Archives pour la catégorie Culture

Pour Asli Erdogan : lire pour qu’elle soit libre !

Une Erdogan peut en cacher un autre ! Bernard Umbrecht nous rappelle que le dictateur qui écrase chaque jour un peu plus les libertés en Turquie veut éliminer toute opposition. La romancière Asli Erdogan le paie cher et les juges au service du pouvoir pourrait la condamner à une peine très lourde… Et le silence des dirigeants politiques européens, des médias est indigne… Raison de plus que nous en parlions dans ces colonnes…

Continuer la lecture de Pour Asli Erdogan : lire pour qu’elle soit libre !

Secours populaire: la fête avec Géranium

 

imag0192

C’était le 24 octobre dernier, dans les locaux du Secours Populaire à Mulhouse.

Deux musiciens du groupe Géranium, Daniel Muringer et Patrick Osowiecki, ont proposé à une quinzaine d’enfants un spectacle narratif faisant intervenir une quarantaine d’instruments de musique de tous les continents. Continuer la lecture de Secours populaire: la fête avec Géranium

Festivàl ohne Nàma : un ohna uns!

« Festival sans Nom » : et sans nous !

Nous publions ce petit texte en alsacien avec sa traduction que Jacques Zimmermann a fait paraître dans le journal M+. Jacques Zimmermann et Jean-Marie Stoerckel ont écrit un polar passionnant duquel nous reparlerons avec les auteurs prochainement dans ces colonnes : Le tueur à la coiffe alsacienne/D’r Teter met dem Elsàssesch Schlupf-Hüewa. L’originalité de ce roman réside dans sa double parution français-alsacien, ce qui est une première dans la littérature alsacienne.

Continuer la lecture de Festivàl ohne Nàma : un ohna uns!

« 1964 » : de quoi remuer nos méninges…

13 octobre, 20 h, dans ce lieu extraordinaire qu’est le Séchoir à Mulhouse : il n’est pas habituel de pouvoir assister à une lecture-performance menée par l’auteur Kai Pohl, en allemand, et par son traducteur français, Bernard Umbrecht. Cette lecture à deux voix nous a permis de découvrir un livre intitulé « 1964 » qui, dans sa construction et son propos, ne peut laisser indifférent.

Continuer la lecture de « 1964 » : de quoi remuer nos méninges…

« Nos années françaises » : l’Alsace autrement…

marie hart a bal liebezell

Un jour, il y a bien longtemps, Daniel Muringer, notre chanteur alsacien grand explorateur d’archives littéraire et musicale, me demanda : « Connais-tu Marie Hart ? ». Je du avouer mon ignorance et grâce à la mise en musique d’un poème j’ai découvert la plus grande poétesse alsacienne. Sans pour autant pouvoir lire ses livres car aucun éditeur alsacien ne publie cette figure incontournable de la littérature alsacienne.

Continuer la lecture de « Nos années françaises » : l’Alsace autrement…

Alsacien interdit de mémoire : Joseph Rossé

MICHEL KREMPPER

https://www.mixcloud.com/radio-mne/un-autre-son-de-cloche-du-1er-juin-2016/

L’Alsace commence enfin à s’interroger sur son histoire. Sa « disparition administrative » engagée par une réforme territoriale absurde et stupide, ne lui enlève en rien son passé et sa singularité au sein de la république française. Encore faut-il qu’elle se réconcilie avec son histoire et qu’elle l’accepte telle qu’elle est et non pas telle qu’elle a été réécrite par ceux qui veulent effacer sa mémoire. La biographie de Joseph Rossé qui vient de paraître sous la plume de Michel Krempper, avec une préface d’Andrée Munchenbach et éditée chez Yoram, s’attelle à cette difficile mais indispensable tâche.

Continuer la lecture de Alsacien interdit de mémoire : Joseph Rossé

Voyage aux pays des déchets nucléaires

(Documentaire programmé sur Arte le 11 mai 2016 à 9 h).

