Tous les articles par l'alterpresse68

Rottner en guerre  ?!… Mais aussi en déroute !

Coup de tonnerre en pleine cérémonie de vœux, le jeudi 15 janvier 2015 au Palais des Sports de Mulhouse.

Devant une salle fascinée, adoptant d’emblée un air sèchement martial qu’il s’est efforcé de bricoler à partir d’un profil naturellement patelin, le maire nous a appris que « nous sommes en guerre ». Lui, en tout cas, veut donner l’impression qu’il a déclaré la guerre. Sans oser dire clairement à qui. Et en fuyant quand l’ennemi est particulièrement redoutable. Continuer la lecture de Rottner en guerre  ?!… Mais aussi en déroute !

Droit d’asile et hall de gare

Mulhouse connaît donc depuis quelques semaines un afflux de demandeurs d’asile; les médias locaux le rapportent et les voyageurs qui traversent le hall de la gare le constatent.

 Après une diminution sensible – en particulier des candidats à l’asile issus du Kossovo et suite probable de la décision du Conseil d’Etat d’octobre 2014 d’exclure à nouveau ce pays de la liste des pays dits « sûrs » –  des dizaines de dossiers de nouveaux arrivants sont ainsi déposés en préfecture 68 Continuer la lecture de Droit d’asile et hall de gare

CGT : PAS DE SORTIE DE CRISE…

L’instance chargé de diriger la CGT entre deux congrès, le Comité confédéral national, n’a pas élu « l’équipe » que veut diriger Philippe Martinez, actuel  secrétaire général de la Fédération de la Métallurgie (la plus importante dans le secteur privé). Rien d’étonnant à cela quant on voit comment la succession de Thierry Lepaon s’est organisé : manœuvres de couloirs, ententes tacites (ou pas) entre des organisations, promesses de postes à de grandes fédérations pour qu’elles soutiennent les candidatures, rien n’a été négligé pour imposer au CCN le choix fait par Philippe Martinez… et Thierry Lepaon, persiflent certains. Continuer la lecture de CGT : PAS DE SORTIE DE CRISE…

CGT : QUI DECIDE…

Le Comité confédéral national

Comment se prennent les décisions à la CGT ? Selon les statuts, l’instance dirigeante entre deux congrès, est le Comité confédéral national constitué par toutes les Fédérations et Unions départementales, par la Commission exécutive et d’autres structures. Il compte 214 membres mais seulement 125 ont le droit de vote car certains structures y siègent à titre consultatif. Ce qui est particulièrement négatif Continuer la lecture de CGT : QUI DECIDE…

On « cause » à Davos, On vote Syriza en Grèce ?

Parfois, des événements dans l’actualité s’emboîtent comme des matriochka. Alors que le gratin politique et économique du monde de la finance se retrouve à Davos, Oxfam sort opportunément son étude sur les inégalités. Qui fait grand bruit. Evidemment, cela déchaîne une contre-offensive pour contester les chiffres. Pourtant les tendances relevées par Oxfam sont identiques à celles du FMI ou de la Banque Mondiale. Et puis, dimanche 25 janvier, la Grèce va voter. Syriza, le parti de gauche, est en tête des sondages. Et si les Grecs veulent que la politique reprenne le dessus sur le libéralisme à tout crin ? La panique commence à s’installer chez les dogmatiques de la rigueur…

Continuer la lecture de On « cause » à Davos, On vote Syriza en Grèce ?

Le flou de la guerre et la guerre au flou

« Très politique » a dit la presse en réaction au discours de Jean Rottner, maire de Mulhouse, lors de la présentation de ses vœux, le 15 janvier 2015. De quoi nous inciter à aller y voir de plus près. Nous l’avons surtout trouvé très idéologique. Continuer la lecture de Le flou de la guerre et la guerre au flou

Un mot peut en cacher un autre…(2) : « Charlie », né d’une censure

Charlie Hebdo est né d’une censure politique. En 1960, les joyeux François Cavanna et Georges Bernier, alias professeur Choron, ont créé le magazine satirique Hara-Kiri, sous titré « journal bête et méchant ». Il apparaissait comme une bouffée d’oxygène dans une presse qui, dans l’ensemble, se montrait docile devant le pouvoir gaulliste exerçant une mainmise totale sur l’audiovisuel.
Hara-Kiri fut interdit pour son fameux titre « Bal tragique à Colombey : 1 mort », à la une de son numéro qui a suivi la mort du général de Gaulle le 9 novembre 1970 à Colombey-les-Deux-Églises. Le titre parodique se référait à l’incendie du dancing Le Cinq-Sept qui avait fait 146 morts, le 1er novembre précédent à Saint-Laurent-du-Pont dans l’Isère. Plusieurs journaux s’étaient lancés après ce drame dans une macabre surenchère du sensationnel en parlant de « bal tragique ».
Une semaine après l’interdiction de Hara-Kiri, par le ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin, l’équipe du magazine lançait son nouveau journal, Charlie Hebdo. Le dessinateur Georges Wolinski, qui fait partie des victimes du massacre du 7 janvier dernier et qui sévissait déjà tout comme Cabu dans Hara-Kiri, a raconté que le nom de Charlie venait du prénom du général de Gaulle.

Jean-Marie Stoerkel

Pour des régions qui ont du sens (2)

2. La délicate question de l’autonomie et du peuple « alsacien »

 En grande part, nombre de militants régionaux du PCF doivent partager l’analyse réductrice faite par le Parti de Gauche, pour eux comme pour lui, toute évocation d’autonomisme (ou de régionalisme) étant empreinte de relents sulfureux et ils sont également plus prompts aux procès en sorcellerie qu’à une convergence limitée et réfléchie sur un point qui relève toute de même d’une sérieuse atteinte à la démocratie. Continuer la lecture de Pour des régions qui ont du sens (2)