Archives de catégorie : Libertés

« Une image qui fait du mal à la France » (Manuel Valls, en voyage au Japon)

chemise

Comme la photo du petit enfant syrien mort échoué sur une plage, celles des deux cadres d’Air France à la chemise déchirée par quelques salariés venus exprimer leur désarroi au comité central d’entreprise d’Air France après l’annonce de milliers de licenciements, jouent le rôle de révélateur, au sens propre du terme.

Mais de quoi exactement ? Continuer la lecture de « Une image qui fait du mal à la France » (Manuel Valls, en voyage au Japon)

Quelles sont au juste les « valeurs » de M. Rottner ? Djamila Sonzogni rétorque

rottner

Jean Rottner demande à François Hollande de « lutter contre l’immigration clandestine » et « la mise en place d’un vrai droit d’asile ».

Dans une tribune libre adressée au Chef de l’Etat et reprise par le magazine «Valeurs actuelles» (22 septembre) le maire de Mulhouse livre son analyse sur la situation de Mulhouse et la question migratoire. Continuer la lecture de Quelles sont au juste les « valeurs » de M. Rottner ? Djamila Sonzogni rétorque

Le Parlement de la rue de Jacques Livchine

Le dernier spectacle de Jacques Livchine, sorti au Festival d’Aurillac, constituait un beau moment de théâtre agit-pop.

« Messieurs les politiques feraient bien de braquer leurs yeux vers Aurillac à la mi août, cela leur coûterait moins cher qu’un sondage, pour prendre la température de leur peuple ».
Voici ce que nous dit en substance le Théâtre de l’Unité, qui se demande aussi si les artistes sont dotés d’antennes spéciales qui leur permettent de mieux ressentir, et d’annoncer les catastrophes. Peut-être bien.
C’est à Aurillac que l’on a vu naître un nouveau parlement, un vrai parlement, un parlement légitime qui pendant quatre jours a edicté des lois et remis le jeu politique au centre. Parlement de rêve, les débats furent ponctués de poésie, de discours de Jean Jaurès ou Victor Hugo. Pour la musique, on a entendu du Didier Super et deux demoiselles distinguées et habiles dans l’art de la goguette ont mis leur grain de sel.
Le Théâtre de l’Unité a ainsi donné la parole à ceux qui ont réussi à faire bouger et à réveiller la démocratie, à tous ceux qui ne se soucient pas de leur carrière mais de l’intérêt du pays.
Après ce Parlement de la Rue, Jacques Livchine, le directeur du Théâtre et co-concepteur du spectacle, a pris la plume et en a fait un compte rendu au Premier Ministre. L’Alterpresse68 est immensément heureuse de pouvoir la publier…
Continuer la lecture de Le Parlement de la rue de Jacques Livchine

3e forum Humanité sans limite

Le collectif  « Humanité Sans Limite » organise  son 3° « Forum  » à la Maison de la Citoyenneté de Kingersheim, 18 Rue de Ruelisheim, les 12 et 13 septembre 2015.

Cette année il sera question de solidarité avec les migrants et bien sûr de résistance à la brutalité du sort qui leur est réservé: la solidarité serait-elle subversive?

Les ateliers de samedi après-midi et de dimanche matin sont consacrés aux échanges d’expériences militantes, et donc sont ouverts aux seules associations et personnes impliquées dans l’accueil et l’accompagnement des étrangers dans le domaine notamment de l’hébergement*.

Mais samedi soir, à 20 heures la conférence de Catherine Withol De Wenden, directrice de recherches au CNRS, est ouverte à tout le monde; elle nous aidera à comprendre  l’inadéquation totale de la politique européenne de fermeture des frontières aux enjeux des migrations, et à réfléchir à ce que pourrait être une politique efficace et solidaire en ce domaine. 

Nos ateliers militants se poursuivront dimanche matin, et c’est le film « Les Messagers » de  Hélène Crouzillat et Laetitia Tura qui dimanche en début d’après-midi clôturera ces journées. (Certains d’entre vous se souviennent peut-être que nous avions eu à l’occasion du 1° Forum l’exclusivité de la présentation de rushs du film en cours de tournage. Le film a depuis été présenté à de nombreux festivals dans différents pays et a été primé à plusieurs reprises).