Aux quelque 380 000 tonnes de détritus hautement radioactifs accumulés depuis 1943 dans le monde s’ajoutent environ 10 000 tonnes chaque année, émanant des 398 réacteurs opérationnels actuellement dans 31 pays. Durant cinq ans, Edgar Hagen avait accompagné aux quatre coins du globe le physicien écossais Charles Mc Combie, un expert du «rangement» définitif. Continuer la lecture de Voyage aux pays des déchets nucléaires

Au cinéma: « Dalton Trumbo »

Tout comme dix de ses confrères scénaristes, tout autant que réalisateurs et producteurs, Dalton Trumbo fut une victime de la paranoïa anticommuniste qui saisit les Etats-Unis, sous le triste patronage du « House Un-American Activites Commitee », et la férule de son principal sectateur, un certain Joseph McCarthy.

Le réalisateur Jay Roach restitue dans son film éponyme la lente disgrâce de ce scénariste hollywoodien prolifique et multi-oscarisé, l’un de ceux qui eurent le plus à pâtir de l’hystérisation de la vie politique américaine sous l’ère Eisenhower, obnubilée alors par le fantasme de l’invasion soviétique et l’atteinte à ses valeurs cardinales.

Campé par un formidable Bryan Cranston (que l’on a découvert dans la série « Breaking bad ») tour à tour matois, tyrannique et intensément humain, Dalton Trumbo cultive avec ferveur le vaste sillon des thrillers politiques à l’américaine, tout en en creusant la veine du « biopic ». Un tantinet académique par son traitement, il vaut surtout pour être une convaincante étude de caractère, interrogeant la valeur de la rectitude morale et de la force de conviction en milieu (très) hostile. Servi par des dialogues habilement ciselés et une mise en scène tirée au cordeau, Dalton Trumbo peut-être vu comme une ode au courage et à la fraternité, passés par pertes et profits au milieu des survivances idéologiques américaines les plus rétrogrades, dont le candidat à la Maison blanche Donald Trump est la toute dernière manifestation.

 

« Dalton Trumbo »

Réalisation : Jay Roach

Avec : Bryan Cranston, Diane Lane, Helen Mirren…

Durée : 124 min.

A voir notamment au Palace à Mulhouse et au Colisée à Colmar.

Comprendre l’autonomisme alsacien : deux ouvrages à ne pas rater!

La question de « l’autonomie » de l’Alsace est revenue en force avec l’insertion contrainte de la région dans une méga-région dont l’immense majorité de ses habitants ne voulaient pas. L’apparition d’un parti qui se revendique « régionaliste » et « autonomiste », Unser Land, 3e formation politique en Alsace devant le PS, montre que les citoyens alsaciens sont sensibles à cette idée. Et dès lors, le monde politique, voire au-delà, commence à s’agiter : tout le monde a évidemment un avis sur « les autonomistes », le plus souvent tranché et définitif. Il est pénible alors, d’écouter ou de lire des propos à l’emporte-pièce, des analyses sommaires, des arguments basés sur une histoire de l’Alsace tronquée et orientée. Bref, tout cela est le fruit d’une réelle ignorance de l’origine du mouvement autonomiste en Alsace qui est à nul autre pareil.

Deux auteurs se sont attelés à la tâche pour donner les éléments historiques indispensables pour que les Alsaciens se réconcilient avec l’histoire de l’autonomisme: Bernard Wittmann, à partir d’une biographie de Jean Keppi, une des figures marquantes d’une des tendances autonomistes alsaciennes et Michel Krempper dont le livre « Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan 1871-1945 » qui détaille savamment la naissance, le développement et l’affaiblissement de l’autonomisme durant cette période. A lire, et après on pourra discuter…

Les Alsaciens attachés à leur identité

Mais qu’est-ce à dire « l’identité alsacienne » ? Les uns l’analyse par son emplacement géographique, sa langue, son « savoir-vivre », les vicissitudes des changements de « camp » de la fin du XIXe au XXe siècle… Depuis 1945, époque où tout ce qui pouvait rappeler le passé germanique alsacien devait être expurgé, les Alsaciens ont baissé la tête. Ses élus politiques les premiers : ils ont été les instruments ou du moins ils ont accepté, de culpabiliser les habitants Continuer la lecture de Comprendre l’autonomisme alsacien : deux ouvrages à ne pas rater!