Archives de catégorie : Non classé

Le joyeux noël des retraités de la Ville de Mulhouse et M2A

A peine venaient-ils de terminer de voter, et bien, à ce qu’on leur serinait depuis l’annonce des résultats, que le facteur vint apporter la nouvelle aux personnels retraités de la Ville de Mulhouse et de la M2A : la prime de Noël de leur amicale ne sera pas à la hauteur de ce qu’ils avaient l’habitude de percevoir. Elle a été amputée de moitié. Celles et ceux qui comptaient sur cette somme pour effectuer leurs achats de Noël devront revoir leurs listes. Et comme si cela ne suffisait pas, il leur était précisé que cela préludait à la suppression définitive de la dite prime dès l’année prochaine.
On jugera de l’élégance du procédé. Continuer la lecture de Le joyeux noël des retraités de la Ville de Mulhouse et M2A

Du traitement médiatique des élections régionales

Le journal L’Alsace traite, à sa manière, les élections régionales. Par la promotion outrancière de quelques candidats et par une minoration, voire une ignorance, des thèmes qui pourraient faire débat et intéresser les électeurs.
Certes, le parti Les Républicains, le PS et le FN n’ont pas trop à se plaindre et notre quotidien régional donne le ton : pour lui, cela se passera entre ces trois-là, les autres seront traités comme des figurants. Continuer la lecture de Du traitement médiatique des élections régionales

Le syndicat européen veut combattre l’austérité

Vendredi 2 octobre, la Confédération européenne des Syndicats a clos son congrès qu’elle a tenu à Paris durant quatre jours. Avec ce 13e congrès, le premier en France, le syndicat européen qui fête ses 70 ans cette année, essaie de se positionner dans une dimension plus revendicative et plus offensive que par le passé. Continuer la lecture de Le syndicat européen veut combattre l’austérité

Quand la télévision publique ARD coince la chancelière…

ard

Dimanche 5 juillet. Il se passe quelque chose d’immensément important en Europe avec le référendum grec mais la télévision publique française ne juge pas essentiel de suivre les résultats en direct.

Il faut se rabattre sur LCI ou Itélé… Des reportages lénifiants, répétitifs, une information plate et sans saveurs… Pas d’éclairage particulier… Chiant, quoi !

Décidément, être région frontalière comporte bien des avantages, entre autres celui de pouvoir suivre la télévision d’outre-rhin.

Un doigt sur la télécommande et voilà l’ARD qui diffuse une émission spéciale… ZDF n’est pas en reste et les deux chaînes publiques allemandes font de la vraie information passionnante et pluraliste.

Je reste scotché sur l’ARD. Car les participants du débat sont particulièrement bien choisis : un député CDU et un ancien rédacteur en chef de Bild Zeitung pour un camp, je vous laisse deviner lequel… Un membre du Comité politique de Syriza parfaitement germanophone et une journaliste de la Tageszeitung (TAZ) de Berlin, un quotidien de gauche, réputée pour son information honnête sur la situation des grecs.

Bien sûr on n’évite ni les clichés allemands sur les Grecs, ni les applaudissements du public pour les deux camps (tiens, ceux pour la droite sont plus nourris, est-ce possible…)

Mais on entend également le représentant de Syriza remettre les pendules à l’heure sur les exigences pour son gouvernement de la part des Allemands… alors qu’ils n’avaient pas les mêmes pour Samaras…

Et puis vient un reportage avec une question centrale. Nous dit-on la vérité ? Richtig oder falsch ? Trois points concernant le projet d’accord refusé par Tsipras sont passés en revue. Le premier : apparaît Mme Merkel sur l’écran qui affirme « nous n’avons jamais été aussi généreux avec la Grèce »…  Puis M. Schulz, président SPD du Parlement européen : « il n’est plus question de réduire les retraites ». Et enfin Sigmar Gabriel, chef du SPD et vice-chancelier : « Nous avons offert 35 milliards d’investissements supplémentaires ».

Le reportage démonte totalement ces trois affirmations.

Un moment de vérité qui présente trois personnages éminents de la sphère politique allemande comme des manipulateurs de l’opinion, voire pire.

Il y a donc encore des télévisions publiques qui font de l’information… en Allemagne !