La bande-annonce:  https://vimeo.com/107571334

Vous pourrez profiter de cette occasion d’échanger et de débattre sur un sujet humainement et politiquement majeur.

* Si vous souhaitez participer aux ateliers spécifiques, envoyez par courriel votre demande d’inscription avec vos coordonnées à l’adresse urgence-welcome@free.fr

Pour le collectif Humanité Sans Limite

Noëlle CASANOVA

Ligue des Droits de l’Homme Section Mulhouse

noelle.casanova@gmail.com

 

Nie wieder Krieg, nie wieder Faschismus! Plus jamais la guerre, plus jamais le fascisme !

Erklärung des Deutschen Gewerkschaftsbundeszum Antikriegstag, 1. September 2015

Nie wieder Krieg, nie wieder Faschismus!

Der Antikriegstag ist ein Tag des Erinnerns und des Mahnens: Am 1. September 1939 begann der 2. Weltkrieg mit dem Überfall Nazi-Deutschlands auf Polen. Wir gedenken der europaweit 60 Millionen Toten des Vernichtungs-krieges. Der DGB und seine Mitgliedsgewerkschaften machen zum Antikriegstag deutlich: Nie wieder Krieg, nie wieder Faschismus!

Doch bis heute ist die Welt für viele weiterhin kein sicherer Ort. Nie gab es seit dem Ende des Zweiten Welt-krieges weltweit mehr Flüchtlinge. Politische, ethnische und religiöse Konflikte, Krieg und Bürgerkrieg, Armut     und Ausbeutung zwingen die Menschen zur Flucht. Die internationale Staatengemeinschaft muss sich entschiedener dafür einsetzen, dass Auseinandersetzungen nicht mit Waffengewalt ausgetragen und in der Folge humanitäre Katastrophen verursacht werden. Freiheit, Demokratie und soziale Gerechtigkeit können dauerhaft Frieden schaffen. Nur so wird sich auch der Westen vor internationalem Terrorismus schützen können.

Unsere Geschichte verpflichtet uns zu entschiedenem Widerstand gegen Rassismus, Antisemitismus und Fremden-feindlichkeit. Wir sind bestürzt und beschämt darüber, wie sehr Flüchtlingen in Deutschland mit Rassismus und Fremdenfeindlichkeit begegnet wird. Wir verurteilen zutiefst die abstoßenden Angriffe auf Menschen, die vor Verfolgung und Terror Zuflucht bei uns suchen. Rechtsextremisten sind dabei vielfach Drahtzieher. Auch um ein klares Zeichen gegen diese menschenverachtenden Umtriebe zu setzen, brauchen wir endlich ein Verbot der NPD und aller neofaschistischen und rechtsextremen Gruppen.

Die Würde jedes Menschen ist und bleibt unantastbar. Die Grundrechte, so wie sie in der EU-Grundrechtscharta verbürgt sind, gelten für alle Menschen innerhalb Europas. Diejenigen, die vor Terrorismus und Krieg nach Europa fliehen, haben ein Recht auf Asyl. Die Europäische Union muss denjenigen helfen, die auf der Flucht über das Mittelmeer in Lebensgefahr geraten. Die Flüchtlinge brauchen eine menschenwürdige Aufnahme und Perspektiven auf soziale und wirtschaftliche Integration in Europa. Es ist beschämend, wie Europa darüber feilscht, welcher Mitgliedsstaat wie viele Flüchtlinge aufnimmt. Nationalismen und Ressentiments haben in Europa keinen Platz. Europa darf nicht seine eigenen Werte verraten!

Ohne Rückbesinnung auf diese Werte und die Stärken eines solidarischen Europas droht der soziale Frieden in Europa zu zerbröckeln. Wie groß diese Gefahr ist, erleben wir längst nicht mehr nur in Griechenland. Um einen Flächenbrand zu verhindern, muss Europa das europäische Sozialmodell stärken – überall. Dazu gehören dringend der entschlossene Kampf gegen die Armut, die Schaffung sozialer Sicherheit, von Teilhabegerechtigkeit und Chancengleichheit. Deshalb fordern wir ein klares Bekenntnis zum europäischen Friedensprojekt, zur europäischen Einheit und zur Sicherung der sozialen Demokratie.

