Le Crédit Mutuel s’en prend aux salariés du Dauphine Libéré

 

Nous publions ci-après un communiqué du syndicat FILPAC-CGT du Dauphiné-Libéré. Ce quotidien situé à Grenoble, est un des grands journaux régionaux qui est diffusé essentiellement en dans les départements alpins. Il tire chaque jour 250.000 exemplaires et sa situation économique et florissante comme le prouvent les comptes présentés au Comité d’entreprise. Cela rend cette attaque du Crédit Mutuel d’autant plus intolérable. Le « journal unique » de la grande région Est doit-il se faire à ce prix, voire à tout prix ?

Nouvelle provocation : Lucas dénonce les accords au Dauphiné Libéré!!!

Mercredi 17 décembre 2014, une partie des équipes techniques travaillant de jour comme de nuit aux imprimeries de Veurey, dans l’Isère, ont décidé de cesser le travail (…)

Cette action fait suite à l’annonce de la direction du Dauphiné Libéré, propriété du Crédit Mutuel, de dénoncer unilatéralement tous les accords paritaires concernant l’organisation et le fonctionnement des divers services de l’entreprise, ainsi qu’une partie importante des « usages » en vigueur !!!
La direction réduit ainsi à néant un modèle social construit pendant plus de 40 ans et octroyant aux salariés qui travaillent souvent la nuit, les week-ends et jour fériés et en horaires décalés, des contreparties aux efforts consentis.

Cette annonce de résiliation est l’ultime chapitre d’une dégradation progressive du dialogue social depuis que le Crédit mutuel, banque qui arbore une image « sociale » mais qui cependant applique des méthodes du management d’une extrême brutalité, est devenue propriétaire du Dauphiné Libéré.
En effet nous avons pu constater et acter une recrudescence d’horaires à rallonge dépassant parfois le maximum autorisé par la loi française (notamment dans les secteurs administratifs et journalistes), une augmentation flagrante de la souffrance au travail et une déflagration des dépressions et de troubles psychosociaux subis par les salariés, y compris sur leur lieu du travail.

Or aucune difficulté particulière ne justifie un tel acharnement de la part du Crédit mutuel envers les salariés du Dauphiné Libéré.
L’entreprise se porte bien. La productivité et les résultats la placent au top 3 de la Presse Quotidienne Régionale. Elle rembourse ses dettes en avance, augmente chaque année ses fonds propres et réalise des achats immobiliers dans la région Rhône-Alpes, comme le démontre un rapport d’expert datant de seulement il y a quelques jours.
Rien ne le justifie, mis à part une volonté manifeste de toujours augmenter le rendement et un appât du gain qui vraisemblablement eux, n’ont pas de limite.

Lors de prochaines assemblés des salariés, il sera décidé de suites à donner à ce mouvement qui a comme objectif :
· Le retrait du projet directionnel de dénonciation des accords collectifs.
· L’ouverture des négociations paritaires afin de trouver des solutions viables dans le respect de la dignité et de la santé des salariés.