Nuit debout dans le Haut-Rhin : Mulhouse après Guebwiller ?

Le mouvement qui a démarré place de la République à Paris au soir de la manifestation du 31 mars dernier, est en train d’essaimer. Dans une centaine de villes en France et dans plusieurs pays européens, le mouvement semble s’enraciner. Malgré la répression policière quotidienne, les provocations multiples (on peut s’interroger sur leur origine), les campagnes de « désinformation » venant essentiellement de la municipalité de Paris (les dégradations, le bruit, l’effet négatif sur les commerces…), le mouvement tente de s’organiser et s’est doté de ses propres moyens d’informations. Car, comme la politique et les organisations « institutionnelles », les médias sont l’objet pour le moins de méfiance, si ce n’est de rejet.

Une radio et une télévision Nuit Debout émettent en direct de la Place de la République, un site fort bien fait donne les informations sur les décisions et les appels votés en AG, http://www.nuitdebout.fr/

Après Guebwiller, dont vous pourrez lire ci-dessous l’essentiel des questions débattues lors de la Nuit du 22 avril, Nuit Debout s’annonce à Mulhouse, le 28 avril prochain, à 18 h 30, place de la Bourse après la manifestation qui démarrera au même endroit à 14 h 30.

L’Alterpresse68 se met à disposition du mouvement dans le Haut-Rhin pour être son porte-parole, s’il le souhaite bien évidemment. Comme le fait radio MNE : l’émission Un autre son de cloche diffusée en direct jeudi 28 avril à partir de 20 h sur radio MNE 107.5 ou radiomne.com sur internet, rendra compte de cette première Nuit debout mulhousienne ainsi que celle de Guebwiller qui semble avoir pris un rythme de croisière avec des rendez-vous réguliers les vendredis soirs.

Un appel à une convergence avec le mouvement syndical est en ligne sous forme de pétition. Nous le relayons bien volontiers ici. http://leurfairepeur.wesign.it/fr

 DSCF1055

Nuit debout acte 2

Guebwiller le 22 avril 2016

La 2e  nuit debout du Florival a réuni 80 personnes le soir du vendredi 22 avril.

Certains pour la première fois, d’autres revenaient. Nous sommes repartis en nous promettant de venir plus nombreux vendredi prochain

Nous avons échangé pendant près de 4 heures sur les sujets suivants, en vrac, dans le désordre et sans prétendre à l’exhaustivité :

-les salaires des grands patrons, celui d’air France vient de bondir

-l’article 19 de la loi El Khomri qui favorise la représentation du MEDEF au détriment des PME et des artisans

-la loi « Secret des affaires »

-la nécessité de faire de la révolution un préalable

-changer de constitution et comment

-créer un lieu de culture à Guebwiller

-les horaires et format des nuits debout pour permettre au plus grand nombre de venir

-la nécessité de faire des commissions (non-violence, travail, tracts, Facebook…) et de soumettre des propositions

-permettre aux jeunes, aux lycéens, aux précaires de trouver une place

-la véritable écologie

-l’état d’urgence

-la nécessité de déclarer ou non comme manifestation nos nuits debout

-le combat contre le nucléaire

Un groupe a rédigé un tract en direction des lycéens qui entreront sur le marché du travail dans les prochaines années.

DSCF1047

Print Friendly, PDF & Email