Déclaration du Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB) à l’occasion de la Journée anti-guerre, le 1er  septembre 2015

Plus jamais la guerre, plus jamais le fascisme !

La journée Anti-guerre est une journée du souvenir et de mémoire : le 1er septembre 1939 la 2e guerre mondiale a débuté avec l’agression de la Pologne par l’Allemagne nazie. Nous commémorons les 60 millions de morts tombés en Europe dans cette guerre d’extermination. Le DGB et ses organisations adhérentes se positionnent clairement à l’occasion de la Journée anti-guerre : plus jamais la guerre, plus jamais le fascisme !

Pourtant à l’heure actuelle, le monde n’est pour beaucoup toujours pas un endroit sécurisé. Jamais il n’y eut depuis la fin de la 2e guerre mondiale autant de réfugiés à l’échelle de la planète. Des conflits politiques, ethniques et religieux, des guerres et des guerres civiles, la pauvreté et l’exploitation, contraignent Continuer la lecture de Nie wieder Krieg, nie wieder Faschismus! Plus jamais la guerre, plus jamais le fascisme !

Des mots, des murs, des morts….

images (1)

Noyés, étouffés, écrasés…chaque jour l’actualité est remplie des drames de ceux qui fuient leur pays pour rejoindre l’Europe, dans des conditions extrêmes et souvent au péril de leur vie.

Ils fuient la guerre, la misère, les persécutions…

Selon Frontex, organisme chargé du contrôle des frontières extérieures de l’espace Schengen, pour les seuls sept premiers mois de l’année plus de 340 000 hommes, femmes, enfants ont tenté de rallier l’Europe; ils n’étaient « que » 123 000 en 2014. Ils viennent principalement d’Afrique saharienne, du Pakistan, de Syrie, du Bengladesh.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale aucun flux de réfugiés de cet ordre ne s’était produit en Europe.

Les « réponses « de l’Union européenne et des pays qui la composent se multiplient et se ressemblent: barrages et refoulements à Calais pour ceux qui veulent rejoindre l’Angleterre, contrôles et blocages policiers à Vintimille pour ceux qui veulent traverser la France vers d’autres pays de l’Union, clôture tout au long des 175 kilomètres en Hongrie au long de la frontière avec la Serbie, mobilisation militaire en Macédoine, camps de rétention nauséabonds et contrôlés par des mafias diverses en Hongrie, îles grecques sans infrastructures ni même eau potable submergées par les arrivants, sud de l’Italie où les pêcheurs ramènent régulièrement dans leurs filets les noyés et n’en peuvent plus de n’avoir rien à proposer aux survivants….

Dans ce drame qui dure et s’aggrave les pays européens  rivalisent d’imagination pour ne pas gérer le flux d’arrivants, fuir leurs responsabilités morales et politiques, durcir leurs législations et pratiques policières sur le droit d’asile (« commandement unifié » entre la Grande Bretagne et la France pour bloquer les arrivants à Calais, renonciation de certains pays de l’U.E à l’enregistrement des arrivants pour ne pas avoir à traiter leurs dossiers de demandes d’asile en application des accords Schengen, extrême tolérance pour « laisser passer, laisser filer » vers le pays voisin quand il existe une possibilité – la Serbie, non membre de l’Union par ailleurs, poussant l’obligeance jusqu’à organiser la traversée Continuer la lecture de Des mots, des murs, des morts….

La bête qui monte, qui monte… (suite )

Kaer Maga

1) Le 29 juin 2015 , le conseil municipal de Mulhouse s’est prononcé sur un projet de protocole transactionnel avec des structures bancaires dans le cadre de la renégociation d’un prêt « toxique », en son temps pointé comme tel par le Chambre régionale des comptes.

La renégociation de ce prêt aux conséquences budgétaires lourdes pour les finances d’une des villes de plus de 100 000 habitants parmi les plus pauvres de France – équivalentes par exemple au coût total du salaire annuel de 733 salariés payés au SMIC ou au quart des dépenses de personnel de la Ville, ou encore à plus de 80% du montant attendu au titre de la taxe d’habitation, et ce pour la seule indemnité de renégociation d’un emprunt qui reste toujours à rembourser  – a été proposée sans que la totalité de l’information permettant d’en apprécier le coût soit donnée aux élus municipaux.

