Archives par mot-clé : élections régionales

PAROLES DE CAMPAGNE

paroles

PAROLES DE CAMPAGNE

Les élections sont passées et, évidemment comme à chaque fois, tout va changer. Tout le monde à « compris » le message des électeurs. Nous analysons par ailleurs quelques enjeux qui découlent de ce suffrage mais il nous semblait intéressant de relever quelques commentaires de femmes et d’hommes politiques qui s’exprimaient après les élections. C’est dans ces moments, devant la vérité des chiffres, on se lâche un peu. Examinons quelques-unes de ces déclarations.

Florilèges écolos

Emmanuelle Cosse, Europe Ecologie Les Verts : « les futurs présidents de région ne devront pas oublier qui leur a permis de remporter ces régions… ». Mais ce sont les électeurs, chère Emmanuelle, les électeurs si, si… Continuer la lecture de PAROLES DE CAMPAGNE

ELECTIONS REGIONALES: 2e et 3e SERIES DE QUESTIONS AUX CANDIDATS

L’Alterpresse68 publie ci-dessous la deuxième série de questions aux candidats aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains. Le thème choisi cette fois-ci porte sur les questions économiques et sociales.

Ce thème devait faire l’objet d’un débat mouvant le jeudi 19 novembre sur le campus Fonderie. Il a été annulé puisque le Préfet avait réquisitionné  ce campus mulhousien pour y organiser une réunion sécuritaire.

Ce débat mouvant sera finalement organisé le jeudi 3 décembre de 18h à 19h 30 dans le hall du campus Fonderie. Les questions porteront bien sûr sur ce thème 2, mais aussi sur le thème 3 auquel les partis ont été invité à répondre. Vous trouverez ici les questions posées sur le thème 3, précédé d’un texte de présentation (Les réponses sont accessibles dans l’article « Les réponses ». Continuer la lecture de ELECTIONS REGIONALES: 2e et 3e SERIES DE QUESTIONS AUX CANDIDATS

Ma région va (me faire) craquer !

Composition CR Alsace

Tout le monde le dit : la méga-région ACAL (l’acronyme officiel pour « Alsace Champagne-Ardenne Lorraine ») est un « machin » qui ne ressemble à rien.  Une sorte de monstre institutionnel, un non-sens administratif décidé à Paris par un gouvernement qui a perdu le contact avec la population réelle. L’université d’été organisé ce samedi 29 août à Colmar par la Denkfabrik « Initiative Citoyenne Alsacienne 2010 » a permis à quelques partis politiques de s’exprimer sur la question. Surprise : tous regrettent mais (presque) tous s’y résignent !

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées toute une journée pour réfléchir à l’avenir de l’Alsace. Des universitaires, des acteurs de la société civile, des citoyens et des représentants de quelques partis en lice pour les prochaines élections régionales.

Ces derniers partagent l’analyse des différents spécialistes (géographes, juristes, etc.) sur l’absurdité de cette méga-région :

Jean-Marc Riebel, des Verts, considère l’ACAL comme « un territoire impalpable, de Nogent-sur-Seine à Saint-Louis ».

Eric Straumann (UMP/LR) reconnait que la méga-région est incohérente et que n’est pas le périmètre adéquat pour faire des économies d’échelle.

Sylvain Waserman (Modem) estime que cette fusion va susciter une « regrettable perte de temps ».

Andrée Muchenbach (Unser Land) insiste sur le déni démocratie de cette fusion.

Une question s’élève alors de la salle : pourquoi alors les conseillers régionaux alsaciens n’ont-ils pas collectivement démissionné pour protester contre ce coup de force ? Cela aurait créé un électrochoc dans l’opinion régionale et nationale !

Réponse très « tactique » d’Eric Straumann : Continuer la lecture de Ma région va (me faire) craquer !

L’indécence en politique

Démocratie-Vote

C’est fait, le Haut-Rhin est dirigé par un conseil entièrement à droite. Certes, une élue socialiste, Marie-France Vallat dans le canton de Wittenheim, siègera. Mais son partenaire de binôme, François Vogt, s’est empressé de rejoindre… la majorité de droite (L’Alsace du 3 avril)! Faudra m’expliquer comment un tandem pourra rouler simultanément à droite et à gauche sur le chemin… Encore un événement qui va redorer le blason de la politique…

L’abstention se confirme au second tour, victoire relative de la droite

56,2% d’abstentions au second tour, plus qu’au premier tour. Mais comme nous l’avions pressenti lors d’un article précédent (« Tout le monde il est content ») les vainqueurs du second tour évacuent cela d’un revers de la main. Et se contentent d’être élu avec une minorité de voix tout en se félicitant des « excellents résultats » qu’ils ont obtenus.

Si la droite peut pavoiser en Alsace, elle ne peut pourtant pas se glorifier du résultat dans un climat de défiance à l’égard du gouvernement : au premier tour, la gauche engrange 36,7% des suffrages, la droite « classique » obtient 37,5% et le Front National passe de 4,8% en 2008 et 15.1% en 2011 à 26% en 2015. Sarkozy ne peut décemment pas parler de « victoire », Continuer la lecture de L’indécence en politique