Tous les articles par l'alterpresse68

Flamanville, le chantier maudit.

flamanville

Depuis son démarrage en 2017 le chantier de l’EPR (réacteur pressurisé européen) vient de connaître une nouvelle difficulté qui pourrait condamner le projet lui-même.

La découverte d’une anomalie « très sérieuse » par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans la composition de l’acier de la cuve  du réacteur plombe encore plus les chances de vendre cette technologie à l’étranger.

Le risque de fissure dans la cuve du réacteur (couvercle et fond) concerne un élément vital du futur réacteur. C’erst la cuve qui contient le combustible nucléaire et permet de confiner la radioactivité.

La capacité de l’acier, dans certaines zones, à absorber un choc est donc moindre que celle prévue par la réglementation et les risques de fuite d’eau radioactive sont accrus.

Mais cette pièce est fondamentale pour l’installation et son démontage pour remplacement éventuel paraît extrêmement complexe, si même possible, et l’opération très lourde en termes de coûts et de délais, a répété le président de l’ ASN.

LE MODELE EPR REMIS EN QUESTION

C’est désormais l’avenir industriel même de la filière EPR qui est en jeu et pour Greenpeace il s’agit déjà d’un coup de grâce donné à cette technologie qui n’a cessé d’accumuler les déboires Continuer la lecture de Flamanville, le chantier maudit.

Le super traité de libre échange transatlantique (acronyme T.A.F.T.A ou T.I.P.P) arrive !

CHAMBOULE TOUTGrande partie de chamboule-tout offerte gratuitement aux passants, place de la Victoire à Mulhouse, ce samedi 18 avril.

Le lancer de balles pour faire tomber des bidons empilés, étiquetés notamment « gaz de schiste », « contrôle des semences », « brevets sur le vivant », « opacité des négociations », « organismes génétiquement modifiés », « baisse des salaires », attirait nombre de passants, disposés à participer joyeusement à la partie de chamboule-tout proposée par quelques organisations politiques et associations (Jeunes écologistes et Europe écologie les Verts, PCF et Front de gauche, Ligue des droits de l’Homme, Alternatifs 68) pour dénoncer dans la bonne humeur et participer à la journée de mobilisation mondiale contre TAFTA, acronyme pour « Traité transatlantique avec les Etats-Unis » sur les accords de libre-échange et d’investissement en cours de négociations entre Bruxelles et Washington.

UNE ACTION A L’ECHELLE MONDIALE

750 actions, rassemblements, manifestations étaient prévus dans le monde entier, alors que le prochain round de négociations débute ce lundi à New York.

Il s’agit donc rien de moins que de la création d’une très vaste zone de libre – échange  par accords entre l’Europe et les Etats Unis visant à l’abaissement général des droits de douanes et à l’harmonisation systématique des normes industrielles, Continuer la lecture de Le super traité de libre échange transatlantique (acronyme T.A.F.T.A ou T.I.P.P) arrive !

Couvre-feu

big brother

« Non à la surveillance généralisée ». C’est sous ce titre que la Ligue des Droits de l’Homme appelle à réagir contre la « loi relative au renseignement » que le gouvernement veut faire passer en « procédure accélérée ». Profitant de l’émotion de la population après les attentats, Manuel Valls veut imposer un texte élaboré bien avant le drame de Charlie Hebdo. Comme le contenu risquait de braquer l’opinion publique, il n’était pas mis en calendrier des travaux de l’Assemblée nationale. Opportunément ressorti, ce projet entérine les pratiques illégales des services et légalise, dans de vastes domaines de la vie sociale, des méthodes de surveillance lourdement intrusives. Merci à Noëlle Casanova, responsable de la section mulhousienne de la Ligue des droits de l’Homme de nous expliciter la portée de ce texte.

Accepterons-nous de nous soumettre au pire des couvre-feux que le gouvernement, loi après loi, nous impose comme seule réponse aux dangers du terrorisme, le couvre-feu de l’intelligence, de la liberté d’expression, de la responsabilité citoyenne ?

