Archives pour la catégorie D’Schnurra uff

Votez Le Pen ou Fillon… et vous sauverez Fessenheim!

Connaissez-vous Claude Brender ? C’est l’actuel maire de Fessenheim qui ne néglige rien pour garder sa centrale en activité quoi qu’il en soit… Il peut compter sur l’appui des présidents de la Grande Région, Philippe Richert, mais aussi sur celui du RSA-Killer Eric Straumann, du conseil départemental, des syndicats pour une fois unis comme les doigts de la main, une partie de la population de Fessenheim aussi. Continuer la lecture de Votez Le Pen ou Fillon… et vous sauverez Fessenheim!

« Trumperies »: 1 millions de femmes dans les rues…

Vous n’avez évidemment pas pu échapper aux « trumperies » désormais quotidienne. L’inattendu président des USA n’a pas attendu longtemps après son investiture pour agir : remise en cause de l’assurance maladie instaurée par Obama, affichage de sa politique par un tonitruant « America first »…

Les déclassés qui ont voté pour lui, eux, n’ont pas encore eu droit à la moindre mesure en leur faveur.
On se dit que le Parti démocrate va immédiatement réagir, que les syndicats vont manifester, que les classes populaires vont rugir… Mais rien à part les communiqués indignés traditionnels dont tout le monde se fiche.

Un flop monumental… jusqu’à ce que vous, mes sœurs, vous les femmes américaines, vous preniez les choses en main avec le seul soutien de ce bon vieux Bernie Sanders.

D’abord Trump vous a humiliées, vous a ramené à un simple objet et un objet, ça n’a pas de droit. Alors, hop, on va commencer à en détruire un, emblématique, le droit à l’avortement… Et là, mes sœurs adorées, vous n’avez pas attendu la consigne de je ne sais qui et vous êtes descendues dans la rue.

Tout est parti d’une initiative personnelle d’une ancienne avocate Teresa Shook, triste et déprimé après la victoire de Trump qui a trouvé sur Internet des filles dans le même état qu’elle et elles ont considéré qu’il fallait faire quelque chose pour se sentir moins triste. Pourquoi pas une marche ?

Ce n’est pas une poignée de militantes qui ont réagit, mais elles furent 400.000 à New York, 175.000 à Boston, 100.000 à Denver, des millions à travers le monde, aussi à Paris, Lyon, Marseille pour la France…

A la manif de Paris, beaucoup, énormément de femmes américaines résidant dans la capitale. Mais aussi des franciliennes, donnant ainsi à la protestation contre Trump une dimension réellement internationale.

Vous avez été les seules, mes sœurs, à trouver la bonne réponse adéquate. Loin des discours creux et insipides de ceux qui dénoncent Trump sans pour autant agir… C’est vous qui avez créé l’événement politique de la semaine… et peut être pour celles qui vont venir
Oui, ce que fait Trump ne menace pas les seuls citoyens américains, les féministes françaises présentes au Trocadéro ont saisi que leur propre conquête du droit à l’IVG est menacé par le grand (faux)blond à la chaussure brune.

Trump n’est qu’un aspect de la vague réactionnaire qui est en train de déferler sur le monde. Quand les partis d’extrême-droite européenne, dont le FN et l’AFD se réunissent à Coblence pour saluer la victoire du résident de la Maison Blanche, quand Bepe Grillo, du Mouvement 5 étoiles italien clame « La politique internationale a besoin d’hommes d’Etat forts comme Trump et Poutine »… et je pourrai en citer beaucoup d’autres, nous glissons vers un monde autoritaire, sécuritaire et réactionnaire… en attendant « mieux »!

Et comme toujours dans cette vision de la société, ce sont les femmes les premières victimes, celles auxquelles ont réduit les droits dont ceux de l’égalité des genres.

Mais non, c’est vous mes sœurs qui avez encore une fois prouvé que la femme est bien l’avenir de l’Homme… Et là, je m’incline bien bas et vous dis tout simplement: Respect…

Michel Muller

Alerte boursouflure !

Alerte,
Moi-je-JiMBi-qui-suis-l’agglo-à-moi-tout-seul est en danger de boursouflure !
Pour ne pas risquer d’ être accusé de non-assistance à personne en danger, je me dois de lancer l’alerte. Les symptômes qui suscitent l’inquiétude sont extraits d’un texte d’auto-congratulation de J.M. Bockel consacré à «cette agglomération(…) à laquelle j’ai consacré 20 ans».
20 ans, n’est-ce pas suffisant ?
J’ai à cœur de conforter notre agglomération à laquelle je suis attaché [manquerait plus qu’il en soit détaché!] pour continuer à l’inscrire dans son environnement de la meilleure façon possible. C’est un défi politique qui s’ouvre à et que je mène avec plaisir, engagement mais aussi sérénité, avec l’appui de l’ensemble des élus de m2A [apparemment le m de Mulhouse est s’écrit petit] dont je tiens à saluer l’implication sans faille. Mes relations avec les femmes et les hommes politiques de notre territoire sont basées sur une confiance mutuelle et une saine envie de construite ensemble» […] ».
Je ne sais pas si vous partagez mon diagnostic mais, à mon avis, on est limite là d’une grave crise d’ego. Non ?
Ces quelques phrases, il y en a encore d’autres, proviennent de l’éditorial de la nouvelle publication que s’est offert le président de la M2A pour se glorifier jusqu’à la caricature. Elle est intitulée ambitions / agglo et tirée à 128 000 exemplaires pour être distribué dans nos boîtes aux lettres. Elle s’adresse aux ambitieux et à leurs ancêtres visionnaires.
Oui, il y a de l’argent pour cela. Mais je n’aurais rien contre une telle dépense d’ailleurs si les cinquante pages étaient un vecteur démocratique et contenaient autre chose que de la propagande. On nous annonce qu’un «grand projet d’agglomération est en cours d’écriture» mais la lecture du magazine permet à la population de l’agglomération de conclure que – circulez – elle n’est pas digne de faire partie des ambitieuses relations de son président.
D’r Wagges

