Archives de catégorie : Libertés

QUI VEUT VIRER SON EMPLOYÉ-E …

… l’accuse de fautes professionnelles !
C’est l’adage patronal qui semble guider la direction du Grand Comptoir, café-restaurant de la gare de Mulhouse, pour tenter de se débarrasser de l’une de ses employées, Béatrice, serveuse dans l’établissement dont le propriétaire est la société SPP Province.

Le 14 décembre dernier, Béatrice est convoquée à un entretien préalable à sanction disciplinaire susceptible d’entraîner son licenciement. Elle avait déjà subi en octobre une mise à pied disciplinaire de cinq jours (pour une omission de service dont était responsable une collègue).

Ce qui rend cependant la démarche de l’employeur pour le moins suspecte, est le fait que Béatrice est la secrétaire du syndicat département CGT de l’hôtellerie, du tourisme et de la restauration, également conseillère du salarié, ce dernier point constituant le reproche explicite formulé par la direction à son encontre.

Béatrice est aussi candidate au mandat de déléguée du personnel dans l’entreprise.

Or, l’entreprise en question est à la veille de négociations avec ses salariés à fin d’obtenir la signature d’un accord moins favorable à ces derniers que la convention collective nationale de la restauration rapide, notamment sur la question de la majoration des heures supplémentaires, ce que permet désormais la loi dite « El Khomri ». La présence dans l’entreprise, en place d’une représentation du personnel plus docile, d’une syndicaliste aussi armée et résolue que Béatrice constitue évidemment un obstacle de taille à cet objectif et la militante pourrait bien être devenue une tête à abattre à tout prix.

Y compris celui qui consiste, pour la direction, à invoquer de bien curieuses « attestations » de clients pour tenter de prouver des manquements professionnels fort opportuns.

La ficelle est suffisamment grosse pour inciter une trentaine de militants CGT à se rassembler devant le café de la gare afin de soutenir Béatrice pendant l’entretien auquel  elle était convoquée.

A une centaine de mètres de là, de l’autre côté de la place de la gare, devant la sous-préfecture, avait lieu simultanément une manifestation des ATSEM (« aides-maternelles »)  pour l’amélioration de leurs salaires, formation, qualifications, avec également la Cgt à leurs côtés. Plusieurs d’entre elles ont rejoint plus tard le groupe de soutien à Béatrice, montrant en cela que si les problèmes des salariés revêtent des formes différentes d’un secteur à l’autre, ce sont bien des logiques et mécanismes identiques qui les provoquent et qu’il est urgent de le faire comprendre au plus grand nombre.

On ne saurait que regretter l’atonie de la plupart des autres salariés de l’établissement, paralysés par l’arme, peu glorieuse mais certes redoutable, brandie par le patronat, du chantage à l’emploi, laissant à Béatrice la charge entière de la résistance et de la combativité, ainsi que le prix éventuel à payer pour son courage et son engagement.

Même si, aujourd’hui encore plus hier avec la perte de protection ouvrière que la « loi-travail » a induite, le risque de perdre son emploi réside bien davantage dans la passivité et le renoncement revendicatif que dans la bagarre syndicale.

Daniel MURINGER

Quand le Monde libre vacille sur son piédestal…

Oui, il faut lire le Prix Renaudot de l’essai 2016 ! Il faut le lire à tout prix tant il fait honneur à des journalistes qui osent, un moment ou un autre, se lever et décrire la réalité de ce qui se passe dans des rédactions et qui démontrent combien l’irruption de l’argent, des financiers, des grands groupes de télécommunications, dans le capital de la presse sont en train de la gangréner totalement. Aude Lancelin, ancienne directrice adjointe de la rédaction du Nouvel Observateur, à présent « L’Obs », démontre implacablement les dérives d’un système rédactionnel à tel point inféodé aux pouvoirs politique et économique que l’information s’uniformise et glisse progressivement dans un style propagandiste. Et s’en suit un rejet régulier et innarrêtable du lectorat.

Continuer la lecture de Quand le Monde libre vacille sur son piédestal…

Pour Asli Erdogan : lire pour qu’elle soit libre !

Une Erdogan peut en cacher un autre ! Bernard Umbrecht nous rappelle que le dictateur qui écrase chaque jour un peu plus les libertés en Turquie veut éliminer toute opposition. La romancière Asli Erdogan le paie cher et les juges au service du pouvoir pourrait la condamner à une peine très lourde… Et le silence des dirigeants politiques européens, des médias est indigne… Raison de plus que nous en parlions dans ces colonnes…

Continuer la lecture de Pour Asli Erdogan : lire pour qu’elle soit libre !

M.G.E.N des Trois Epis : pourquoi tant d’acharnement ?

Une mutuelle qui se comporte comme un vulgaire patron de combat? La si « vertueuse et progressiste » MGEN  (Mutuelle générale de l’Enseignement national) s’évertue à « casser » un militant syndical… et ce depuis 7 ans. On peut parler d’acharnement sans aucun doute… Le fait qu’il s’appelle Abdelhamid Absi y serait-il pour quelque chose?

Continuer la lecture de M.G.E.N des Trois Epis : pourquoi tant d’acharnement ?

SNCF : Qui porte atteinte à l’image de l’entreprise ?

Depuis les manifestations contre la loi Travail, le gouvernement semble vouloir régler ses comptes avec les syndicats qui contestaient cette pourtant catastrophique réforme. Les sanctions pleuvent de toute part, avec une extraordinaire sévérité: et comme par hasard, ce sont les militants(tes) de la CGT ou de Sud qui sont les premiers visées. L’hommage du vice à la vertu? Peut-être, mais chèrement payé par des femmes et des hommes qui ont fait oeuvre de citoyenneté… Cela deviendrait-il, dans notre belle France hollandaise,  un délit?

Continuer la lecture de SNCF : Qui porte atteinte à l’image de l’entreprise ?

L’ « amok », une autre approche du terrorisme

Le phénomène « Amok » est « une folie meurtrière individuelle observée en de nombreux endroits du monde par les ethnographes, puis théorisée à partir de sa forme institutionnalisée en Malaisie d’où vient le mot. L’accès de violence meurtrière prend fin par la mort de l’individu après que celui – ci ait atteint d’autres personnes » (Wikipedia).

Götz Eisenberg, sociologue et publiciste, a livré au magazine en ligne « NachDenkSeiten » .une contribution, en date du 25 juillet, intitulée « D’Orlando à Munich : Amok ou terrorisme ». Continuer la lecture de L’ « amok », une autre approche du terrorisme

L’information locale en péril, à Strasbourg, Mulhouse, et Nancy…

En photo, lors d’une conférence de presse du comité de soutien de La Feuille de chou : J.C. Meyer (« La Feuille de chou »), B. Schaeffer (pour L’Alterpresse68) et A. Michon (pour Pumpernickel)

Pour « La Feuille de chou » : un verdict à venir

Accusé d’avoir « porté atteinte à l’honneur et à la considération » du chef de la Mission Roms de la ville de Strasbourg, le fondateur et directeur de publication de la revue électronique « La Feuille de chou« , J.C. Meyer, a été mis en examen en juillet 2015. Il devait comparaitre le 5 avril 2016 devant le TGI de Strasbourg. Reporté, le procès a finalement eu lieu le 2 juin 2016. Continuer la lecture de L’information locale en péril, à Strasbourg, Mulhouse, et Nancy…

Les casseurs de l’Éducation Nationale au Lycée Montaigne de Mulhouse…

L’affaire du lycée Montaigne de Mulhouse rappelle que le système, ses règles et son oligarchie cassent des services publics et brisent des vies dans tous les secteurs de la société. Y compris dans le secteur éducatif dont on pourrait penser à priori qu’il a été conçu pour qu’on y « élève », pas pour qu’on y « casse ». Et pourtant… Continuer la lecture de Les casseurs de l’Éducation Nationale au Lycée Montaigne de Mulhouse…

« Nuit debout » et « hiérarchie » municipale à Mulhouse…

Une atteinte à la liberté d’expression

Sur la place des Victoires, une distribution de tracts avait été fermement interrompue le samedi 7 mai par la police mulhousienne. L’oukase municipale, énoncée avec menaces, visait des « Nuit debout » annonçant par tracts une prochaine manif. Les militant-e-s présent-e-s avaient dû faire face, quelques minutes auparavant, à d’autres intimidations proférées par une des responsables du « Starbucks coffe » inauguré il y a quelques semaines sur cette place des Victoires. Continuer la lecture de « Nuit debout » et « hiérarchie » municipale à Mulhouse…