Imaginons un monde dans lequel nos communications publiques comme privées sont sous surveillance, une surveillance généralisée sans contrôle judiciaire.  Ce monde sera le nôtre demain si la loi sur le renseignement est adoptée le 5 mai. Big Brother nous protège ? Mais qui nous protègera de Big Brother ?

Nous avons salué  le  courage d’Edward Snowden quand il dénonça la surveillance mise en place par la NSA, et nous accepterions de nous plier à un projet de loi liberticide ?

répression

Souvenons-nous : sous couvert de la lutte contre le terrorisme et de la criminalité organisée, ce système d’interception des données privées, qui concerne tout autant les citoyens américains que les associations et individus étrangers, a permis à la NSA et au FBI de collecter des données matérielles hébergées par les serveurs de ces sociétés : historiques de recherches et de connexions effectuées sur le net, contenu d’emails, de communications audio et vidéo, des fichiers photos, des transferts de documents ainsi que le contenu de conversations en ligne. Le système de collecte révélé par Edward Snowden a été unanimement condamné par la communauté internationale. Pour autant, depuis, aucune enquête indépendante n’a été menée pour en établir l’étendue et les conséquences en termes d’atteintes à la vie privée des citoyens.

La FIDH et la LDH ont déposé une plainte simple le 11 juillet 2013, puis, devant l’inaction du Parquet de Paris qui n’a toujours pas fait connaître les suites qu’il entendait donner à cette affaire, ont décidé de déposer une plainte avec constitution de partie civile. Le 8 avril 2015 cette plainte a donc été déposée devant le TGI de Paris afin que toute la lumière soit faite sur les supposées atteintes aux libertés individuelles résultant du programme PRISM de la NSA.

Mais ce n’est pas tout : des informations parues dans la presse en 2013 ayant révélé que les services de renseignement  français auraient procédé à une collecte massive de données, et ce en dehors de tout cadre légal, les deux mêmes organisations ont déposé le 26 décembre 2014 une plainte contre X auprès du TGI de Paris visant les responsables français des services de renseignements, sur le fondement des articles 323-1, 226-18, 226-1 et 226-2 du Code pénal dont les dispositions concernent l’accès frauduleux à un système informatisé, la collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, l’atteinte volontaire à la vie privée et l’utilisation et la conservation d’enregistrements et de documents obtenus par l’atteinte à la vie privée.

Il est grand temps de nous réveiller : le gouvernement vise, à travers la « loi sur le renseignement » à légaliser et amplifier des pratiques qui constituent des atteintes graves aux libertés individuelles !Syndicalistes, militants associatifs, et politiques, citoyens engagés, nous sommes tous concernés tant est large le champ des autorisations de  mise en œuvre de cette surveillance, très au-delà de la prévention du terrorisme.

La Quadrature du Net, le Syndicat de la Magistrature, la Ligue des droits de l’Homme, le Syndicat des avocats de France, CECIL et le CREIS-Terminal ont lancé un appel à « amplifier le mouvement de contestation » à l’encontre du projet de loi contre le renseignement. Cet appel a reçu le soutien d’Amnesty International, d’ATTAC, de la fondation Copernic.

Ne laissons pas croire au gouvernement par notre silence que le peuple qui s’est mobilisé après les attentats de janvier adhère à la mise à mal des libertés pour la défense desquelles il s’est alors levé en masse !

