CFTC : « Le maintien des urgences de Thann est primordial »

Syndicat majoritaire à l’hôpital de Thann et fer de lance de la mobilisation pour sauver les urgences, Pascale Lichtenauer, responsable du  Syndicat CFTC Santé Sociaux du Haut-Rhin a bien voulu nous faire part des positions de son organisation.

L’Alterpresse:  La fermeture des Urgences de l’hôpital de Thann est-elle une conséquence de la loi santé de Marisol Touraine et de la réforme hospitalière qu’elle induit

Pascale Lichtenauer: Les budgets accordés sont de plus en plus restreints, ils asphyxient nos établissements de santé ! Il faut faire de plus en plus d’économies !

Le service des Urgences de Thann  a été frappé de plein fouet par ces mesures d’économie.

Ce service, évalué comme non rentable en nuit profonde ( à partir de minuit ), devrait se restructurer  en n’ouvrant que le jour. Et oui,  toujours cette « foutue » question de rentabilité et cela ne dérange  pas l’Etat qu’elle rime avec inégalité ! Sans les urgences de Thann, 30 000 habitants se retrouveront à une heure d’un centre  d’urgences .Et c’est toute la population du bassin Thur-Doller et du bassin potassique qui sera  délaissée !

La  pénurie d’urgentistes, est également induite par des mesures d’économie. On nous annonce d’ici 5 ans un manque de plus de 120 urgentistes en ALSACE et  il n’en sort que 12  par année . Trouvez l’erreur ! Le  numérus clausus est en totale inadéquation avec les besoins du terrain !

On parle aujourd’hui des urgentistes , mais il y a également une pénurie de gynécologues, d’anesthésistes, de radiologues ……..

L’A: Quelle devrait être, selon vous, la politique de santé dans notre pays dans l’état actuel des finances publiques ?

PL: Il est plus qu’urgent de dégager des moyens financiers  pour venir en aide aux établissements de santé.

Quand il a fallu trouver des fonds pour sauver les banques, le gouvernement a su le faire !.

Il y a des choses à revoir en France, en particulier le salaire de nos hommes politiques !

Les dépenses baissent… mais à quel prix!

En 2016, les dépenses d’assurance maladie atteindront un niveau historiquement bas.

Mais à quel prix ?

Les budgets accordés  sont de plus en plus restreints, ils asphyxient nos établissements de santé !

La CFTC ne peut plus accepter que par manque de moyens financiers :

►ll y ait toujours moins de personnel pour s’occuper des patients et des résidents. Le personnel  est poussé à bout. Il s’épuise.
►Les conditions de travail se dégradent de plus en plus. Les rythmes de travail sont  infernaux. Les repos de sécurité ne sont pas respectés. Les rappels sur les repos sont incessants……
►Des services ferment.
►Des lits d’hospitalisation soient supprimés.
►On limite le numérus clausus (nombre d’étudiants  admis chaque année en 2ème année  de médecine), sans tenir compte de l’augmentation de la population et de son vieillissement.

Toutes ces mesures pénalisent  lourdement le service rendu aux usagers.

La CFTC demande avec force que la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé mesure toute l’ampleur du malaise des soignants et y apporte des mesures correctives très rapidement. L’octroi  de moyens budgétaires supplémentaires permettant aux établissements sanitaires et médico-sociaux de prodiguer des soins de qualité,  s’avère urgent et plus que  nécessaire !

L‘A: La mobilisation est importante : syndicats, élus, politiques, citoyens… mais très dispersée. Pensez-vous qu’un rassemblement de toutes ces forces est possibles, entre autres pour sauver les urgences de Thann

PL: La mobilisation  a été importante en effet :

-Plus de 1000 personnes à l’appel des élus  le samedi matin . J’ai en ma possession la pétition qui a été signée spontanément    ce matin là  et qui atteste du nombre de participants !

-400 personnes à l’appel de la CFTC le mardi AM.

– Apparemment le mouvement du  mardi matin  (CGT-FO) n’a pas été aussi suivi, au vu des commentaires de la presse.  (entre 100 et 150 participants, ndlr)

Cela ne nous dérange pas  outre mesure qu’il y ait eu plusieurs mouvements   , car au moins  on a parlé  moult  fois du service des Urgences dans les médias .

Lors de leur mouvement, Les politiques ont souhaité    » une unité syndicale » . Mais c’est méconnaître les effets de  la Loi de la  représentativité syndicale. De plus le GHRMSA (Groupe hospitalier de la Région de Mulhouse et Sud Alsace, ndlr) doit élire le 15 décembre 2016 ses représentants au Comité technique d’établissement (CTE) . Nous sommes donc en pleine campagne électorale !

Pour la CFTC, présente aux côtés des agents depuis de nombreuses années sur le site de Thann, la question de la fermeture des urgences  doit rester primordiale et peu importe les  élections !

 De plus, notre mouvement a été arrêté après avoir contacté les responsables syndicaux départementaux  de la CGT et de FO.  Leur manifestation à Strasbourg ne nous convenait pas. Pour la CFTC, il fallait organiser quelque chose sur les terrains touchés de plein fouet par les  restrictions  budgétaires.

 Mais comme le  disait si bien mon confrère  de la CFTC : « les syndicats s’entendront  peut-être un jour quand les politiques  s’entendront entre eux  !!!! »

Gardons espoir !

Propos recueillis par Michel Muller

Print Friendly, PDF & Email