Archives pour la catégorie Medias

Editorialiste à L’Alsace

Comment, dans une rédaction aussi bien fournie en compétence, L’Alsace peut dénicher deux éditorialistes à l’encéphalogramme aussi plat.

Bodaud et Courrin ne cessent d’enfiler les perles de la (bonne) pensée unique. Vendredi dernier, l’un des deux « compaires » osent : « Les points de blocage au sein de la société française sont aussi nombreux, le premier étant une législation totalement inadaptée à un tourisme mondialisé. Quand, en Angleterre, les jeunes se font de l’argent de poche en travaillant le week-end dans les pubs, tavernes et auberges, les jeunes Français attendent la majorité pour travailler après 22 h du fait d’une législation d’un autre temps. »

En effet, M. Bodaud, le travail des enfants est interdit en France depuis 1813 et dans tous les pays développés il est strictement réglementé. Et allez donc voir à Ikea combien d’étudiants travaillent le dimanche pour financer leurs études.

L’Organisation internationale du travail (OIT) retient les définitions suivantes lors de l’analyse du travail des enfants :

– Un enfant est une personne de moins de 18 ans; les statistiques ne prennent souvent en compte que les enfants entre 5 et 17 ans.

– Le travail est défini comme une « activité économique », qu’elle soit payée ou non. Ce dernier cas permet d’inclure l’économie informelle ou le travail domestique dans un autre foyer que le sien. Les enfants sont ainsi répartis dans cinq catégories : travaillant, travaillant et allant à l’école, allant à l’école et ne travaillant pas, travail domestique, et aucune activité (malade, éducation informelle, etc.).

Des pays, même développés, peuvent déroger à ces principes. Il m’est arrivé de rencontrer aux USA, des jeunes étudiant(e)s travaillant comme serveur dans un restaurant le jour, faisant des ménages le matin et réécrivant des thèses pour des professeurs le soir. Entre temps, ils suivaient des études.

M. Bodaud, ces étudiants là rêvaient d’une situation comme celle en France. Parce que bien évidemment, ce ne sont pas les enfants des riches familles qui sont dans cette situation mais bien ceux des Américains qui ne peuvent débourser des milliers de dollars chaque trimestre pour payer les études et les frais de leurs progénitures.

Voilà pourquoi vos propos, M. Bodaud, ne sont pas seulement insultants mais profondément stupides

Michel MULLER

Spiritisme : Esprit de Charlie, si tu es là, frappe trois coups et réponds !

Toc….toc….toc…

– Alors, t’es content? Depuis ce jour où tu as eu la mauvaise idée de nous quitter, ces millions de Charlie qui ont défilé, discouru, dessiné, pour exprimer indignations et peurs, éradiquer les méchants, sauver la République, la liberté d’expression et la laïcité… Continuer la lecture de Spiritisme : Esprit de Charlie, si tu es là, frappe trois coups et réponds !

Esprit de Charlie

Esprit de Charlie, si tu es là, frappe trois coups et réponds!

Toc….toc….toc…

– Charlie, reviens, ça ne s’arrange pas! D’autres morts à Copenhague, les sépultures juives saccagées pas très loin d’ici. Il va falloir que les Charlie re – défilent!

>- Tu crois? J’ai la trouille de l’instrumentalisation sécuritaire de tout ça: loi anti terroriste, déclarations Ciotti et Sarkozy sur l’interdiction du voile à l’Université, pressions sur le Parlement européen pour aller vers notre Patriot act, super fichiers sans contrôle d’élus ni de juges, atteintes aux libertés numériques, projet de loi sur le renseignement qui va arriver devant le Parlement français en mars, ventes de nos beaux avions à des dictateurs…
Et les actes islamophobes qui se multiplient, les interpellation au domicile sur la base du principe de précaution? Les agressions de « déséquilibrés » contre des femmes voilées…

Tu sais moi je dessinais pas pour, mais contre, tout ça…

– De mon nuage je vois tout ça très bien: les contrôles au faciès qui se multiplient, l’armée devant les synagogues – pas souvent devant les mosquées – il est vrai que c’est devant les synagogues que les balles sifflent…pour l’instant.