Noëlle CASANOVA

Le Pen vs La Pen : enfin Sarkocompatible…

Ah, la belle polémique… toutes les gazettes se sont fait plaisir. Va-t-elle tuer le père ? Ouiiii, elle le tue ! Le FN devient enfin présentable et on pourra imaginer la tueuse ministre prochainement.
En réalité, l’avenir de M. Le Pen n’a aucune importance, son passé parle pour lui ! Et le vrai gagnant, c’est lui…

Il y a toujours le dêmos et il y a toujours le krâtos… mais ils ne marchent plus ensemble… Et l’histoire nous a prouvé que ces périodes sont fécondes de mauvaises passes pour les gens et surtout pour les plus humbles d’entre eux…

Marine Le Pen veut exercer le pouvoir, pour lui cela n’était pas la priorité. Il menait la bataille des idées, Continuer la lecture de Le Pen vs La Pen : enfin Sarkocompatible…

Ségolène Royal à Cernay: Grand sujet, déficit démocratique

royale

10h.30 : samedi 11 avril: une cinquantaine de militants de la cause antinucléaire rassemblés à Cernay devant le Centre de secours; quelques associations d’outre-Rhin sont représentées. Ils attendent dans le vent et le froid Madame Segolène Royal, Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

Ils vont à nouveau demander à la rencontrer puisqu’elle a déjà refusé de les recevoir à l’occasion de ce déplacement pour inaugurer une chaufferie biomasse à Cernay.

Banderoles en français et en allemand exigeant la fermeture de Fessenheim, quelques panneaux « Fermons Fessenheim et sortons du nucléaire», «C’est Sordi de laisser cette centrale en vie » (N.D.L.R : Sordi est le nom du député maire de Cernay, député de la circonscription où se trouve la centrale, ardent défenseur de celle–ci… comme d’ailleurs du stockage dans les anciennes mines de potasse des déchets hautement toxiques qui menacent la nappe phréatique du Rhin supérieur).

Je compte une quarantaine de C.R.S et de gendarmes qui « sécurisent » le périmètre et ne permettent à personne de s’approcher à moins de 150 mètre du lieu où la ministre et le député maire vont s’exprimer, invisibles de tout non officiel, dans l’enceinte du Centre de secours.

Je dialogue avec un C.R.S Continuer la lecture de Ségolène Royal à Cernay: Grand sujet, déficit démocratique

L’Alsace et sa culture vue par: Claude Diringer

Claude Diringer

Le poète a toujours raison, qui voit plus haut que l’horizon. Ferrat et Aragon se retrouvent toujours chez Claude Diringer, enfant de Westhalten dans la vallée noble, aujourd’hui retraité installé à Dessenheim, après avoir travaillé pendant 36 ans comme infirmier de secteur psychiatrique au centre hospitalier de Rouffach où il était aussi délégué syndical CGT.

Ç’avait été pour lui un choc quand au collège de Rouffach son professeur de musique lui avait fait découvrir Nuit et Brouillard de Jean Ferrat. À ce choc s’est ajouté ensuite celui de voir l’ancien camp de concentration du Struthof, puis plus tard le drame des Malgré-Nous et des Alsaciens-Mosellans internés à Tambov où il se rend encore régulièrement. Cela l’a forgé en homme de conviction et de combat sous de multiples formes, de l’engagement syndical à gauche et de la défense de la culture alsacienne à la militance pour le genre humain partout dans le monde, effectuant par exemple avec son épouse Marthe une mission au Sénégal pour l’ONG Échanges et Solidarité ou devenant parrain d’enfants indiens. La substantifique moelle de tout cela est la poésie, qui dit-il est la nourriture de son âme, son ouverture sur la vie, le rêve, la liberté et la fraternité. Son Panthéon est habité par Victor Hugo, Stéphane Mallarmé, Apollinaire, Arthur Rimbaud, Jacques Brel et l’Alsacien Hans Jean Arp, cofondateur du dadaïsme et « qui apporta des lettres de noblesse à l’expression universelle alsacienne ». Continuer la lecture de L’Alsace et sa culture vue par: Claude Diringer

SOLEA : chasse aux fraudeurs ou transports gratuits ?

solea

C’est l’ouverture de la chasse avant l’heure ! Lundi 13 avril, débutera la chasse aux fraudeurs sur le réseau Soléa.

En plus des contrôleurs et des conducteurs, une bonne partie du personnel administratif sera mobilisé dans les bus et les trams le 13 avril 2015 pour le lancement de l’opération.