Le projet de protocole d’accord entre les parties  comportait en effet une clause de confidentialité sur le contenu de l’accord (article 5) excluant de l’information précise sur son contenu les élus comme les médias.

Cette disposition est illégale car elle contredit formellement le droit à l’information des administrés prévu par le code général des collectivités territoriales et par la loi du 17 juillet 1978; le droit des administrés à cette information est par ailleurs précisé dans un avis du 30 janvier 2014 de la Commission d’accès aux documents administratifs.

De fait c’est l’organisation démocratique municipale s’appuyant sur le droit à l’information et à la consultation des élus et des citoyens qui est ainsi niée et qui doit être rétablie et améliorée.

2) Depuis ce mois de juillet 2015 tout citoyen peut prendre connaissance de la situation patrimoniales des parlementaires; cette faculté résulte des lois sur la transparence de la vie publique votées après l’affaire Cahuzac en 2013.

Les textes prévoient toutefois que si l’on peut tout savoir des patrimoines des élus ces informations ne sont pas publiables.

Les conditions de consultation en préfecture prévoient en effet l’interdiction de prendre des notes, des photos, des enregistrements audios, un temps limité pour l’examen des données et la présence physique durant la consultation d’un fonctionnaire municipal.

Il reste donc aux citoyens intéressés à disposer d’une mémoire d’éléphant et à ne pas divulguer ces informations, sous peine des sanctions pénales prévues par la loi.

3) La démocratie participative pour les questions environnementales vient de buter il y a quelques jours sur la loi Macron et l’usage de l’article 49.3 à l’occasion du sujet majeur de l’enfouissement des déchets ultimes radioactifs les plus dangereux.

Le projet de loi sur le stockage géologique des déchets radioactifs les plus dangereux produits par  les centrales nucléaires, d’abord retiré du projet de loi « pour la croissance et l’activité » en décembre 2014 devant l’opposition  parlementaire, avait été réintroduit sous forme d’amendement présenté au Sénat à 5h du matin et voté en 10 minutes par quelques élus, puis de nouveau retiré des débats à l’Assemblée nationale.

Or ce texte a été réintroduit quasi frauduleusement en toute fin du parcours législatif de la loi Macron: la loi Macron sur la croissance, adoptée selon la procédure du vote bloqué (article 49.3 de la Constitution) en troisième et dernier passage devant l’Assemblée et sans aucun débat par définition, a donc permis son adoption avec les autres dispositions diverses de la loi – des transports par autocar aux indemnités prudhommales, des conditions d’organisation des taxis au travail du dimanche. Le Conseil constitutionnel a toutefois été saisi.

On rappelle que ce texte dispose des conditions de stockage définitif ou peu réversible de produits à la dangerosité extrême pour des périodes concernant nombre de générations futures auxquelles nous léguons donc des risque majeurs sans plus de débats.

Que nous disent ces trois exemples?

Que notre organisation démocratique est gravement défaillante? Que les principes fondateurs mêmes de notre société républicaine sont oubliés ? Que certains de nos élus, dépassés par les enjeux et la complexité des questions, ne reculent plus devant des formes de coup d’Etat « soft » mais permanents pour faire semblant de diriger et justifier leurs mandats? Que notre société est devenue le terrain de jeu de lobbies divers? Que le citoyen est prié de se taire?

Tout cela nous le savions déjà et la surveillance généralisée organisée par la loi liberticide du 24 juin nous l’avait rappelé récemment.

Mais  quelles que soient les formes de dénonciation et de résistance qu’adoptent et qu’adopteront les démocrates contre ces dérives autoritaires, voire totalitaires, elles supposent toutes comme condition préalable la liberté d’accès à une information complète, la transparence, la connaissance précise des responsabilités, le respect des règles du jeu.

Ces trois exemples tirés de l’actualité récente montrent que la voie devient  chaque jour plus étroite et que la bête monte, monte…

Christian Rubechi

Pour accéder au texte précédent traitant du même sujet :

Loi sur le renseignement: la bête qui monte, qui monte…

Loi sur le renseignement: la bête qui monte, qui monte…

libertes securité

Depuis  le 24 juin la loi sur le renseignement est adoptée.