Service bénévole obligatoire : convaincre !

Ainsi, la droite et la « social-réaction » (car on ne peut plus parler de social-libéral) a trouvé son « idiot utile » en la personne de M. Straumann pour mettre en débat un travail obligatoire pour les personnes touchant le RSA.
Il en fallait un pour lancer dans l’opinion une idée réactionnaire que les associations ont bien fait d’appeler SBO même si en l’occurrence on aurait pu parler de Service du travail obligatoire. Mais malgré les protestations, M. Straumann persiste et continue sa campagne.
On aurait tort de voir dans cette hargne une envie personnelle de faire le « buzz » ou de se sentir « tranquille » parce que la loi voire la constitution interdirait de telles mesures.
D’ailleurs, le gouvernement a plutôt réagi mollement et n’a pas du tout enterré l’idée !
Un gouvernement qui est en mesure de liquider le code du travail et d’imposer aux salariés des conditions de travail comparables à celles du XIXe siècle, sait comment faire.
Première règle : avoir l’opinion publique avec soi. Deuxième règle : trouver le moyen d’en faire un débat le plus large possible. Et ainsi créer les conditions de pouvoir changer la législation, voire la Constitution pour arriver à sa fin. Troisième règle : faire en sorte que les protestataires restent minoritaires.
Tout l’arsenal n’a donc pas encore été déployé par ceux qui à droite ou se prétendant de gauche, veulent faire payer les pauvres. C’est pourquoi l’œuvre de M. Straumann n’est pas encore terminée.
Il faut saluer les associations qui ont réussi à préserver leur unité malgré leur diversité et de dénoncer dans un communiqué ce « SBO »
D’autres étapes les attendent : des initiatives devront être prises pour continuer à combattre cette idée réactionnaire. Pas pour convaincre M. Straumann, son rôle d’idiot utile lui va bien. Mais pour faire comprendre à nos concitoyens la nocivité d’une proposition inutile, inefficace économiquement et injuste socialement.
Michel Muller

La vieillesse est (parfois) un naufrage

Je préfère garder de Robert Badinter l’image de celui qui se battait pour la suppression de la peine de mort avec une opinion publique et tous les réactionnaires hostiles à cette loi.
Il est vrai que l’opinion publique, y compris parmi ceux qui sont les plus fragiles et les plus exposés à l’arbitraire, pense que c’est en réduisant les droits des salariés que les entreprises embaucheront. Contre toute évidence, contre toute forme de réalité puisque c’est justement cette politique qui est menée depuis trente ans avec les résultats que l’on connaît.
L’état d’urgence, lui aussi, est salué par l’opinion publique : comme cela, « on » n’aura moins peur… Que la déchéance de la nationalité n’est d’aucune efficacité, tout le monde le reconnaît. Mais c’est pour le « SYMBOLE ».
Dans son journal hebdomadaire, le Saute-Rhin, Bernard Umbrecht nous rappelle comment, à travers l’histoire récente, la « trouille » a été utilisée pour justifier les « mesures de protection » en réalité destinée à annihiler tout esprit de contestation ou de résistance. Nous publions des extraits de son papier à lire avec délectation sur le site du Saute-Rhin.
Comme vous le constaterez dans notre rubrique « Réactions, actions citoyennes, mobilisation », il n’en reste pas moins des citoyens, des associations, des mouvements, qui résistent à ces « élans majoritaires » savamment entretenus… Parfois même par des vieillards pathétiques…

Michel Muller

L’alsacien pas assez « subtil » pour l’adjointe… à la culture régionale

Un de nos lecteurs nous fait parvenir cette réaction que lui a inspiré les contradictions que manient l’adjointe déléguée à la langue et  à la culture régionale de la ville de Mulhouse. Ce poste serait-il un simple gadget pour duper ces nombreux Alsaciens attachés à la préservation de leurs droits et cultures. Continuer la lecture de L’alsacien pas assez « subtil » pour l’adjointe… à la culture régionale

Et M. Hollande inventa la « droite plurielle » !

Que voulez-vous, il aura tout tenté ! Il voulait faire une politique « de gauche »… Si, si… Rappelez-vous le discours du Bourget, l’ennemi désigné, etc.… Mais cet ennemi déclaré, le monde de la finance, n’a pas voulu ! Si, si… Il a refusé, il a voulu du bon capitalisme libéral, celui qui permet de ne pas partager les richesses avec le peuple ! Continuer la lecture de Et M. Hollande inventa la « droite plurielle » !