Michel Muller

Imagine

Il est des imbéciles et criminels qui prennent une religion en otage pour imposer leur vision de la société. Il est normal et légitime de s’opposer et de lutter contre cette volonté d’asservir les hommes et les femmes à des dogmes.

Et il y a des imbéciles qui se mobilisent, cette fois-ci en Corse et peut être ailleurs demain, pour interdire à des enseignants et leurs élèves de chanter en plusieurs langues la chanson de Lennon : en anglais, en français, en corse… et en arabe. C’est cette langue qui n’a pas plu.

Au lieu de dénoncer cette imbécilité par un article, L’Alterpresse a préféré publier l’objet du délit : les paroles de la chanson de John Lennon. On comprendra mieux en les lisant que l’imbécilité est peut être le moteur d’autre chose…

lennon

Imagine there’s no heaven
It’s easy if you try
No hell below us
Above us only sky
Imagine all the people
Living for today

Imagine there’s no countries
It isn’t hard to do
Nothing to kill or die for
And no religion too
Imagine all the people
Living life in peace

You…
You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope some day you’ll join us
And the world will be as one

Imagine no possessions
I wonder if you can
No need for greed or hunger
Our brotherhood of man
Imagine all the people
Sharing all the world

And the world will live as one

Traduction

Imagine

Imaginez qu’il n’y a pas de Paradis,
C’est facile si vous essayez,
Aucun enfer en dessous de nous,
Au dessus de nous seulement le ciel,
Imaginez tous les gens,
Vivant le présent…

Imaginez qu’il n’y a aucun pays,
Ce n’est pas dur à faire,
Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir,
Aucune religion non plus,
Imaginez tous les gens,
Vivant leurs vies dans la paix…

Vous pouvez dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
J’espère qu’un jour vous nous rejoindrez,
Et que le monde vivra uni

Imaginez aucunes possessions,
Je me demande si vous le pouvez,
Aucun besoin d’avidité ou de faim,
La fraternité des hommes,
Imaginez tous les gens,
Partageant tous le monde…

Vous pouvez dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
J’espère qu’un jour vous nous rejoindrez,
Et que le monde vivra uni

 

Prostitution : la fin du client roi…

Ce vendredi 12 juin l’Assemblée nationale a donc adopté en deuxième lecture le projet de loi abolissant de délit de racolage et créé une nouvelle infraction pénale permettant de sanctionner le client, le consommateur d’actes sexuels tarifés.

Pour le mouvement national du Nid et ses 26  délégations sur toute la France ce changement de logique  visant à abolir  ce qu’il qualifie de «système prostitueur »  défini par les  acteurs que sont les proxénètes et les clients « prostitueurs » est une victoire majeure.

Le Mouvement voit ainsi consacrée son approche de lutte contre la prostitution dans une vision sociétale qui ne réduise pas des êtres humains à l’état de produits de consommation par la promotion d’une sexualité égalitaire, libre de toute contrainte.

Une lutte pour la dignité humaine

Largement inspirée par ce Mouvement la loi apporte donc une innovation majeure : la criminalisation du client en application du principe de non marchandisation de l’acte sexuel.

La  lutte pour la dignité humaine et le respect du principe éthique de non commercialisation du corps humain, la lutte contre la violence destructrice qu’est la répétition d’actes sexuels « consentis » sous la contrainte, qu’elle soit économique ou directement imposée par un  tiers est ainsi consacrée malgré les votes contraires du Sénat, accroché au concept de pénalisation du racolage.

Ce renversement ne s’est pas fait avec l’assentiment de toutes les associations engagées dans la lutte contre la prostitution (Médecins du Monde et Act Up, par exemple, n’étaient pas favorables à ce texte) et les clivages politiques n’ont pas toujours suivi la ligne « gauche/droite ».

 De nombreuses voix faisaient valoir les risques de « clandestinisation » de la prostitution avec le risque accru de violences et de difficultés d’assistance, notamment sanitaire, pour les prostituées, bien que la prostitution soit déjà largement clandestine à l’heure d’Internet.

