richert

Démission de Philippe Richert : aveu d’impuissance… ou pire ?

M. Richert démissionne de son poste de président de la Région Grand Est… Ils ne sont pas nombreux ceux qui vont le regretter en Alsace ! Archétype de l’élu alsacien d’après-guerre qui disent en Alsace ce que les Alsaciens veulent entendre et qui votent, à Paris, comme la République le leur demande, M. Richert est la victime de sa duplicité. Apparemment farouche opposant à la liquidation de l’Alsace dans le Grand Est, il a trahi ses premiers engagements… contre la promesse du poste de président… suivi par tous ses affidés, M. Rottner en tête… Des places étaient à prendre, alors fi des espoirs des Alsaciens.

Mais cette démission ne règle pourtant rien au fond du problème : comment l’Alsace peut-elle recouvrer la maîtrise de son destin en sortant de cette hyper-région sans queue ni tête…

Platzlajager…

C’est ainsi que les Alsaciens nomment ces femmes et hommes politiques dont la seule ambition est d’occuper des fonctions assouvissant leur plus ou moins grande ambition. « Chasseurs de postes » : est-ce cela l’avenir indépassable de l’engagement politique ?

Ici, on veut croire que non ! Et un bon exemple est la lutte pour redonner à l’Alsace une instance représentative et décisionnaire pour entrevoir son avenir. Il ne s’agit évidemment pas d’une revendication  « régionalo-autonomiste » comme le jacobinisme aime (mal)traiter tous ceux qui ne pensent pas « centralisation » ! Il s’agit bien d’une question démocratique : nous sommes à l’ère d’exigence citoyenne non seulement de pouvoir dire son mot mais d’être entendu !

L’éloignement des centres de décisions, la prééminence de la technocratie sur les politiques, malmène la démocratie. Les pertes de pouvoir de décision des communes, des intercommunalités, de toutes les collectivités locales font naître dans la population le sentiment de ne plus peser sur les décisions prises en son nom. Le vrai visage d’Emmanuel Macron apparaît, entre autres à travers le budget : toutes les structures décentralisées perdent des moyens alors que s’élargissent leurs domaines d’intervention. Voilà pour le fond. Le président de la République ne discute pas, il ordonne ! Voilà pour la forme.

La fin de la Conférence des Territoires

Devant le mécontentement engendré dans la population française par une réforme territoriale non discutée, imposée par le fait du prince élyséen, Emmanuel Macron a cru bon de créer, il y a deux mois,  une « Conférence des Territoires » rassemblant les collectivités locales et leurs associations. Lors de son lancement, le président de la République assura : « il n’y aura pas de baisse des dotations aux collectivités locales en 2018. Le chef de l’État a évoqué un contrat de confiance passé avec les élus locaux. Il s’engage à ne pas diminuer les dotations aux collectivités en échange d’efforts pour faire des « économies intelligentes » (…) » C’était le 17 juillet 2017.

Lors de la dernière conférence nationale des Territoires, le 28 septembre, toutes les Régions quittent cette instance pour protester contre la suppression de 450 millions de dotations… Les promesses n’engagent que ceux qui veulent bien y croire…

Apparaît ainsi clairement que la réforme territoriale n’a pas accouché d’une décentralisation mais au contraire d’un renforcement de la mainmise de l’Etat central sur les collectivités locales. C’est pourquoi la revendication d’une nouvelle organisation territoriale doit être imposée. Car la faiblesse de la position des Régions c’est qu’elles quittent la Conférence sans pour autant proposer une alternative.

Une majorité pour modifier la réforme territoriale ?

Le  septembre dernier, pas moins de 15 élus alsaciens de tous bords se sont succédé toute la journée à Sélestat, où l’Initiative citoyenne alsacienne (ICA) organisait un débat sur « l’avenir institutionnel de l’Alsace ». Avec quelques nuances, tous se sont exprimés pour que l’Alsace recouvre une certaine « souveraineté » pour s’administrer. Voici quelques échantillons dans laquelle on a parfois du mal à discerner la sincérité de la duplicité…

Patricia Schillinger, sénatrice (LREM) du Haut-Rhin: « Revenir en arrière, découdre ce qui a été fait va être très difficile ». Comme la salle gronde devant cet aveu (à mon sens sincère car il reflète ce qu’assène E. Macron, d’autres Républicains marcheurs veulent redorer leur blason devant une assistance visiblement acquise à la sortie du Grand Est.

Vincent Thiébaut, député LREM, explique qu’il parle au nom des députés LREM et MoDem du Bas-Rhin. « Nous, les députés En marche, souhaitons clairement un retour à une Alsace institutionnelle ».

Bruno Fuchs, lui aussi député LREM mais du Haut-Rhin, plaide pour un « détachement en 2021 de la région Grand Est », mais cela ne sera possible, dit-il, « que si nous avons convaincu que cela créera de la valeur pour la région, pour la communauté nationale, pour l’Europe ».

Le ton devient moins nébuleux avec Daniel Hoeffel,  ancien ministre et président du conseil général du Bas qui invite à « revenir à une région Alsace » qui puisse coopérer avec les régions françaises et étrangères qui l’entourent.

La toute nouvelle présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte Klinkert dit sa « colère de voir disparaître l’Alsace des livres scolaires, des cartes de Frances, et de découvrir des tartes flambées estampillées Grand Est »! Elle dénonce « l’ensemble désincarné et désenchanté [du Grand Est] qui est un véritable obstacle à l’ancrage rhénan de l’Alsace ».

Les déclarations d’autres élus tentaient le mariage du carpe et du lapin en étant tout à fait contre le Grand Est et inversement… Sauf Jean-Georges Trouillet, Unser Land, qui rappelait que selon un sondage Sofres, 84% des Alsaciens étaient pour la sortie de l’Alsace du Grand-Est.

