20160526_133558

Chronique d’une action anti-loi travail, de Mulhouse à Colmar

Jeudi 26 mai 8ème journée d’action…

A l’appel de l’Union départementale CGT 68, une cinquantaine de voitures sont rassemblées à partir de 10h 30 sur le parking de Cora Dornach pour prendre part à l’action « escargot » ; objectif: rejoindre la manifestation intersyndicale à Colmar en empruntant l’autoroute à vitesse réduite; militants, médias, gendarmes et agents des renseignements se retrouvent dans une ambiance décontractée sous un grand soleil…

Le responsable CGT donne lecture du courrier de la Préfecture refusant ce parcours et proposant la N83 comme alternative.

Vote en plein air des militants à l’initiative du secrétaire de l’U.D; refus unanime du parcours alternatif par les quelques dizaines de manifestants présents.

Négociation entre le gradé représentant la force publique et les responsables syndicaux : quelle vitesse respecter sur l’autoroute, ne pas bloquer la voie d’urgence…. et mises en garde: risques d’amendes.

Au moment du départ une vidéo circule sur les smartphones: débrayages et interventions dans les ateliers en cours à l’instant même à l’usine Peugeot Mulhouse.

Vitesse de croisière de «l’escargot» jusqu’à Colmar: entre 45 et 55 kms heure sur les deux voies.

Pas de gêne forte pour les véhicules sur l’autoroute; quelques camions croisés klaxonnent en signe d’approbation (…quant à « l’escargot » les routiers ont évidemment un savoir-faire et des moyens tout autres…).

A mi-parcours, les gendarmes arrêtent les 8 voitures de tête, les autres continuent; les 8 sont contrôlés: papiers etc. Amendes à venir pour non respect de la vitesse minimale de 60 kms sur l’autoroute ? plus sérieux ? A suivre….

On arrive à Colmar :

Rassemblement devant la préfecture; essentiellement syndicats CGT, forte présence des syndicats FO, participation de syndicats CFDT, PCF, présence des « Nuit debout » de Guebwiller et Mulhouse.

Prises de parole devant la préfecture, exigence unanime du « retrait » de la loi El Khomri.

14h30: Départ de la manifestation dans les rues de Colmar. Quelques centaines de manifestants (700 ? 800 ?). En tous cas Colmar n’a pas connu depuis très longtemps une telle mobilisation dans la rue.

Il fait de plus en plus chaud mais le dynamisme reste intact pour fouler les rues du centre de Colmar… mots d’ordre habituels sur la dite-loi; la nouvelle que Fessenheim est en grève circule, les échanges entre manifestants sur les dernières déclarations gouvernementales contradictoires sont nombreux ; des mots d’ordre nouveaux sont repris (« Valls au cachot »).

Aucune velléité de violence. Une « Force tranquille »  (nouvelle version) ? L’idée qu’une victoire n’est peut être pas si loin, (mais laquelle) ?

Sérénité, détermination, volonté d’unité, conscience que, peut être, des lignes bougent, sentiment exprimé tranquillement qu’il faudra continuer autant que nécessaire…

Les deux mulhousiens déférés devant le tribunal correctionnel de Mulhouse début juillet, après leurs démêlés avec les forces de l’ordre lors d’une manifestation récente sont présents; ils sont tous deux participants actifs aux « Nuit debout » à Mulhouse et l’un est un militant CGT connu ; un pansement épais recouvre un de ses doigts gravement écrasé par un coup de matraque.

Cette manifestation démontre à nouveau que les images passées en boucle d’incidents et de violences, les commentaires de pseudo-experts dont nous abreuvent les médias, ne reflètent en rien la réalité profonde et la dignité dont font preuve les salariés en lutte pour le respect de leurs droits fondamentaux.

J’échange quelques propos avec le propriétaire d’un chien, protégé du soleil par un drapeau CGT. Nous convenons sans peine que cette loi, son chien n’en veut pas non plus !

Fin de parcours, annonce de prochaines mobilisations, nationale le14 juin, mais aussi locales .

Christian Rubechi