Auteur du rapport préparatoire au projet de loi, le Nid mène son action de lutte contre la prostitution d’abord par une action systématique de terrain (ainsi rencontre de 6.000 personnes prostituées par an sur les lieux de prostitution et dans les permanences d’accueil) avec l’objectif d’aider  les personnes concernées face aux difficultés du quotidien, de les aider également si elles veulent dénoncer leur proxénète ou quitter la prostitution.

Une prise de conscience sociétale

Karine Batail, chargée de mission au Nid à Mulhouse et Laurent Schneider, militant de l’association ont exposé leur vécu mulhousien et leurs analyses à l’Alterpresse 68 lors d’un entretien conduit en leurs locaux à Mulhouse, rue Clémenceau.

K.B et L.S rappellent les conditions de préparation de la loi, les résistances d’un Sénat  accroché au principe du délit de racolage (le/la prostitué/e coupable) contre ce nouveau principe de pénalisation du client.

Ils disent l’importance de cette nouvelle approche pour « une véritable prise de conscience sociétale de la réalité de la prostitution, de ses causes, des moyens de la réduire ».

Ils évoquent d’abord leur mission, le besoin des prostituées de « se poser », de faire « une halte provisoire », d’«avoir une aide au quotidien » pour leurs problèmes de santé, d’accompagnement dans des démarches administratives élémentaires, voire des démarches de régularisation administrative pour les étrangères ; ils évoquent aussi cette réalité de leur engagement faite d’approche directe , de prise de contact sur les lieux même, sur le « trottoir »  pour « se connaître » « aller boire un café » avec ces personnes qu’ils connaissent à la longue personnellement : histoires de vie de prostituées venues des pays de l’Est très majoritairement, du petit tiers de « filles » venues  d’Afrique, jeunes pour la plupart ou parfois ayant déjà vécu 40 années de passes….

K.B et L.S  ont appris à repérer les mécanismes des  réseaux de proxénètes, locaux ou non, pour des « filles toujours contrôlées », parfois même surveillées par des femmes (les « mamas  des  réseaux africains »…), parce qu’elles ont laissé un enfant au pays ou qu’elles ont des dettes non payées, qu’elles sont totalement isolées ou avec une famille « qu’il faut aider », qu’elles ont (souvent) des parcours individuels résultant de guerres, de conflits, ou qu’elles sont envoyées par un clan qui en dépendra pour vivre.

Ils ont appris tous les deux à « voir » les techniques des rabatteurs, qui repèrent  les personnes vulnérables, les plus faibles, celles qui demain pourront devenir des prostituées  « sous contrôle ».

Les nécessaires mesures d’accompagnement

Outre la prostitution de trottoir KB et LS évoquent aussi la prostitution en maisons, bordels, parfois véritables complexes immobiliers, « Eurocenters » comme celui de la Jonquera à la frontière franco espagnole, authentiques usines avec leurs procédures  quasi industrialisées d’«abattage» où « on ne peut refuser un client », contrairement au trottoir.

Mais dans tous les cas de figure pour K.B et L.S revient toujours cette affirmation : « ce sont des parcours de vie subis; on ne se réveille pas  un matin en se disant  je vais gagner du fric en me prostituant… ».

Les deux militants du Nid  estiment ainsi  qu’à Mulhouse 98% des personnes accompagnées par Le Nid ont subi des violences diverses dans leur enfance (physiques, psychologiques ou sexuelles).

Au-delà du vécu, de la réalité quotidienne de leur action, ils attendent désormais beaucoup des mesures d’accompagnement que le nouveau texte prévoit: accompagnement social, construction de parcours de sortie de la prostitution, blocages d’accès aux sites d’aide à la prostitution hébergés à l’étranger, mesures éducatives en direction de la jeunesse dans les collèges et lycées, aides aux campagnes de dénonciation de la prostitution et actions pédagogiques pour expliquer la fin du délit de racolage et  la pénalisation du client – le maire de Mulhouse est un des rares élus locaux à avoir soutenu la campagne dite « abolitionniste » en ce sens et en lien avec le Nid-, autorisations provisoires de séjour accordées aux étrangères engagées dans un parcours de sortie de la prostitution…

Au détour d’une question sur la prostitution masculine tous les deux précisent qu’ils n’ont que de rares contacts avec ce type de prostitution dont ils estiment par ailleurs la sociologie et donc les approches très différentes…

Des approches différentes en Europe

K.B et L.S rappellent qu’en Suède, qui applique une législation basée sur le principe de pénalisation du client, les chiffres de la prostitution et la vision sociétale ont évolués  favorablement ; près de 80% de la population déclare désormais son hostilité au phénomène contre 40% seulement avant la traduction législative de la pénalisation du client.

