.

Châteaux, forts ou de plaisance, manoirs, cathédrales, églises, monastères et cloîtres, ainsi que fortifications édifices religieux sont autant de traces de la suprématie des castes dominantes, selon le dogmeétabli par Adalbéron de Laon au début du XIè siècle, qui scella à jamais, du moins l’espérait-il, la division du corps social en trois ordres, les bellatores, ceux qui combattent, les oratores, ceux qui prient et les laboratores, l’immense majorité, ceux qui triment pour les deux autres et auxquels ils doivent obéissance, division voulue par Dieu : notre Président de la République n’habite pas un palais pour rien (palais toutefois visitable – gratuitement- un jour par an…)

Pour autant toutes ces demeures somptueuses ne sont pas accessibles le jour en question, loin s’en faut : nombre d’entre elles restent la propriété, ou des descendants de l’aristocratie ayant réussi leur reconversion dans le monde nouveau issu de la perte des privilèges féodaux, ou encore, et plus souvent, de la classe qui a supplanté la précédente, à savoir la bourgeoisie : ne pas confondre le patrimoine « public » avec le patrimoine « pas touche », genre celui de feue Liliane de Bettencourt.

Certes, on s’ennuierait ferme dans la France touristique, si nos anciens maîtres féodaux, seigneurs qui guerroyaient et prenaient du bon temps, ou prêtres et moines qui priaient pour le salut de nos âmes dans leurs cathédrales et monastères – tout en y accaparant le grain et le vin, quand ils n’en faisaient pas denrées de spéculation-n’avaient jonché l’hexagone des bâtisses à contempler pour occuper les jours où la pluie et le mauvais temps rendent les plages ou la campagne moins engageant.

Admirer, de temps d’une visite, le fruit du labeur de nos ancêtres

Alors, non sans un droit de passage souvent conséquent, nous pouvons, le temps d’une visite, admirer ce que nos ancêtres roturiers ont construit, forcés et contraints par les corvées, ou financé avec force gabelle, taille, dîme, octroi, sou additionnel. Et nous payons avec humilité et sans broncher à notre tour pour contempler le fruit de leur labeur extorqué sous la menace du sabre et du goupillon, histoire de bien savoir d’où on vient et de nous remettre à notre place : en bas. Qui donc parlait de servitude volontaire ?

Des demeures de nos ancêtres plébéiens, par contre, il ne reste rien, ou si peu. Pas la peine, d’ailleurs elles n’ont pas été bâties pour résister au tempset pour proclamer en toute éternité la gloire et puissance des rois solaires, mais juste pour se mettre à l’abri l’espace d’une brève et chiche vie.

A quoi a pu ressembler l’humble atelier du savetier médiéval et la chaumière du laboureur du temps des jacqueries ? On n’en saura jamais rien.

Au printemps dernier, me trouvant dans la longue file d’attente à l’entrée du Palais des papes à Avignon, dont le flux était en outre péniblement ralenti par les contrôles de sécurité, j’entends devant moi une adolescente se tourner vers sa mère et lui faire cette réflexion : « C’est quand même incroyable ! Nos ancêtres ont payé pour construire cet endroit, et on nous demande en plus de payer pour le visiter ». Il y a de l’espoir, me dis-je, le sens de la critique sociale n’est pas encore entièrement en ruines…

Car c’était très exactement la réflexion ce qui m’était venu à l’esprit quelques années auparavant, en visitant un château (privé) de la Loire (celui de Cheverny, en l’occurrence, domaine privé, qui servit de modèle à Hergé pour son fameux Moulinsart) : la famille laisse visiter le rez-de-chaussée, ce qui lui permet de continuer à habiter le premier étage.

Bien sûr, des bâtiments publics et davantage républicains ont rejoint la liste des lieux ouverts au public lors de la Journée du Patrimoine (universités, grandes écoles, musées), mais il n’en reste pas moins que le gros des manifestations relève du legs de nos seigneurs roturiers et ecclésiastiques.

L’héritage qu’a laissé le peuple dont la sueur et le sang ont cimenté les pierres des monuments historiques est ailleurs : ce sont notamment la foultitude des savoir-faire et des métiers, les outils qu’il laissé pour alléger sa peine.

Les langues du peuple sont aussi en péril!

C’est aussi les langues du peuple, car si le patois francilien, devenu la langue des monarques, a été imposé à tout le royaume ainsi qu’aux provinces conquises et annexées, les idiomes régionaux ont longtemps tenu bon, comme autant de refuges et de résistance à l’oppression.

Aujourd’hui, c’est peu dire qu’il s’agit d’un monument en péril : rien n’a été fait pour les conserver, tout au contraire. Nul Prosper Mérimée * ne fut chargé de voler à leur secours, ni de Stéphane Bern !Le principe de langue unique l’a emporté, instrument du pouvoir, au lieu de se contenter d’être la langue commune au milieu d’une foison de diversités linguistiques aussi enrichissante que la variété des chants d’oiseaux.

C’est pourquoi on ne peut qu’applaudir l’initiative de la Communauté de communes Sud Alsace Largue qui a consacré à ce thème le dimanche 17 septembre dernier, sa version de la Journée du Patrimoine. Bien placée, en outre, puisque le territoire de la « Comcom » englobe non seulement un espace alsacophone mais aussi roman.

La belle initiative des communes Sud Alsace Largue

Se sont succédé ainsi, tout au long de l’après-midi, dans l’agréable  Maison de la Nature d’Altenach, Fabrice CHEVROTON et Daniel BARNABE lisant des poèmes de Georges ZINK et d’Adrien FINCK (deux poètes et universitaires tous deux natifs de Hagenbach), de Ulrich RICHERT, Marcel SCHWOB, HINDER, en alsacien pour ces derniers, et de René PIERRE, en patois roman, « A TàgesÜssflugmìt ‘m Autobus », pièce de Christian HEIDENREICH adaptée par  Vincent  REY et la troupe théâtrale de Hindlingen, le groupe BABUSK, le rédacteur de ces lignes, avec des chansons traditionnelles et des mises en musique de poètes régionanux. On projeta le film d’un journaliste de Stuttgart, « Schmierwurscht et Baguette », qui dresse un tableau attristant de l’état de notre langue régionale, avec toutefois quelques notes d’espoir du côté des initiatives de parents de création d’écoles immersives et bilingues. Un débat animé par Julien STEINHAUSER et Andreas  OTTMAYER, le réalisateur,  a conclu la copieuse journée.

Les élus de Sud Alsace Largue concernés ont eu ce jour-là le grand mérite et l’intelligence d’avoir mis l’accent sur un aspect un peu du patrimoine populaire, en l’occurrence, sa dimension immatérielle, à défaut d’accumulation immobilière.

Daniel MURINGER