Pour trois syndicats de l’entreprise (Unsa, CFTC et Confédération autonome du travail – CAT) l’heure est à l’inquiétude ;  ils contestent la forme que prend cette opération avec un premier grief : l’embauche des 20 jeunes en contrat d’avenir qui sont des agents de prévention mais pas des vérificateurs, et qui ne connaissent pas le réseau…

Mais une contestation plus politique se dessine. Dans un communiqué superbement ignoré par L’Alsace et les DNA, la section du Parti Communiste de Mulhouse rappelle   que « l’heure n’est pas à la constitution de brigades mobiles et de frappes d’interventions mais à celle de la solidarité et du partage » et souligne qu’avec un tarif par trajet de 1,50 €, l’usager mulhousien paie plus que dans la plupart «des collectivités du grand Est, dans une ville connue pour être une des plus pauvres de France… »

LA GRATUITE, C’EST POSSIBLE ?

Et de demander dans la foulée « les transports collectifs gratuits pour la mobilité de toutes et tous en M2A. »

Il est vrai que 23 villes de France pratiquent cette gratuité et elles n’ont pas pour autant déposé le bilan ! Ainsi à Compiègne, cinq lignes urbaines sont totalement gratuites Continuer la lecture de SOLEA : chasse aux fraudeurs ou transports gratuits ?

UN LIVRE PASSIONNANT… Jean-Marie Stoerkel : L’Enfer de Schongauer

 

l-enfer-de-schongauer

jean marie

Le dernier « polar » de Jean-Marie Stoerkel est plus qu’un polar. Dans un passionnant roman dont le dénouement final est un de plus pur style baroque, il raconte sa région, son histoire, son avenir incertain, son espace marqué par les deux rives du fleuve qui la longe… Et nous fait découvrir un des artistes les plus célèbres et mystérieux, peintre d’un des plus beaux tableaux de la renaissance rhénane, Martin Schongauer… L’histoire nous plonge dans le double parcours d’une part d’un assassin bien étrange signant ses meurtres par une référence au peintre… et d’autre part d’un professeur de l’université de Fribourg qui rédige un ouvrage sur Martin Schongauer, assisté d’une très séduisante collaboratrice alsacienne, tellement amoureuse de son mentor qu’elle est prête à satisfaire tout ses fantasmes sexuels.

Le récit nous fait voyager du nord au sud de l’Alsace, en pays de Bade, et nous fait découvrir les hauts lieux culturels de la région mais nous fait également rencontrer des personnalités contemporaines dont l’auteur nous donne souvent de nombreux indices pour les reconnaître. Un certain ancien maire de Mulhouse apparaît une fois encore sous son vrai visage…

Le dénouement est inattendu et correspond à la volonté de même fiction et réalité… L’érudition de l’auteur, sa capacité à construire parfaitement une intrigue et son expérience de journaliste qui l’aide à détricoter les énigmes les plus complexes, vous font passer un excellent moment de lecture et une belle découverte des lieux alsaciens qui inspirent de toute évidence Jean-Marie Stoerkel.

Jean-Marie Stoerkel – L’Enfer de Schongauer – Les Polars – Editions du Bastberg – 14€

 

L’indécence en politique

Démocratie-Vote

C’est fait, le Haut-Rhin est dirigé par un conseil entièrement à droite. Certes, une élue socialiste, Marie-France Vallat dans le canton de Wittenheim, siègera. Mais son partenaire de binôme, François Vogt, s’est empressé de rejoindre… la majorité de droite (L’Alsace du 3 avril)! Faudra m’expliquer comment un tandem pourra rouler simultanément à droite et à gauche sur le chemin… Encore un événement qui va redorer le blason de la politique…

L’abstention se confirme au second tour, victoire relative de la droite

56,2% d’abstentions au second tour, plus qu’au premier tour. Mais comme nous l’avions pressenti lors d’un article précédent (« Tout le monde il est content ») les vainqueurs du second tour évacuent cela d’un revers de la main. Et se contentent d’être élu avec une minorité de voix tout en se félicitant des « excellents résultats » qu’ils ont obtenus.