A l’opposé ils citent les approches du phénomène en Allemagne où, contrairement à la France, les maisons closes sont légales; ils produisent l’offre d’emploi très sérieuse qu’une maison close de Berlin a mise en ligne pour rechercher « un testeur de prostituées  qui lui permette d’offrir à ses clients un service de qualité « …

….l’annonce stipule que les candidats peuvent être des candidates, qu’ils doivent avoir un diplôme universitaire et être capables de parler plusieurs langues, dont le français….

Les deux militants  rappellent que la convention de 1949 des Nations Unies pour la répression de la traite  des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui  avait déjà fait de la prostitution une atteinte à la dignité…mais que  60 ans ont passé, que la prostitution est toujours une entreprise florissante et le bilan que tire le mouvement du  Nid confirme que la violence y est toujours très présente, que le « client » est toujours vu comme un acteur « dans son droit », que les politiques publiques se caractérisent par leur immobilisme, qu’il ne sert de rien de parler d’égalité, de lutte contre les violences faites aux femmes comme de déclarer la lutte contre la prostitution « Grande Cause Nationale » dans la déclaration de 2010 du gouvernement, si la même complaisance envers les proxénètes et les « prostitueurs clients » perdure.

Le coût économique et social

 K.B et L.S soulignent par ailleurs que la  prostitution aujourd’hui en France a un coût économique et social.

Dès 2014 la Commission européenne proposait aux Etat membres d’accroître leur « richesse nationale » en incluant le chiffre d’affaires de la prostitution dans le calcul de leur PIB !

Mais notre INSEE a refusé de se plier à la demande européenne en expliquant que « la prostitution s’apparentait moins à une prestation de services librement consentie qu’à une exploitation des personnes les plus précaires »….

L’étude Prostcost, quant à elle (mai 2015) conduite par Psytel et le Mouvement du Nid France réfute ce mythe de la prostitution créatrice de croissance et propose une estimation du double fardeau économique et social que le système prostitutionnel fait peser sur ses victimes et sur la société toute entière.

Ne  citons que les coûts globaux (en euros) parmi les 29 postes  identifiés par l’étude :

Pour 37 000 personnes estimées prostituées en France (dont 9 250 en contact avec des associations) un coût total annuel est estimé à1,6 milliard pour la société française, soit :

  • 86 millions de coûts directs médicaux et 35 millions de coûts directs non médicaux (dont frais de justice, services de police, administration pénitentiaire…)
  • 58 millions de conséquences sociales directes (dont activités de prévention d’insertion, d’hébergement d’urgence) et 306 millions indirectes (dont placement des enfants, homicides, suicides…)
  • 853 millions en évasion fiscale
  • 311 millions en coût humain pour les personnes (dont violences et préjudices estimés)

40 ans après les actions d’ULLA et de ses amies qui occupaient une église à Lyon pour protester contre un article du code pénal sanctionnant « une attitude de nature à provoquer la débauche »  il s’agit toujours du même combat.

Pour le  Nid il s’agit désormais de s’appuyer sur cette loi de pénalisation du client pour mobiliser la société contre cette violence faite aux femmes : la prostitution.

Christian Rubechi

Notre Mer

Notre Mer
Notre Mer qui est si bleue
Que ton Nom soit partagé
Que ton horizon nous fasse renaitre
Que ta volonté et ta miséricorde nous acceptent
Offre-nous aujourd’hui notre Triton de ce jour
Comme une trompette de la renommée
Et non plus comme un cercueil
Pardonne-nous nos défaites et nos deuils
Comme nous pardonnerons à nos bourreaux
Et ne nous soumets pas aux quotas
Mais délivre l’ Europe de ses peurs et de ses carcans

Georges Yoram Federmann
Strasbourg
20 mai 2015