Avec le recul, cette conférence, utile, fait surtout craindre que les Alsaciens ne pourront pas compter sur leurs élus pour modifier profondément la réforme territoriale.

D’ailleurs Philippe Richert a immédiatement sifflé la fin de la partie : lors de son discours annonçant sa démission le 30 septembre, il a écarté de la main toute possibilité de séparation de l’Alsace de la nouvelle région. Voilà le bilan de celui qui a soutenu une manifestation à Strasbourg, le 11 octobre 2014, se félicitant de voir 10.000 personnes s’opposer à la disparition de l’Alsace.

Et celui qui aujourd’hui voudrait bien briguer la succession de M. Richert, le maire de Mulhouse Jean Rottner avant, quant à lui, lancé une pétition recueillant 55.000 signatures contre la création de la méga-région… qu’il voudrait bien présider aujourd’hui…

téléchargement

La société civile et le referendum

Visiblement échaudés par les discours à géométrie variable des élus, 100 personnalités alsaciennes ont signé un appel que vous pouvez lire en suivant ce lien :

https://perspectivesalsaciennes.com/2017/09/29/appel-des-100/

Le texte appelle les responsables politiques « à s’engager pour la création d’une Région Alsace pourvue des compétences départementales et régionales ». Cette « collectivité à statut particulier » devrait aussi, écrivent-ils, être dotée de compétences complémentaires transférées par l’État.

Souvent l’exemple de la Corse ou des Antilles a été avancé pour démontrer que cette création était tout à fait possible dans le cadre de la constitution française. Mais pour l’heure, cet appel a malheureusement peu de chance d’être entendu s’il n’est pas soutenu par les citoyens alsaciens.

M. Eric Straumann, député LR, a lancé une idée loin d’être saugrenue… si elle est sincère et si son auteur est prêt à s’engager à la faire aboutir. Lors d’un débat sur l’avenir institutionnel de l’Alsace, sur France 3 Alsace, Eric Straumann a considéré que si aucune solution politique n’intervient d’ici la fin de l’année sur le sujet, « il faudra en appeler au peuple alsacien« . Et d’inviter les départements du Bas Rhin et du Haut Rhin, «  à organiser un référendum pour demander à la population s’il faut sortir ou non du Grand Est« .

Il serait intéressant de voir la réaction du gouvernement à une initiative de ce type. Traitera-t-il cette demande à l’image de ce que fait le gouvernement espagnol à l’égard des Catalans ?

En tout  cas, sans une initiative mobilisant l’opinion publique alsacienne, en organisant un débat large sur la nature et les prérogatives d’une « nouvelle Région Alsace », les élus alsaciens se réfugieront derrière leur impuissance pour que rien ne bouge. Et les Alsaciens se seront fait avoir une nouvelle fois…

Michel Muller

Nous publions ici une réaction fort intéressante de Daniel Muringer sur cette question.

Les aspects culturels et identitaires ne sont pas l’objet du propos (…) qui s’en tient à la seule question de la démocratie. Pour ce qui me concerne, ils pèsent évidemment et fortement dans la nécessité de maintenir une entité territoriale Alsace.

Cette prise en compte a d’ailleurs été celle du communisme alsacien, qui s’est positionné avant-guerre sur l’auto-détermination de la région (avec y compris le soutien en ce sens dirigeants nationaux Duclos et Thorez).

 Font partie de cette question de démocratie ET de l’histoire régionale les départements : il se trouve que les deux nôtres sont peut-être les seuls en France qui ont une justification historique, et ce, depuis l’époque romaine en passant par les comtés carolingiens, les Habsburg ainsi que le fameux et quelque peu mythifié – Reichsland  avec ses trois zones administratives.

 Il m’est impossible de participer à un mouvement où l’on revient à la charge avec le gadget « Conseil unique », que, comble de paradoxe, a appelé de ses vœux le gouvernement auquel s’oppose le mouvement de contestation de l’ALLOC (Alsace-Lorr-Champ) et qui constitue en soi un recul de démocratie locale : au nom de cette même démocratie locale, il est antinomique de s’opposer à la Grande Région et dans le même temps vouloir la suppression des départements.

 Pour mémoire, la Corse est bien plus avancée que nous sur les terrains qui nous préoccupent et le fait d’avoir deux départements n’y suscite pas d’états d’âme ! 

 Ensuite, je suis très inquiet au sujet de l’absence de préoccupations formulées par le mouvement concernant l’avenir du régime Alsace-Moselle de sécurité sociale qui pourrait bien passer à la trappe avec la réforme en cours et la suppression des départements, dont les trois concernés ; cela fait aussi partie du patrimoine historique autant que du progrès social. Ce silence serait-il du à la présence de plusieurs porte-paroles du MEDEF dans les colloques ad hoc qui ont eu lieu récemment ? Comble de paradoxe, il n’est pas exclu que ce soit une région dotée de plus de pouvoirs, mais si peu en lien avec les préoccupations sociales, qui jette le « Bubbala » par-dessus bord.

Heureusement que la CGT régionale a l’œil ouvert et défend le morceau.

Daniel MURINGER

 

 

Une réflexion sur “ Démission de Philippe Richert : aveu d’impuissance… ou pire ? ”

  1. Merci pour cet article qui montre bien l’état des forces en présence et des horizons possibles. Philippe Richert était épuisé, parait-il, par le travail de présider ce machin « Grand Est » et par les millions de km parcourus en voiture et en train (surtout en voiture, hélas!) pour tenter d’organiser l’incohérent.
    Sa démission est un aveu d’échec : le « Grand Est » est une impasse pour les Alsaciens, comme pour les Lorrains et Champenois. Tirons-en les conséquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *