Archives pour la catégorie Economie-social

Une « loi Macron » pour le Collège ?

images

Les syndicats ayant appelé à la grève le 19 mai pour protester contre la réforme des collèges voulue par le gouvernement ont recueilli un succès mitigé. Entre 30 et 50% de grévistes, des manifestations certes un peu maigrelettes alors que cette loi va peser négativement sur des générations d’élèves dès la rentrée prochaine. Mais les syndicats n’ont pas perdu la face.

Dès le lendemain, le 20 mai, le décret d’application de la loi a paru au Journal Officiel, démontrant ainsi le peu de considération qu’il accordait à la démocratie sociale. La réforme prévoit de laisser chaque collège fixer 20% de son emploi du temps, avec de l’accompagnement personnalisé pour tous, de l’interdisciplinarité et une deuxième langue vivante (LV2) avancée en cinquième. Selon les termes du décret, elle sera appliquée comme prévu à la rentrée 2016.

Un débat inaudible ?

Il est vrai que la droite s’est emparée de cette réforme pour en faire une affaire politicienne. Loin de donner un éclairage sur les enjeux de la loi, elle a plutôt contribué à complexifier le débat jusqu’à le rendre incompréhensible. Il est vrai qu’entendre les hommes de Sarkozy et l’ex-président lui-même fustiger le projet est surréaliste. Eux qui ont supprimé 80.000 postes Continuer la lecture de Une « loi Macron » pour le Collège ?

SOLEA : chasse aux fraudeurs ou transports gratuits ?

solea

C’est l’ouverture de la chasse avant l’heure ! Lundi 13 avril, débutera la chasse aux fraudeurs sur le réseau Soléa.

En plus des contrôleurs et des conducteurs, une bonne partie du personnel administratif sera mobilisé dans les bus et les trams le 13 avril 2015 pour le lancement de l’opération.

Pour trois syndicats de l’entreprise (Unsa, CFTC et Confédération autonome du travail – CAT) l’heure est à l’inquiétude ;  ils contestent la forme que prend cette opération avec un premier grief : l’embauche des 20 jeunes en contrat d’avenir qui sont des agents de prévention mais pas des vérificateurs, et qui ne connaissent pas le réseau…

Mais une contestation plus politique se dessine. Dans un communiqué superbement ignoré par L’Alsace et les DNA, la section du Parti Communiste de Mulhouse rappelle   que « l’heure n’est pas à la constitution de brigades mobiles et de frappes d’interventions mais à celle de la solidarité et du partage » et souligne qu’avec un tarif par trajet de 1,50 €, l’usager mulhousien paie plus que dans la plupart «des collectivités du grand Est, dans une ville connue pour être une des plus pauvres de France… »

LA GRATUITE, C’EST POSSIBLE ?

Et de demander dans la foulée « les transports collectifs gratuits pour la mobilité de toutes et tous en M2A. »

Il est vrai que 23 villes de France pratiquent cette gratuité et elles n’ont pas pour autant déposé le bilan ! Ainsi à Compiègne, cinq lignes urbaines sont totalement gratuites Continuer la lecture de SOLEA : chasse aux fraudeurs ou transports gratuits ?

(1) Le vote électronique : une sotte et coûteuse obstination

Déjà moderne, la « gauche »

A l’époque, c’était Jean-Marie Bockel (PS) qui décidait de tout : c’est par une déclaration au journal L’Alsace que le maire a informé ses conseillers municipaux et ses concitoyens en juin 2004 : «Je vous annonce un scoop. J’ai pris la décision de généraliser le système (du vote électronique) dans tous les bureaux mulhousiens pour 2007»(1). Ça tombait bien : Continuer la lecture de (1) Le vote électronique : une sotte et coûteuse obstination

(2) Le vote électronique : politiquement correct exigé !

Un vote pas si « nul » que ça !

Sans entrer ici dans le détail du débat sur les mérites respectifs du vote blanc et du vote nul(1) nous vous proposons un exemple de bulletin de vote utilisé dimanche 22 mars 2015 à Mulhouse à l’occasion du premier tour des élections départementales. Il soulève des questions portant sur l’état de notre démocratie et possède le mérite appréciable de poser un problème que presque tous les candidats ont soigneusement évité : celui de la dette publique du département. Continuer la lecture de (2) Le vote électronique : politiquement correct exigé !

PRATIQUES ARTISTIQUES EN AMATEUR : RETROSPECTIVES

 

En 2007, un article que j’avais écrit pour le bulletin syndical du Sfa-Cgt (Syndicat Français des Artistes-Interprètes), intitulé « le spectacle vivant amateur en Alsace », avait atterri sur le bureau du Directeur Régional des Affaires Culturelles, relayé à son intention par le Ministère de la Culture et de la Communication. Le directeur en question convoqua alors une réunion associant les conseillers de la DRAC, les représentants régionaux et départementaux du Ministère du Travail, un responsable de l’Agence Culturelle d’Alsace et moi-même.

Au fil de la discussion, j’évoquais à titre d’exemple le cas d’un spectacle qui venait de tourner dans toute la région, une opérette d’Offenbach, montée par une troupe lyrique d’amateurs d’Obernai, avec le soutien du Conseil Régional et dont la diffusion s’était effectuée à grand renfort de publicité professionnelle, les tarifs pratiqués l’étant tout autant. Le conseiller musique de la Drac qui me demanda, narquois, ce que j’avais à l’encontre de l’opérette, fut mouché par son directeur qui avait, lui, bien compris qu’une production professionnelle ne pouvait en aucun cas rivaliser avec une telle opération.

Quelques jours plus tard, j’appris par le responsable de l’Agence culturelle d’Alsace (ACA) participant à la réunion, mais resté muet, que les musiciens de l’orchestre du spectacle avaient touché des petites     enveloppes …

Anecdote qui illustre à quel point la question des pratiques en amateur des arts du spectacle vivant et celle du travail dissimulé, tout en étant distinctes, se chevauchent volontiers.

Le texte en question figure en tant que tel en fin de celui-ci, car il reste (hélas !) pertinent dans son ensemble, et plutôt que de l’amender à la marge, il me semble préférable de le compléter auparavant par quelques réflexions supplémentaires en la matière couvrant la période qui s’est écoulée depuis sa rédaction.

Et en premier lieu, cette remarque : bien loin d’être réglé, le problème se pose huit ans après avec encore plus d’acuité.

UN AFFRONTEMENT PROFESSIONNEL – AMATEUR ?

La reprise de l’élaboration de la loi sur la création artistique – après un temps d’arrêt d’une année qui avait un parfum d’enterrement – remet la question à l’ordre du jour, car le point Continuer la lecture de PRATIQUES ARTISTIQUES EN AMATEUR : RETROSPECTIVES

LES DROITS RECHARGEABLES NON EPUISABLES : UN MECANISME VICIEUX

Un beau soleil précocement printanier a salué ce mardi 3 mars les 35 rassemblements de chômeurs un peu partout en France, et particulièrement en Alsace, tant à Strasbourg qu’à Mulhouse.

Au nombre de 25 et de 20, respectivement,  il y a avait, certes, parmi les manifestants, un nombre conséquent de militants, syndicaux, politiques et associatifs, davantage que de personnes directement concernées par l’objet de l’action. Mais l’on sait que, pendant que les salariés en activité fuient l’idée qu’ils sont, aujourd’hui plus que jamais, des chômeurs en sursis, les privés d’emploi, pour nombre d’entre eux, confrontés à un drame personnel à l’horizon apparemment indépassable, sont de ce fait davantage enclins  à se recroqueviller sur eux-mêmes plutôt que de se joindre à des mouvements collectifs de protestation.

L’action de ce 3 mars portait sur l’ordre du jour d’une réunion concomitante des partenaires sociaux de l’UNEDIC sur la question des droits rechargeables non épuisables, un mécanisme mis en place en octobre dans la foulée de la nouvelle convention d’assurance-chômage signée au printemps à l’issue de négociations particulièrement déloyales. Une réunion Continuer la lecture de LES DROITS RECHARGEABLES NON EPUISABLES : UN MECANISME VICIEUX

L’entreprise hors du champ de la démocratie ?

Un salarié peut-il s’exprimer sur ce qui se passe dans son entreprise ? Il y a quelques semaines, un salarié du Journal L’Alsace se plaint sur sa page Facebook de l’attitude de la direction qui vient d’infliger un lock-out (acte illégal, faut-il le rappeler) aux salariés qui voulaient reprendre le travail après une grève. Fureur du PDG qui, lors d’une réunion des délégués du personnel, fustige cet individu et profère des menaces à son égard. L’affaire est encore en cours et inutile de vous dire que L’Alterpresse68 la suit de près et mènera campagne pour défendre ce salarié si d’aventure la direction prenait une sanction.

Et cela repose, une fois encore, la question de savoir si l’entreprise échappe aux règles de la démocratie politique et sociale qui fait loi dans notre pays.

LES LANCEURS D’ALTERTE

Sans John Kiriakou et Thomas Drake, nous ne saurions rien des pratiques des USA dans leur « guerre contre le terrorisme ». L’un confirma l’utilisation de la torture par les agents américains, le deuxième révéla, bien avant Snowden, le système de surveillance générale des télécommunications que mènent les Etats-Unis à l’échelle mondiale. Sans l’incessante dénonciation des ravages du médicament Médiator menée par la pneumologue Irène Frachon, le groupe Servier continuerait de vendre son poison Continuer la lecture de L’entreprise hors du champ de la démocratie ?

Quand toxique rime avec helvétique…(1)

L’envolée du franc suisse vient de remettre en lumière quelques pratiques douteuses des banques qui, entre autres, ont imaginé des dispositifs, parfois très toxiques, dont sont victimes aujourd’hui des particuliers, des collectivités locales et des établissements publics. Pour l’instant, les particuliers concernés semblent vouloir riposter avec plus de détermination que les élus… Continuer la lecture de Quand toxique rime avec helvétique…(1)

Désespérance sociale, utopie… et vision d’avenir

Ce mercredi 24 février 2015 une vingtaine de personnes étaient réunies au restaurant de la Table de la Fonderie à Mulhouse dans le cadre des soirées de la «Fabrique à projets» pour débattre sur le thème de la «dette publique» et de la «réappropriation populaire de la finance».

Dans son exposé liminaire Bernard Schaeffer, du Conseil Populaire 68 pour l’abolition des dettes publiques (CP68), a dénoncé «les cadeaux fiscaux aux riches» et le «mécanisme cumulatif des déficits budgétaires et des intérêts dus accroissant les capacités des prêteurs, souvent bénéficiaires de ces mêmes cadeaux fiscaux». Continuer la lecture de Désespérance sociale, utopie… et vision d’avenir