– Ce que je vois aussi c’est que ça ne s’arrange pas pour les Roms, pour tous ces candidats à l’asile en France qui fuient des guerres, qui sont souvent nos guerres…qui se noient par milliers en Méditerranée. Tous ceux qui viennent d’arriver ici ces derniers mois….Même Saint Pierre s’inquiète et il a pourtant l’habitude…

Mais je parle, je parle… je te laisse, j’ai un dessin à faire:
« on verra une caravane sur une plage, dans une mer d’immondices, avec des Roms sur le toit et une foule d’hommes, de femmes et d’enfants qui se noient dans les vagues; ils crient tous à l’aide mais des flics et des militaires, pas loin, sont en train de courir après un type en keffieh avec sa pancarte « on meurt de faim à Gaza »; Hollande, Valls et Dassault sont dans un coin et parlent sondages et affaires…. »

Christian RUBECHI

Un mot peut en cacher un autre…(2) : « Charlie », né d’une censure

Charlie Hebdo est né d’une censure politique. En 1960, les joyeux François Cavanna et Georges Bernier, alias professeur Choron, ont créé le magazine satirique Hara-Kiri, sous titré « journal bête et méchant ». Il apparaissait comme une bouffée d’oxygène dans une presse qui, dans l’ensemble, se montrait docile devant le pouvoir gaulliste exerçant une mainmise totale sur l’audiovisuel.
Hara-Kiri fut interdit pour son fameux titre « Bal tragique à Colombey : 1 mort », à la une de son numéro qui a suivi la mort du général de Gaulle le 9 novembre 1970 à Colombey-les-Deux-Églises. Le titre parodique se référait à l’incendie du dancing Le Cinq-Sept qui avait fait 146 morts, le 1er novembre précédent à Saint-Laurent-du-Pont dans l’Isère. Plusieurs journaux s’étaient lancés après ce drame dans une macabre surenchère du sensationnel en parlant de « bal tragique ».
Une semaine après l’interdiction de Hara-Kiri, par le ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin, l’équipe du magazine lançait son nouveau journal, Charlie Hebdo. Le dessinateur Georges Wolinski, qui fait partie des victimes du massacre du 7 janvier dernier et qui sévissait déjà tout comme Cabu dans Hara-Kiri, a raconté que le nom de Charlie venait du prénom du général de Gaulle.

Jean-Marie Stoerkel

Un mot peut en cacher un autre…

Dans le prolongement de notre article intitulé « Je suis Charlie :  le malaise », nous établissons un glossaire  avec un objectif et un engagement de vigilance sur le sens des mots souvent utilisés dans la presse au sujet de ce drame et ses suites. D’autres médias (Arrêt sur Image, Le Monde Diplomatique…) ont apporté une note originale à l’analyse non seulement des faits mais aussi des commentaires. Continuer la lecture de Un mot peut en cacher un autre…

Le Crédit Mutuel s’en prend aux salariés du Dauphine Libéré

 

Nous publions ci-après un communiqué du syndicat FILPAC-CGT du Dauphiné-Libéré. Ce quotidien situé à Grenoble, est un des grands journaux régionaux qui est diffusé essentiellement en dans les départements alpins. Il tire chaque jour 250.000 exemplaires et sa situation économique et florissante comme le prouvent les comptes présentés au Comité d’entreprise. Cela rend cette attaque Continuer la lecture de Le Crédit Mutuel s’en prend aux salariés du Dauphine Libéré

LOCK-OUT* AU JOURNAL L’ALSACE

Retour sur un conflit qui laissera des traces profondes

Un violent conflit a opposé la FILPAC-CGT à la direction du journal L’Alsace, dans la semaine du 17 au 21 novembre. Lors de ce conflit, Michel Lucas, patron du Crédit Mutuel, a pris une décision d’une extrême gravité, en imposant le lock-out pour mettre le mouvement de grève en échec. Le journal Continuer la lecture de LOCK-OUT* AU JOURNAL L’ALSACE

FAUX DEPART AU CIC-CREDIT MUTUEL

 La presse s’en est émue : Michel Lucas, la soi-disant « emblématique » (« Les Echos ») patron du CIC-Crédit Mutuel abandonne ses fonctions… à 75 ans. Bel âge pour prendre sa retraite. Au bout d’une quarantaine d’années au sein du Crédit Mutuel il a réussi à atteindre le poste le plus élevé… et a fait d’un organisme bancaire se référant à Raiffeisen, le mutualiste, une banque comme une autre qui affiche encore le terme de « Mutuel » en ayant abandonné toutes les valeurs de la mutualité. Il a aussi à son actif la suppression Continuer la lecture de FAUX DEPART AU CIC-CREDIT MUTUEL