J’adore les Islandaises!

Je sais pas vous, mais moi j’adore les Islandais. Enfin, particulièrement les Islandaises ! Et vous savez pourquoi ? Ne pensez pas à un truc macho, écoutez plutôt. Lundi dernier, elles ont fait un truc dingue : elles ont toutes quitté le boulot à 14 h 38. Pourquoi 14 h 38 ? Parce qu’elles estimaient avoir assez bossé pour le salaire qu’elles touchent. Elles font cela régulièrement, le 24 octobre pour attirer l’attention sur les inégalités salariales entre hommes et femmes. Pour le même poste de travail, elles sont payées 18% de moins que les hommes : à 14 h 38, elles avaient travaillé pour leur argent.
Alors, l’Islande maudit pays pour les égalités hommes-femmes? Non, pas plus que d’autres même moins. Selon le rapport établi par le Forum économique mondiale sur la question, l’Islande est même classée N° 1 dans ce domaine. Mais les femmes ne s’en contente pas et veulent aussi l’égalité sur le plan salarial.
Et la France dans tout cela? Bon ou mauvais élève? Plutôt la seconde option, puisque dans ce classement, la France n’arrive qu’à la 17e place, et pire, nous sommes à la 132e place sur le critère de l’égalité salariale
Globalement, selon ce rapport paru le 26 octobre 2016, au rythme où vont les choses, il faudra attendre 2186 pour obtenir une égalité salariale entre les sexes. Français, enfin un bon point pour vous : dans l’hexagone, on devrait y arriver dès… 2095 !
Mais ce qui est dingue, c’est la perception que nous avons chez nous de cette inégalité : allez, encore quelques chiffres : 65% des salariés français pensent qu’ils sont rémunérés de manière égale, selon une étude publiée début de l’année. Et évidemment les mecs se distinguent encore: 74% d’hommes salariés en France pensent qu’il n’existe pas de disparités salariales entre hommes et femmes, les femmes sont plus lucides, elles ne sont que 55 % à le croire. Mais tout de même la majorité.
On a l’impression que ce n’est pas demain la veille que nos travailleuses françaises entrent en action et quittent le boulot 2 heures avant leurs homologues masculins. Il faut vous réveiller les nanas, sinon nous n’arriveront jamais à atteindre le but de 2095 ! Il est vrai qu’il faut déjà avoir du boulot pour pouvoir le quitter…
Michel Muller