Un rappel:

Depuis longtemps ce gouvernement souhaitait renforcer les pouvoirs des services de renseignement et le projet de loi fut accéléré après les attentats meurtriers de janvier à Paris.

Après la loi de programmation militaire de 2014 et la loi antiterroriste de 2006 qui prévoyaient déjà des dispositions facilitant l’accès aux données sur Internet et le blocage administratif de sites sans contrôle du juge judiciaire,  notamment avec la création du délit « d’entreprise terroriste individuelle » caractérisé par la fréquentation de certains sites, le Patriot Act à la française est consacré par cette loi du 24 juin.

Pour l’essentiel la loi légalise des pratiques d’espionnage tous azimuts déjà en place qui couvrent un vaste champ : des intentions politiques et diplomatiques de pays alliés ou adversaires aux stratégies commerciales et économiques du voisin, des partenaires, des concurrents, dans un vaste système tortueux d’espionnage systématisé sous couvert de prévenir des atteintes à la sécurité de la nation….rien de bien nouveau donc et Wikileaks a montré la portée d’écoutes industrialisées de ce type  pratiquées par les services américains de la NSA.

Mais quid de la portée très large de « notre » loi qui permettra désormais de porter atteinte légalement à la séparation des pouvoirs, principe fondateur de notre système constitutionnel, en laissant un très grand pouvoir d’interprétation à l’autorité de police administrative pour déclencher ces techniques de surveillance Continuer la lecture de Loi sur le renseignement: la bête qui monte, qui monte…

Le fondateur et directeur de publication de la Feuille de chou mis en examen !

liberte

« Convoqué pour première comparution le 10 juin 2015 au Tribunal de Grande Instance de Strasbourg,  entendu pendant moins d’une heure, j’ai été sans délai mis en examen, selon la procédure propre au droit de la presse, pour « avoir tenu des propos portant atteinte à l’honneur et à la considération de Jean-Claude Bournez » dans deux articles parus en décembre 2014 :

 « Noël à Strasbourg : le chef de la Mission Rom de la Ville de Strasbourg demande l’expulsion d’une dizaine d’enfants dont deux sont des nourrissons »

http://la-feuille-de-chou.fr/archives/75042

 « Une femme avec neuf enfants laissés à la rue par la Ville de Strasbourg »

http://la-feuille-de-chou.fr/archives/75221

J’ai répondu aux questions du juge, en niant avoir « porté atteinte à l’honneur et à la considération de Jean-Claude Bournez. ».

D’ailleurs les deux billets nomment « le chef de la Mission Rom…Jean-Claude Bournez », un fonctionnaire et/ou « la Ville de Strasbourg », c’est-à-dire les élus donneurs d’ordres .

 Devant le juge, j’ai relaté les faits constatés sur place et exposés dans les articles incriminés.

J’ai expliqué pourquoi, fils, petit-fils et neveu de membres de ma famille exterminés par les nazis, parce qu’ils étaient juifs, je me suis senti concerné depuis 2012, par la situation des  Roms.

 La Feuille de chou a consacré de nombreux articles à la situation dramatique et inadmissible de ces citoyens de l’Union européenne, sur la base d’une présence régulière, aux côtés d’associations et d’ONG, sur les terrains, dits « illégaux » ou gérés par la Ville..

Tout récemment encore, la Feuille de chou,  a  publié un article sur la chasse quotidienne aux Roms, organisée par la Ville de Strasbourg, avec sa police municipale, contre une vingtaine de personnes, dont un enfant de 9 ans, toutes sans abri.

« Chaque matin peu après cinq heures, des Roms, dont un enfant de 9 ans, sont chassés par la police à Strasbourg. »

 http://la-feuille-de-chou.fr/archives/83146

Intimider et frapper à la caisse

 Au moment où les évacuations de camps roms, sans le relogement pourtant prévu par une circulaire ministérielle, sont quasi quotidiennes en France, ce n’est pas un hasard si la Feuille de chou, comme d’autres médias libres, est menacée par un procès juridique autant que politique.