Si la droite peut pavoiser en Alsace, elle ne peut pourtant pas se glorifier du résultat dans un climat de défiance à l’égard du gouvernement : au premier tour, la gauche engrange 36,7% des suffrages, la droite « classique » obtient 37,5% et le Front National passe de 4,8% en 2008 et 15.1% en 2011 à 26% en 2015. Sarkozy ne peut décemment pas parler de « victoire », Continuer la lecture de L’indécence en politique

« Bienvenue au club» Entretien avec Pierre Freyburger

Dans sa volonté d’animer un débat pluraliste, L’Alterpresse68 ouvre et ouvrira ses colonnes à toutes celles et ceux qui veulent que la politique change. Cela fait évidemment débat au sein de notre comité de rédaction et, pour tout vous dire, les réponses que P. Freyburger ont suscitées des réactions diverses. Par exemple : « Il faudra qu’il nous donne des noms, des chiffres, qu’il soit précis et qu’il détaille ce et ceux qu’il met en cause, à commencer par lui-même, puisqu’il y était ! Ou alors on va donner à ses propos le même crédit que celui qu’on accorde encore à toutes ces promesses électorales qui n’ont jamais été tenues et à tous ces beaux projets qui restent toujours sans suite ». D’autres ont pu acter une sincère volonté de s’éloigner des « jeux politiciens » et des « alliances opportunistes » pour s’engager dans un renouveau politique. L’avenir nous dira ce qu’il en est et nous suivrons avec attention cette évolution. Comme nous publierons d’autres opinions pour alimenter le débat après le désastre de ces élections départementales qui installe dans le Haut-Rhin, un conseil monocolore à 100% (ou 99,99%) à droite…

Le climat s’est (provisoirement) apaisé dans notre équipe par la prise en compte de deux nouveautés :

  1. Freyburger annonce qu’il change de statut ; en s’éloignant de son parti et d’une logique de pouvoir et de représentation, il pourrait gagner en liberté.
  2. Un journal totalement libre existe depuis quelques mois : L’Alterpresse 68. Dans lequel il pourra, à l’instar d’autres, contribuer à faire émerger de nouvelles idées pour restaurer la confiance de nos concitoyens dans la politique.

L’Alterpresse 68

M1.-Pierre-Freyburger

On ne présente pas Pierre Freyburger, figure de la vie politique mulhousienne et haut-rhinoise depuis 32 ans, qui a choisi tout récemment de se retirer de la vie politique.

De son parcours riche et engagé (adjoint au maire de Mulhouse durant 18 ans, conseiller général…), de ses engagements et réalisations d’élu dans de nombreux domaines (insertion, habitat, politique de la ville, éducation, démocratie locale, militant du dialogue interreligieux, acteur de la reconnaissance de la communauté musulmane…) il paraissait intéressant de retenir ses analyses sur deux dossiers significatifs pour le contexte mulhousien, qui l’ont particulièrement motivé et qui restent d’une totale actualité.

Nous convenons donc de conduire cet échange  à partir de ses réactions à quelques mots clés :

Communauté d’agglomération (M2A):

Sur le fonctionnement et sur le rôle de cette institution qui regroupe 34 communes, soit près de 260.000 habitants – le tiers de la population du Haut – Rhin –  son opinion  est tranchée : « Elle ne sert à rien », «il y a déficit démocratique », «aucune décision n’est prise là où elle devrait l’être », «les commissions et délégations sont toutes formelles », «  arrangements entre quelques uns et absence totale de vision politique, de projet territorial pour l’agglomération », « opacité sur les chiffres » et Pierre Freyburger résume : « L’agglo c’est le lieu où tout le monde s’entend avec tout le monde ». Continuer la lecture de « Bienvenue au club» Entretien avec Pierre Freyburger