sans-nom

Festivàl ohne Nàma : un ohna uns!

« Festival sans Nom » : et sans nous !

Nous publions ce petit texte en alsacien avec sa traduction que Jacques Zimmermann a fait paraître dans le journal M+. Jacques Zimmermann et Jean-Marie Stoerckel ont écrit un polar passionnant duquel nous reparlerons avec les auteurs prochainement dans ces colonnes : Le tueur à la coiffe alsacienne/D’r Teter met dem Elsàssesch Schlupf-Hüewa. L’originalité de ce roman réside dans sa double parution français-alsacien, ce qui est une première dans la littérature alsacienne.

Et il n’est pas content, Jacques Zimmermann. Et il a raison, c’est pourquoi nous publions bien volontiers ce court texte percutant et pertinent. Est-ce parce que la SNCF est concernée par ce Festival que la programmation du festival oublie les auteurs locaux ?

« Vu morn àb bis Sunndig  derf z’Melhüsa gazettert wara. Denn s’geht zum 4. Festivàl ohna Nàma met Kino, met Bagagnunga, met effentliga Verànstàltunga.

Bagagnunga en Biacher Làda, Bibliotheka. S’Fàzit esch, « d’r Krimi z’Melhüsa ». Un dàs Johr s’ Thema : Justiz. Weder a Üsstellung, noch a Mass. Aifàch d’Las-Luscht vu da Lit z’antweckla. Un fer’s gànz lawandig z’brenga wara ewer 30 Schreftsteller vorhànda se. Sa kumma vu Pàris har. Schu güat. Doch esch da Festivàl ohna Nàma, oi ohna uns. Dàs haisst ohna elsàssischa Krimi Schriwer.

Pàris esch schu a Hochburg fer Biacher – eh amel -, doch wara Johr fer Johr neia Regionàl-Krimis üsagabrocht. Doch a bet’s schàd.

Jacques Zimmerman

Traduction effectuée par nos soins:

A partir de demain (vendredi, ndlr) jusqu’à dimanche, nous allons trembler à Mulhouse ! Car se tiendra le 4e Festival sans Nom, avec des séances de cinéma, des rencontres, diverses manifestations ouvertes.

Rencontres dans des librairies, des bibliothèques. Ce sera l’occasion de parler « du polar à Mulhouse ». Et cette année, le thème est : la justice. Il ne s’agit pas d’une exposition ou d’une foire. Uniquement donner l’envie de lire chez les gens. Et pour rendre tout cela vivant, plus de 30 écrivains seront présents. Ils viennent de Paris. Bien. Mais ce Festival sans Nom sera aussi sans nous. C’est-à-dire sans auteur de polar alsacien.

Paris est certainement un haut lieu pour les livres – bien sûr – pourtant d’année en année paraissent de nouveaux polars régionaux. Dommage qu’ils ne soient pas présents.

jacques-zim

Jacques Zimmermann (à g.) et Jean-Marie Stoerkel présentant les deux tomes de leur roman publié en français et en alsacien dans le même livre