Il s’agit d’intimider, de frapper à la caisse et de faire taire tous ceux qui s’opposent à ces politiques, comme les personnes mises en examen pour « délit de solidarité » ou participation aux luttes syndicales et écologistes.

C’est pourquoi la Feuille de chou appelle tous les partis, syndicats, associations, individus qui partagent  ces combats, les ami(e)s des Roms, des migrants, des sans-papiers, les associations de défense des droits humains, les antiracistes, les antifascistes, et celles attachées à  la liberté d’expression et à la liberté de la presse, à se mobiliser sans attendre, dès maintenant, et à la rentrée de septembre, avant et pendant le procès, contre cette mise en examen illégitime.

Défendre la Feuille de chou, toujours aux côtés des acteurs sociaux, politiques et culturels, ici comme ailleurs, c’est défendre toutes nos libertés et nos luttes !

Déjà plusieurs organisations locales et nationales  nous ont proposé leur soutien. Nous comptons sur vous pour vous joindre à ce combat. Une pétition est à venir, sans oublier le nécessaire soutien financier. Nous vous tiendrons au courant régulièrement des suites.

Toute correspondance à F2C.media@gmail.com

Jean-Claude Meyer, administrateur de la Feuille de chou

http://la-feuille-de-chou.fr

L’Alterpresse68 : C’est sans aucune hésitation que nous décidons de publier les propos de Jean-Claude Meyer ainsi que les liens d’articles de la Feuille de Chou dont ceux visés par l’affaire. Nous nous associons à l’appel au soutien qui rassemble déjà de nombreuses organisations.

Pour être partie prenante de l’action menée par les associations de défense des migrants, des sans-abris et de toute cette population marginalisée et en profonde détresse, nous ne pouvons que soutenir les initiatives du journal pour informer de la réalité de ce qui se passe et qui est trop souvent complaisamment passée sous silence par la « presse officielle »… Dès que nous aurons des informations supplémentaires sur cette affaire et les moyens de mobilisation mis en place, nous informerons nos lecteurs auxquels nous conseillons de consulter régulièrement le site de ce journal alternatif remarquable qu’est « La feuille de chou ».

Pourquoi tant de maltraitance sur nos soldats et nos CRS ?

N’êtes-vous pas surpris de voir encore errer dans nos rues, chauffées à blanc, depuis janvier, ces trios de soldats, armés jusqu’aux dents, qui ne sécurisent plus personne et dont le seul mérite est de nous permettre d’identifier un nombre inattendu de structures pédagogiques et religieuses, qui jusque là étaient passées inaperçues?

 Permettez-moi d’affirmer que ce dispositif ne sert plus à rien, sauf à entretenir le fantasme d’un danger , réel certes , mais qui est contrôlé ( jamais parfaitement ) en amont par le renseignement et l’espionnage informatique à l’échelle mondiale, dénoncé par Edouard Snowden (qui attend encore d’être nommé Citoyen d’ honneur de Strasbourg et d’avoir le Prix Nobel de la Paix).

Mesure-t-on l’impact catastrophique de ce dispositif  sur l’exercice et la jouissance au quotidien de nos Libertés ?

Je mets en parallèle la réaction de 43 des 76 CRS d’ Illzach qui se sont mis en arrêt de travail ( j’espère que ce n’est pas auprès du même psychiatre) pour protester contre les cadences infernales au travail.

 Et on les comprend.

En quoi faut-il encadrer militairement (depuis le Sommet de l’ Otan à Strasbourg ) tout déplacement officiel ? Il est devenu impossible d’approcher un homme politique tant il est «cerné » par une protection rapprochée et massive comme si on voulait créer un clivage entre Lui et le Peuple.

Ne devrait–on pas plutôt consacrer une partie de l’argent dépensé à la sécurité intérieure à accueillir quelques réfugiés supplémentaires parmi les « damnés de la mer » et leur consacrer cette prière, que nous dirons demain devant le Parlement Européen ?   Sans parler du manque de personnel à la MDPH ( Conseil départemental) qui empêche le traitement des dossiers de renouvellement des bénéficiaires de l’ AAH , pourtant vitale pour eux,en temps utile.

Georges Federmann